RDC: le choléra ne touche pas encore la ville de Kinshasa, dixit son ministre provincial de la Santé

Report
from Caritas
Published on 14 Sep 2017 View Original

Jeudi, 14 Septembre 2017 09:53

Kinshasa, le 14 septembre 2017 (caritasdev.cd) : Alors que certaines sources signalaient déjà l’épidémie de choléra à Kinshasa, son ministre provincial de la Santé a tranché : « sur 26 provinces, il en a 20 où on a enregistré des cas ce cholera. Mais, il n’y a pas de cas de choléra à Kinshasa ». Intervenant mercredi à la radio nationale, le ministre a indiqué que Kinshasa se prépare à lancer la campagne de sensibilisation pour éviter que le choléra puisse également arriver dans la ville-province. « Pour le moment, il n’y en a pas. Il n’y a pas de choléra dans la ville de Kinshasa », a-t-il martelé.

En effet, le Coordonnateur des urgences à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)/ Kinshasa, cité par Actualités.cd, aurait circonscrit la présence de l’épidémie de choléra à Kinshasa, notamment au quartier Pakadjuma, une extension de la commune de Limete. L'OMS se serait ainsi alarmée samedi à Kinshasa de la propagation d'une épidémie de choléra qui sévit désormais dans 20 des 26 provinces de la République démocratique du Congo (RDC).

Appui financier de l’OMS contre le choléra

Plus de la moitié de la République Démocratique du Congo est touchée par le cholera depuis la fin du mois de juillet dernier. 20 provinces sur 26 sont touchées, avec une incidence de plus de 1.500 cas suspects par semaine. Presque toutes les grandes villes du pays sont touchées : BANDUNDU-VILLE, BUKAVU, GOMA, MANONO, MALEMBA-NKULU, MINOVA, MAKALA, KIMPESE, UVIRA et voir même certaines zones de santé de Kinshasa.

Face à ce fléau, les Organismes Internationaux ne sont pas restés indifférents. 400.000 USD ont été accordés au Gouvernement congolais par l’OMS pour la lutte contre l’expansion de ladite épidémie. Toutefois, les risques de propagation demeurent très élevés vers la région du Grand Kasaï où les conditions sanitaires et sécuritaires restent précaires.

24.217 cas suspects ont été recensés le 2 septembre 2017, avec 528 décès, soit 2.8% de taux de létalité. Ainsi, un programme de la lutte contre cette maladie diarrhéique épidémique était mis en place par le Ministère de la Santé Publique ; car, l’épidémie est élevée au grade 2 par l’OMS.

D’où, l’urgence impose. C’est pourquoi, le dimanche 3 septembre 2017, le groupe d’experts avec les épidémiologistes ainsi que les spécialistes en Santé Publique du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique a organisé des rencontres techniques avec le Représentant de l’OMS en République Démocratique du Congo. Le but de cette rencontre serait de définir les objectifs consensuels pour un contrôle rapide de réponse de façon pragmatique dans les zones prioritaires afin de stopper cette dissémination du choléra.

Aussi, serait-il souhaitable que la population de la RDC en général et des zones touchées en particulier, respectent les règles hygiéniques. Il s’agit notamment de se laver les mains au savon à la sortie des installations hygiéniques et de bouillir de l’eau de boisson.

Immaculée Vay (Stagiaire/UNIKIN) & GM Kamandji