DR Congo

RDC: Pas de sanctuaire pour les nouveaux rebelles congolais - le gouvernement ougandais

Source
Posted
Originally published
NAIROBI, le 25 juillet (IRIN) - Les autorités ougandaises ont fait savoir lundi qu'elles interdiraient au nouveau groupe rebelle, le mouvement révolutionnaire congolais et à tout autre groupe armé de lancer des attaques sur la République démocratique du Congo (RDC) à partir de leur territoire.
« Nous nous rangerons du côte des autorités de Kinshasa, si une attaque était lancée contre leur territoire. Nous partageons des informations avec elles et avec la MONUC », a confié à Kampala le Lieutenant Colonel Shaban Bantariza.

Bantariza a reconnu que les six chefs des milices armées du nord-est de la RDC qui ont créé la nouvelle coalition s'étaient récemment rencontrés à Kampala. Les autorités ougandaises violeraient les lois internationales si elles autorisaient les rebelles à s'installer sur leur territoire, ont indiqué dans un communiqué le gouvernement de RDC et la mission des Nations unies en RDC (MONUC).

La semaine dernière, le chef du service de presse de la MONUC, Kemal Saïki, a déclaré à propos de l'Ouganda : « Les autorités ougandaises ne doivent en aucun cas accepter ni tolérer qu'on utilise leur territoire comme base arrière, sanctuaire, terre d'asile ou point de transit pour livrer des armes aux milices congolaises ou étrangères opérant dans l'Ituri ou dans les régions du Kivu ».

Les chefs rebelles ont affirmé qu'ils ont créé cette alliance en vue de défendre les droits des populations de l'Ituri et des régions du nord Kivu. Mais selon Bantariza, les rebelles souhaitaient que tous leurs combattants soient intégrés à l'armée congolaise. A l'en croire, les rebelles étaient présents en Ouganda pour demander au gouvernement d'intercéder pour eux auprès du gouvernement de RDC afin qu'ils puissent transmettre leurs doléances aux autorités de Kinshasa.

Les chefs rebelles se sont plaints également du fait que la MONUC a attaqué leurs troupes et arrêté leurs leaders, a ajouté Bantariza.

« Nous leur avons fait savoir que leur doléance serait mieux reçue s'ils s'engageaient à intégrer le gouvernement de Kinshasa », a-t-il précisé.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2005