DR Congo

RDC : Les Casques bleus viennent en appui aux brigades brassées des FARDC à l'Est

Source
Posted
Originally published
Par E.S.

Après l'envoi de 800 Casques bleus au Nord-Kivu, en vue du renforcement de capacités de la brigade brassée, la Monuc permet de sécuriser cette partie du pays en proie à des attaques des éléments incontrôlés de Nkunda et des FDLR.

Les activités militaires à l'Est du pays constituent une préoccupation de la Monuc appelée à accompagner les brigades brassées des FARDC pour sécuriser la contrée. Cette observation faite par le porte-parole militaire de la Monuc, le commandant Gabriel de Brosses, au cours du point de presse de mercredi dernier, donne à croire que l'effort à fournir pour sécuriser l'Ituri, le Nord et le Sud-Kivu ne cesse d'être soutenu et accompagné.

En Ituri, la Monuc a noté que 12 miliciens des Forces de résistance patriotique en Ituri (Frpi) de Cobra Matata se sont rendus au bataillon bangladais d'Aveba en exprimant le vœu d'être démobilisés et non intégrés au sein des FARDC. Deux jours plus tard, c'est-à-dire le 19 mai dernier, 53 ex-soldats du Front nationaliste intégrationniste (FNI) de Peter Karin ont rejoint le camp de transit de Kpandroma pour y rendre leurs armes et être intégrés dans les FARDC.

Au Nord-Kivu, le porte-parole militaire de la Monuc, le commandant Gabriel de Brosses a rappelé « la succession d'opérations des FARDC contre le Front démocratique de libération du Rwanda et les attaques menées par ces miliciens pour rétablir la sécurité ».

Une patrouille de la Monuc du bataillon indien a constaté que des éléments de Fdlr ont attaqué le camp des Fardc à Kisherugu. Cependant, ces dernières les ont repoussés sans pertes de leur côté. Toutefois, ces rebelles du FDLR se sont repliés dans le parc national des Virunga après qu'ils soient repoussés par les FARDC appuyées par la Monuc.

Les activités militaires de la Monuc dans cette partie s'étendent à la surveillance par des patrouilles mobiles. Le 17 mai, 4 Rwandais en divagation dans la région de Sake ont été interceptés et arrêtés par une patrouille mobile de Casques bleus pour être remis à la Police nationale congolaise de cette cité.