DR Congo

RDC: Signature d'un accord de cessez-le-feu en Ituri

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
KINSHASA, 18 mars (IRIN) - Les délégués des gouvernements ougandais et congolais, les différents mouvements rebelles et la milice ethnique opérant dans la République démocratique du Congo (RDC) ont signé mardi un accord de cessez-le-feu à Bunia, la ville principale du district de l'Ituri en Province Orientale.
La cérémonie a été présidée par Amos Namanga Ngongi, représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en RDC. Des diplomates accrédités en RDC étaient également présents, notamment l'envoyé de l'Angola, qui a agi en qualité de médiateur dans le cadre de l'accord du 6 septembre 2002 entre les présidents Joseph Kabila de la RDC et Yoweri Museveni de l'Ouganda.

La Mission de l'ONU en RDC, la MONUC, a fait savoir que le cessez-le-feu serait suivi jeudi de l'ouverture d'un comité préparatoire pour la mise en place de la Commission de pacification de l'Ituri longtemps attendue. La création de cette commission a été, à plusieurs reprises, retardée par les combats entre diverses factions et milices rebelles.

Le retrait de la RDC de toutes les troupes ougandaises qui contrôlent Bunia depuis qu'elles ont chassé leurs anciens alliés de l'Union des patriotes congolais (UPC), n'est attendu qu'après la mise en place d'une administration locale congolaise dans la ville, une question qui sera évoquée par la Commission de pacification de l'Ituri.

« Les notables ethniques et les représentants de différents mouvements armés seront associés à ce processus, » a déclaré Hamadoun Touré, porte-parole de la MONUC.

La question du retrait des troupes ougandaises a été à l'origine des tensions croissantes entre Kampala et Kigali, lequel soutient le Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma et son nouvel allié, l'UPC. Considérant la présence des troupes ougandaises en RDC comme une menace pour la sécurité du Rwanda, Kigali a menacé de redéployer ses troupes à l'est de la RDC.

Le ministre congolais des affaires étrangères, She Okitundu, voit dans la menace du Rwanda un moyen de « renouveler la bataille de Kisangani" qui a éclaté entre les troupes ougandaises et rwandaises le 4 juin 2000, divisant des alliés autrefois très proches.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003