DR Congo

RDC: Sécuriser l’accès à la terre et à la propriété en Ituri : un lancinant casse-tête, août 2020

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Les enjeux fonciers sont une des causes fondamentales des violences en Ituri. La gestion, l’accès et le contrôle de la terre demeurent des sources majeures de conflit. Les systèmes judiciaires et les mécanismes coutumiers ont une capacité très limitée et sont souvent remis en cause par les communautés. En conséquence, les désaccords persistent et augmentent. Le prisme du conflit foncier renvoie à une multitude de dimensions liées à la structure sociale, aux leviers politiques et à l’accès aux ressources économiques. Le recours à la violence, étant donné le poids symbolique de la terre et les identifications communautaires est une dérive difficile à freiner sans proposer une gestion efficace des différends

Background

L’Ituri est une province du Nord Est de la république Démocratique du Congo, située à la frontalière de l’Ouganda et du Soudan. Depuis la fin de l’année 2017, et après une décennie d’accalmie relative, les territoires de Djugu et de Mahagi connaissent une résurgence de violences. Uniquement entre janvier et juin 2020, le nombre de déplacés en Ituri est estimé à 627.000. Les violences ont occasionné la destruction de logements, de champs, la perte de bétail, des pertes en vies humaines et de nombreuses violations des droits humains. Selon les Nations-Unies «la situation humanitaire s’est énormément dégradée dans les régions de Djugu, de Mahagi et d’Irumu depuis le début de cette année, avec 2.6 millions de personnes dans le besoin en Ituri, presque une personne sur deux ».

Tout peut arriver à tout moment. La population vit la peur au ventre.
- Leader communautaire, Territoire de Djugu

Dans le cadre de son programme pour la sécurisation de l’accès au logement, à la terre et à la propriété (LTP), NRC a lancé une rapide consultation communautaire pour mettre à jour la compréhension des enjeux fonciers avec la crise majeure de déplacements récents. Les équipes de NRC ont visité différentes communautés des territoires de Djugu, Irumu et Mahagi du 20 au 30 Juin 2020. 65 personnes (42 femmes et 23 hommes) ont été interviewées à travers 9 entretiens individuels et 6 entretiens de groupes avec les leaders communautaires, les autorités locales administratives et coutumières, les acteurs humanitaires, les jeunes et les déplacés. Cette note capture leurs propos et les principaux points d’achoppement à propos de la gestion de la terre. Ca n’est pas une analyse technique complète mais illustre de manière utile, bien que micro, un problème fondamental en RDC.