DR Congo + 1 more

RDC : Sécurisation du Sud-Kivu

Source
Posted
Originally published
Joelle Sabella/Monuc
Dans le but de sécuriser les populations locales quotidiennement harcelées par les combattants Hutu rwandais et d'élargir leur zone de contrôle, les Casques Bleus de la Brigade du Sud-Kivu mènent depuis le lundi 4 juillet 2005 une série d'opérations militaires dans différents points au nord et au nord est de la province du Sud-Kivu.

Réunissant des troupes pakistanaises et des forces spéciales guatémaltèques appuyées par des hélicoptères de combat indiens, ces opérations sont de deux types complémentaires: la première opération, Falcon Sweep (plongeon du faucon), consiste à déployer des troupes héliportées aux alentours de Bukavu, plus précisément à Walungu, Nindja et Kabare. La deuxième opération est baptisée «Iron Fist» (poing d'acier). Lancée depuis le 4 juillet 2005, elle vise à renforcer, à partir du jeudi 7 juillet 2005, la première opération en déployant par route des Casques bleus pakistanais et guatémaltèques, ainsi que des militaires congolais qui vont effectuer des patrouilles à pied au nord de Walungu, à Nindja (territoire de Kabare), et aux abords du Mont Biega, dans la forêt dense du parc national de la Kahuzi-Biega.

A ce jour, ces déploiements ont eu trois résultats positifs: d'abord, ils ont montré aux combattants étrangers que la MONUC est capable de les déloger de leurs sanctuaires les plus reculés, comme c'était le cas dans le parc de Kahuzi Biega et les forêts de Kabare; ensuite ils ont exposé au grand jour la désorganisation totale des FDLR/Rastas, suite aux opérations de la MONUC; et enfin ils ont fait découvrir des camps des FDLR, dont celui abritant le poste de commandement de la brigade FDLR de Nindja. La plupart des combattants se sont enfuis à l'approche des Casques bleus. Quelques armes et des munitions ont été récupérées à ces occasions.

Ces opérations ne font que commencer et la MONUC prévoit pour l'avenir le déploiement définitif de ses unités dans plusieurs zones jugées sensibles de la province. Six compagnies sont disponibles au sein de la Brigade du Sud-Kivu pour cette mission dès que la situation le permettra. Le message de la MONUC est clair: «Les FDLR doivent laisser leurs troupes intégrer le processus de désarmement volontaire, conformément à l'acte d'engagement qu'ils ont signé, fin mars 2005 à Rome.» Ces propos tenus par le porte-parole de la MONUC, Kemal Saiki, à l'occasion de la conférence de presse de ce mercredi 13 juillet 2005, confirment que la Mission onusienne n'envisage aucune cohabitation avec quelque groupe armé que ce soit sur le terrain.