RDC: Rapport d’analyse mensuelle - Région : Sud-Est (Tanganyika, Haut-Katanga, Lualaba) Septembre 2019

Report
from UN High Commissioner for Refugees, Protection Cluster
Published on 10 Oct 2019 View Original

En septembre 2019, la situation sécuritaire est restée relativement calme dans la Province du Tanganyika. Nonobstant, des vides sécuritaires laissés par les militaires des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans certains coins de la Province et des affrontements armés intermittents ont considérablement fragilisé la situation sécuritaire dans cette partie de la Province. Les efforts des autorités politico-militaires pour assurer la sécurité des personnes et leurs biens ont abouti au démantèlement d’un réseau des criminels sur l’axe Kalemie-Nyemba dans la semaine du 16 au 22 Septembre 2019. Selon les sources locales, 11 bandits armés dont certains éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC), des FARDC et l’ANR ont été appréhendés par les forces de sécurité sur cet axe. Ces présumés bandits seraient en communication étroite avec le responsable du groupe armé Apa na Pale, le Major Mundusi, pour commettre des forfaits sur l’axe Kalemie-Nyemba en guise de partager les butins. Une femme appréhendée aurait gardé tous les biens extorqués et braquées sur des véhicules des particuliers et ceux des ONG (I) et agences des nations unies (PAM).

Les tensions intercommunautaires se poursuivent dans la province du Tanganyika. Au Nord de Nyunzu, des tensions communautaires ont été signalées dans le village Mahigwe, occasionnant un déplacement de la population vers la cité de Nyunzu au quartier Mangala. Ensuite, environ 8 personnes de la communauté Twa ont attaqué les villages environnant la cité de Butondo au Nord de Nyunzu provoquant un déplacement préventif de la population vers Lengwe, Kilega et Katunda.

Environ 200 personnes auraient été enlevés du village Mpanda en territoire de Nyunzu par la coalition des personnes Twa aux Apa na Pale après des offensives des FARDC contre les positions des Apa na Pale en début Septembre 2019. Dans le village de Lwakina sur l’axe Kalemie-Moba, la population - constitué majoritairement des personnes de la communauté Twa - aurait manifesté un ras-le-bol contre les tracasseries des militaires FARDC affectés dans le village. Le commandant FARDC aurait emprisonné le représentant de la communauté Twa dudit village, au motif qu’il aurait accueilli des personnes Twa venus des axes secondaires sans présenter leurs civilités aux FARDC. L’implication du chef du village auprès du commandant FARDC pour libérer le détenu avait atténué des tensions vécues dans ce village.

Du côté positif, au Sud de Nyunzu, le leader Twa connu sous le sobriquet Sept/Sept a remis une arme à feu AK-47 grâce à la sensibilisation qui serait faite par la Commission Diocesaine Justice et Paix.

L’insécurité qui sévit dans la province du Tanganyika pour ce mois de Septembre 2019 a eu pour conséquence plusieurs incidents de protection. Les plus importants sont des incidents de braquage armée sur l’axe KalemieNyemba commis par des présumés membres de la communauté Twa coalisés aux Apa na Pale (23 incidents rapportés) et 10 incidents des extorsions, coups et blessures et travaux forcés en territoire de Manono commis par les des membres des FARDC, lors du redéploiement des militaires FARDC vers d’autres zones.

Dans la province du Haut Katanga la milice Mai-Mai et ses seigneurs de guerre Kalenge et Simona sont actives dans le territoire de Pweto. La présence de la milice se manifeste par les incidents de pillage de biens de la population, de coups et blessure, traitement inhumain de la population aux villages Kato, Kampangwe, Mutendele, Kamakanga, Nkonkole et un cas de cambriolage dans les bureaux de l’ONG AIDES.

Un autre facteur ayant une incidence sur la sécurité dans la province est la désertion de certains militaires commando de FARDC vers la brousse de villages Kato, Kampangwe et Mutabi. Cette situation crée une panique à la population de ces trois localités.