DR Congo

RDC : Vers la démocratie? Et les femmes dans tout ça?

Source
Posted
Originally published
Olivier Charmes/Monuc

La sensibilisation par le théâtre - soutenue par le Bureau de l'Information publique de la Mission des Nations unies en RD Congo (MONUC) - a touché dans le mille. En trois actes, la troupe Nyiragongo a conquis le public de Goma avec une pièce jouée en Swahili sur le thème des élections: dans Vers la Démocratie, le spectateur rit de l'intransigeance d'un mari qui refuse que sa femme choisisse librement pour qui elle va voter. Pour obliger sa femme à élire «son candidat», issu de la tribu à laquelle il appartient, tous les motifs, même les plus dogmatiques sont bons: l'union sacrée du couple qui doit être protégée, la Bible qui dit que dans le mariage, «1+1 =1», la tradition ancestrale... Les raisons ne manquent pas pour pratiquer un chantage éhonté: «Tu dois choisir entre voter pour mon candidat et rester avec moi ou voter pour l'autre et briser notre couple» dit-il sous les clameurs de protestation du public.

Car dans l'isoloir, l'électeur(trice !) sera seul(e) face à sa conscience, et les gesticulations des personnages influents n'auront pas de prise sur la décision. Le message semble être bien passé... Auprès des papas... et auprès des mamans de Goma: «Il faut que nous fassions tous un vote libre. Il faut que dans un foyer, même le papa, même la maman, chacun cherche à élire la personne de son choix» affirmait à la sortie de la pièce un des spectateurs à Radio Okapi. Une femme a déclaré qu' «en cette matière, j'ai mon mot à dire et je compte le faire savoir».

Le rire provoqué par la pièce n'est-il pas révélateur de ce que nous nous reconnaissons tous dans cet homme acariâtre? Le père de famille autoritaire qui ne supporte pas la contestation, le petit chef de parti, la mère trop dévouée et geignarde, ou encore le guide spirituel... L'hilarité semble proportionnelle à l'illusion de se voir soi-même mis en scène.

Plus de 200 personnes ont suivi les frasques de ce couple caricatural o=F9 l'homme soumet sa famille à un véritable diktat. Pour la MONUC, qui soutient cette création à travers son programme de proximité avec les communautés, les acteurs ont eu le mérite de toucher un large public sur des questions sensibles - les droits de la femme dans le processus électoral, la liberté de s'affranchir de la coutume et de l'ethnie - par le divertissement.

La troupe n'en est pas à son coup d'essai, puisque depuis plusieurs années ses comédiens expriment leur vision critique et drôle de la société congolaise: réconciliation interethnique, droits de l'Homme... Du processus de paix à la reconstruction politique, ils ont déjà abordé de nombreux thèmes, souvent en partenariat avec la MONUC ou le Bureau du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme. Dans quelques semaines, la pièce sera jouée de nouveau dans une école, et au mois d'août, une nouvelle représentation abordera le thème de l'acceptation du résultat des urnes. Les marchés de Goma devraient servir de cadre à ces représentations populaires.