DR Congo + 1 more

RDC-Ouganda: Selon l'UPDF, une "force étrangère" aurait soutenu l'UPC à Bunia

Source
Posted
Originally published
KAMPALA, 11 mars (IRIN) - Quelques jours après que la faction des Forces de défense du peuple ougandais (UPDF) a expulsé les rebelles de l'Union des patriotes congolais (UPC) de la ville de Bunia au nord-est de la République démocratique du Congo, le porte-parole de l'UPDF, le major Shaban Bantariza, soutient qu'une "force étrangère" se bat aux côtés de l'UPC.
"Je peux vous affirmer qu'une force étrangère se battait contre nos troupes dans la ville de Bunia lorsqu'ils ont attaqué nos forces, mais je ne peux pas nommer cette force," a déclaré le major lundi à IRIN.

"Cette force, bien sûr, n'est pas, depuis quelque temps, en très bons termes avec nous, mais au moins nous avons réussi à les repousser tous, avec les rebelles," a-t-il ajouté.

Bien que la présence d'éléments de l'armée rwandaise soit souvent signalée dans la région, les responsables du gouvernement ougandais ont refusé de désigner le Rwanda comme "force étrangère".

Le Rwanda a affirmé, à plusieurs reprises, avoir retiré l'ensemble de ses forces de la RDC avant la fin de l'année 2002.

Parallèlement, un véritable ballet diplomatique s'est joué pour tenter de réduire les tensions entre le Rwanda et l'Ouganda, d'anciens pays alliés.

Samedi, les ambassadeurs en RDC des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, France, Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis), ainsi que ceux de la Belgique et de l'Afrique du Sud, ont demandé au Rwanda de ne pas intervenir à Bunia, et ont exhorté l'Ouganda à retirer ses forces.

"Nous tenons absolument à ce que les forces rwandaises n'interviennent pas dans ce conflit," a déclaré Aubrey Hooks, ambassadeur des Etats-Unis en poste en RDC, sur les ondes de Radio Okapi à l'issue d'une rencontre entre les diplomates.

En vue de trouver une solution globale à cette région déchirée par des conflits, les sept ambassadeurs ont également indiqué qu'ils feraient de leur mieux pour améliorer les relations entre l'Ouganda et le Rwanda voisin.

"Ils vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour encourager l'Ouganda et le Rwanda à entamer un dialogue et à résoudre leurs différends par la médiation du Royaume-Uni," a expliqué samedi Amos Namanga Ngongi, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en RDC, présent à la rencontre des ambassadeurs.

Lundi, un journal hebdomadaire, "the EastAfrican", a informé qu'une nouvelle rencontre se tiendrait entre les présidents Joseph Kabila de la RDC et Yoweri Museveni de l'Ouganda, faisant suite aux deux précédentes entrevues qui ont eu lieu respectivement à Londres et à Gaborone - sous les auspices de la ministre britannique du développement international, Clare Short.

Les tensions entre l'UPC et l'Ouganda - un ancien allié - ont commencé fin 2002 lorsque la milice rebelle a exigé le retrait immédiat de toutes les troupes ougandaises de la RDC. La situation s'est nettement détériorée lorsque, le 6 janvier, l'UPC a formé une alliance avec le Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma, mouvement rebelle soutenu par le Rwanda, engageant les deux parties à "coopérer et à se soutenir mutuellement dans les domaines de la politique, de l'armée et de l'économie".

Une amélioration des relations semblait possible lorsque, le 1er mars, les négociations entre Lubanga et le général Kale Kaihura, commissaire politique de l'UPDF, ont abouti à la signature d'un accord dans le cadre duquel l'UPDF devait se retirer des positions qu'elle occupait à Bunia, et restait cantonnée dans l'aéroport de la ville.

Aujourd'hui, devant la perspective de nouvelles hostilités, l'UPDF a renforcé sa présence à Bunia.

"Nous continuerons de nous déployer pour garantir la protection de nos autres troupes contre le risque d'une nouvelle attaque. Nous continuerons également de contrôler Bunia jusqu'à ce que l'équipe de pacification de l' Ituri se soit réunie et résolu les questions sur la région encore en suspens," a indiqué Bantariza.

Ce dernier faisait référence à la Commission de pacification de l'Ituri mandatée par un accord du 6 septembre 2002 signé à Luanda en Angola par les présidents Kabila et Museveni.

Dimanche, le lieutenant général de l'UPDF, David Tinyefuza, s'est rendu à Bunia pour prendre le commandement des forces ougandaises en cas d' offensive. M. Lubanga de l'UPC a fait voeu de reprendre la ville.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003