DR Congo

RDC: L'UPC refuse de signer un accord de cessez-le-feu

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
KINSHASA, 19 mars (IRIN) - Un mouvement rebelle, l'Union des patriotes congolais (UPC), que les troupes ougandaises ont expulsé de Bunia début mars n'a pas signé l'Accord de cessation des hostilités conclu mardi par diverses parties rivales : gouvernement, mouvements politiques, groupes ethniques et milices.
" Nous sommes prêts a signer un cessez-le-feu avec l'Ouganda, mais pas avec les autres groupes avec qui nous ne sommes pas antagonistes... On ne peut signer un cessez-le-feu qu'avec ceux contre qui on se bat, " a déclaré mercredi à IRIN Thomas Lubanga, chef de l'UPC.

Lubanga, qu'on avait dit mort dans un hôpital de Kisangani des suites de blessures au combat, a indiqué au moment o=F9 il était entendu par IRIN qu'il se trouvait près de Bunia, principale ville du district de l'Ituri au nord-est de la RDC. Les forces de l'Ouganda et celles de l'UPC se sont affrontées à Fataki, à 60 km au nord-est de Bunia, au moment de la signature de l'accord. Aux termes de cet accord, les parties ont accepté de cesser d'acquérir des armes, des munitions et d'autre équipement militaire et de mettre un terme au recrutement d'enfants soldats. Ils ont également accepté de libérer tous les otages. En outre, les localités de Komanda et Mambasa doivent être démilitarisées, conformément à l'accord de Gbadolite du 30 décembre 2002.

A part l'UPC, les sept groupes politico-militaires actifs en Ituri ont signé l'accord de Bunia. Les signataires sont les Lendu du territoire de Djugu, les Lendu-Bindi, le PUSIC, le FNI, le FPDC et le Rassemblement congolais pour la démocratie-ML. Ces milices et chefs de divers groupes ethniques originaires de cette région riche en minerais ont été rivaux pendant des décennies. M. Lubanga a fait savoir qu'il n'était pas prêt à déposer les armes mais pouvait, à la place, poursuivre la guerre contre ce qu'il décrit comme étant " l'occupation ougandaise de l'Ituri ".

Ont participé à la cérémonie de signature, des envoyés des gouvernements de la RDC, de l'Ouganda ainsi que des attachés miitaires d'Etats membres du Conseil de sécurité de l'ONU : l'Angola, le Cameroun, la Chine, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Des envoyés de Belgique, l'ancienne puissance coloniale de la RDC et l'Afrique du Sud étaient aussi présents.

L'accord doit être suivi de la mise en place jeudi à Bunia d'un organe préparatoire pour la Commission de pacification de l'Ituri si longtemps attendue. Le représentant de la RDC responsable du processus de paix dans la région des Grands Lacs, Vital Kamerhe, a déclaré que la commission permettrait à Kinshasa de réaffirmer son autorité en Ituri.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003