DR Congo + 1 more

RDC/Dungu : regain d'exactions perpétrées par la LRA, selon la société civile locale

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Province Orientale | Sécurité | Dimanche 10 Janvier 2010 à 11:58:37

La société civile de Dungu, territoire situé à 780 Kilomètres au nord-est de Kisangani, s'inquiète de l'intensification ces deux derniers mois des exactions des rebelles ougandais de la LRA à l'endroit de la population civile du Haut Uélé. Cela est consécutif au retrait par le gouvernement congolais des militaires de la zone opérationnelle de Dungu pour Dongo dans la province voisine de l'Equateur, a indiqué cette structure, samedi, à radiookapi.net

Le redéploiement des militaires des FARDC, qui étaient à Dungu (Province Orientale) à Dongo (Equateur) permet aux rebelles ougandais de la LRA de se réorganiser et de devenir plus actifs dans cette région, selon le président de la société civile de Dungu, Aron Sambia. «Depuis le 26 décembre, il y a une multitude d'exactions, de tueries, on a calciné, mutilé, blessé des gens... Ici, à l'hôpital, on a reçu 14 blessés en l'espace d'un mois, dont 8 par bales et armes blanches et 6 mutilés», témoigne-t-il.

Vingt personnes ont été tuées le 14 décembre dans le village Mabanga, à 47 kilomètres de Tapili dans le territoire de Nyangara, à plus de 600 kilomètres au nord-est de Kisangani. Les assaillants, aidés par un pêcheur, ont traversé la rivière Uélé le 13 décembre. Cette information a été confirmée par le chef de groupement Makombo, qui a assisté à l'enterrement des victimes. Les rebelles LRA ont enlevé un nombre important de personnes et de biens, ajouté la même source.

«Le Gouvernement est en train de dégarnir notre région. (NDLR : La présence militaire a sensiblement diminué sur place.) Le Gouvernement a retiré plus de trois bataillons de Dungu et à Doroma. Presque deux autres bataillons, qui étaient à Faradje, sont également partis. Et la semaine prochaines, on a programmé trois rotations par avions..., a indiqué le président de la société civile de Dungu. Cet activiste invite, par ailleurs, le Gouvernement à revoir sa décision.

Pour sa part, le porte-parole du Gouvernement national, Lambert Mende, appelle la société civile de Dungu à plus de modération. Car, selon lui, les questions militaires dépassent sa compétence.

Radio Okapi
Copyright Radio Okapi