DR Congo

RDC/Kindu: la Monuc porte assistance aux filles mères

Source
Posted
Originally published
Bilamekaso Tchagbele/Monuc

Elles sont au nombre de 250 parmi lesquelles 17 ex combattantes, ces jeunes filles mères encadrées par l'association des Femmes dans la Reconstruction pour le Développement du Congo (FERDEC). Elles sont, pour bon nombre d'entre elles, veuves ou abandonnées par leurs maris ex belligérants.

L'encadrement est d'abord psychologique c'est-à-dire qu'il tente d'éliminer le traumatisme vécu par ces filles à peine majeures. Ensuite l'apprentissage d'un métier leur permet de se prendre en charge et de subvenir aux besoins de leurs progénitures. La couture, le tricotage, les travaux ménagers sont les principaux métiers enseignés.

Pour faire vivre l'association et ses membres, les responsables de la FERDEC ont initié avec l'aide de la MONUC un projet agricole pour la culture et la transformation du soja. Le soja est un aliment connu pour sa grande richesse en protéine végétale. Il est consommé sous plusieurs formes : graines grillées, lait, biscuit, bouillie, beignet, etc.

Le projet financé par la MONUC dans le cadre de ses projets QIPS a permis à l'association de se doter de 50 machettes, 100 houes, cinq haches, dix limes, deux brouettes et des semences pour emblaver 2deux hectares de champs. Le financement (d'un montant de 4 575 dollars américains) a également permis à l'association d'acquérir un moulin, 400 litres de gasoil, et 50 litres de lubrifiant pour son fonctionnement.

Une partie de la production sera destinée à la consommation et l'autre partie à la commercialisation. Après la vente de la farine de soja, 70 % des revenus bénéficieront aux filles mères, comme prime de travail, 20 % pour couvrir leurs soins médicaux et la scolarisation de leurs enfants et 10 % pour l'entretien du moulin.

La FERDEC a été créée le 6 décembre 1998 à Kinshasa par des femmes soucieuses du développement et de l'épanouissement de leurs sours. L'association s'est donnée comme objectif de se doter des moyens de résoudre les problèmes socio économiques, culturels et humanitaires de la femme congolaise en général et des plus vulnérables d'entre elles en particulier comme les filles mères, les femmes victimes de violences sexuelles, les divorcées, les veuves ou les femmes abandonnées. La FERDEC est installée dans la province du Maniema depuis 2000.