DR Congo + 2 more

R.D.Congo – Bas-Uele, Haut-Uele, Ituri & Tshopo : Note d’informations humanitaires no 19 (30/11/2017)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Faits saillants

  • La Zone de santé de Fataki en alerte nutritionnelle.

  • Médecins Sans Frontières quitte le Territoire d’Irumu, se repositionne à Kisangani et dans les Uélé.

Aperçu de la situation

Le Programme national de nutrition (PRONANUT) vient de classer les zones de santé de Fataki (Ituri), de Basoko, Yalimbongo et Yahuma (Tshopo) en « alerte nutritionnelle » entre juillet et septembre.
Fataki (environ 90 km au nord de Bunia) apparait pour la première fois en alerte alors que Yahuma (quatre fois), Basoko (deux fois) et Yalimbongo (une fois) ont déjà été cités par le passé. Au sujet de l’alerte de Fataki, PRONANUT Ituri a recommandé une mission d’évaluation d’ici le 6 décembre.
Toutefois, cette institution étatique envisage à moyen terme l’organisation d’une enquête nutritionnelle dans la Zone de santé de Fataki pour vérifier la situation afin d’orienter les réponses. Le classement actuel de Fataki se justifie entre autres par une épidémie de choléra. 80 % des points d’eau sont non aménagés et exposent aux risques des maladies diarrhéiques. Pour les trois autres zones, on note l’épidémie de diarrhée comme l’un des facteurs aggravants.

L’ONG COOPI a enregistré 267 cas de violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG) en octobre 2017 dans 13 localités des territoires d’Irumu et de Mambasa en Ituri, contre 296 cas en septembre, une diminution de près d’un tiers des cas. Les femmes ont été plus victimes avec 153 cas. 144 cas ont été commis sur les filles.

Concernant les formes de violences sexuelles, le viol a occupé la première place avec 49% de cas. En deuxième position arrive le déni de ressource et d’opportunité avec 29%. Dans l’ensemble, 239 victimes ont bénéficié de la prise en charge médicale avant 72 heures ; 82 autres ont été accompagnées sur le plan juridique et judiciaire.

Cette assistance aux victimes cadre avec le projet de COOPI visant l’assistance humanitaire aux populations déplacées sur l’axe Grand Nord – Sud Irumu, Provinces du Nord-Kivu et d’Ituri, financé en novembre 2016 par le Fonds humanitaire.

Environ 5 000 personnes ont fui les affrontements de ces derniers jours à Opienge (350 km à l’est de Kisangani) opposant les militaires des FARDC et les miliciens Mayi-Mayi. Ces personnes se seraient déplacées vers Bafwabalinga (80 km au nord d’Opienge). Aucune évaluation n’a été faite pour déterminer leurs besoins prioritaires à cause des restrictions sécuritaire et physique sur l’axe Bafwabalinga – Opienge.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.