DR Congo

RDC : le travail de Caritas contre la tuberculose expliqué aux délégués de l’Inspecteur général du Fonds Mondial

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Kinshasa, le 07 mars 2016 (caritasdev.cd) : L’Unité de Gestion du Projet de lutte contre la tuberculose au sein de la Caritas Congo Asbl (UGP/TB/FM) a conféré jeudi 03 mars 2016 avec une mission de planification du bureau de l’Inspecteur Général du Fonds Mondial, conformément au plan de travail de ce dernier. Arrivée à Kinshasa une semaine plus tôt, l’équipe du Fonds Mondial poursuit à partir de ce lundi ses investigations avec chacune de Cellules composant cette unité : Finances, Gestion des Approvisionnements et Stocks, volet Programmatique, Audit. Ceci, en prévision d’une mission d’audit qui pourra intervenir en fin mars ou début avril prochain, à organiser par le bureau susmentionné.

Caritas Congo Asbl devait expliquer le contexte dans lequel elle travaille, les activités sous sa responsabilité ainsi que leur couverture, en sa qualité de Récipiendaire Principal du programme de lutte contre la tuberculose, aux côtés du Ministère de la Santé. Ce programme est financé par le Fonds Mondial._ « Nous avons ainsi expliqué à nos visiteurs les trois volets de nos engagements contractuels : assurer les approvisionnements des médicaments, intrants de laboratoires, équipements sanitaires et non sanitaires ; et cela, sur l’ensemble du pays », _a indiqué d’entrée de jeu Dr Romain Kibadi.

Trois Sous-Récipiendaires dudit projet ont également participé à cette rencontre : le Club des Amis Damien, le Bureau Diocésain des Œuvres Médicales (BDOM) Kinshasa et la Ligue National Anti-Lépreuse et Anti-Tuberculeuse du Congo (LNAC).

A cela, le Coordonnateur de l’UGP/TB/FM/Caritas a ajouté le volet des Réhabilitations, couvrant également l’ensemble du pays. « Les structures à réhabiliter sont choisies par le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT), sur base d’un plan qu’il met à notre disposition », a souligné Dr Romain Kibadi. Ces réhabilitations sont exécutées par des entrepreneurs sélectionnés après un avis de non objection du Fonds Mondial et suivant un laborieux processus de passation des marchés.
Le troisième volet expliqué à l’équipe du Fonds Mondial est le suivi des activités communautaires. « Nous avons notamment mis l’accent sur le travail que nous réalisons avec les Relais Communautaires (RECO), en collaboration avec sept Sous-Récipiendaires (SR) », a relevé le Coordonnateur de l’UGP/TB/FM/Caritas.

Rôles importants joués par les RECO pour les activités communautaires

« Les activités communautaires sont mises en œuvre notamment avec les RECO qui font la sensibilisation, l’orientation des présumés tuberculeux pour le dépistage vers les CSDT (Centre de Santé, de Dépistage et de Traitement de la Tuberculose), la supervision de la prise des médicaments dans la communauté, la recherche de tous les malades ayant abandonné le traitement ou les perdus de vue », a fait savoir Dr Romain Kibadi.
Ce dernier a aussi noté le rappel des examens de contrôle effectués à différentes étapes du traitement du malade et le transport des échantillons, autres rôles joués par les RECO.

Appui nutritionnel pour les MDR

Caritas Congo Asbl a également parlé aux délégués de l’Inspecteur Général du Fonds Mondial de l’appui nutritionnel. « Pour le Nouvel Modèle de Financement (NMF), l’appui nutritionnel ne concerne uniquement que les malades qui ont développé la tuberculose multi-résistante (MDR). Cette activité couvre pratiquement tout le pays », a fait savoir Dr Romain Kibadi.

Cet exposé de Caritas Congo Asbl a donné lieu à un jeu de questions-réponses entre les deux parties. La délégation du Bureau de l’Inspecteur général du Fonds Mondial était composée de MM. Daniel Petrescu, Agustinus Mangampa, Youssef Maddam et Abdou Dior, ainsi que de Mme Rosalie Faniyo.
Il sied de signaler qu’un jour plus tôt, Caritas Congo Asbl a pris part à l’assemblée générale du Comité National de Coordination du Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme (CCM-RDC). L’amélioration du taux d’absorption des financements obtenus du Fonds Mondial a été l’un des sujets au centre de cette rencontre, tenue au centre d’accueil Caritas.

Chaque Récipiendaire Principal (CORDAID, SANRU, Caritas Congo, CAG et ASF/PSI) devrait faire valider des activités prioritaires reprogrammées grâce aux économies dégagées au 31 décembre 2015. En fait, à la fin de chaque trimestre, les Récipiendaires Principaux travaillent avec les Programmes correspondants pour planifier des activités prioritaires non prises en compte dans le budget du NMF. Ces activités reprogrammées doivent être validées d’abord par le CCM-RDC et ensuite par le Fonds Mondial. Guy-Marin Kamandji