DR Congo

RDC: La situation est confuse, alors que les Banyamulenge se rendent maîtres de la radio

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de la coordination des Affaires Humanitaires / IRIN
Afrique Centrale et de l'Est
Tel: +254 2 622 147
Fax: +254 2 622 129
e-mail: irin@ocha.unon.org

NAIROBI, 3 aout 1998 (IRIN) - On ne sait toujours pas qui exactement est derriere la rebellion qui a eclate dans l'est de la RDC. Des sources officielles banyamulenge de la region ont informe IRIN "nous avons rejete le pouvoir de Kabila", mais on ne sait pas s'il s'agit seulement un soulevement banyamulenge ou si d'autres membres des forces armees congolaises sont egalement impliques.

Des sources humanitaires a Bukavu ont fait savoir que la radio de Bukavu ainsi qu'une radio locale de developpement, connue sous le nom de Radio Maendeleo, etaient entre les mains de l'armee banyamulenge. Cependant, toujours selon ces sources, des soldats qui ne sont pas banyamulenge, circulent librement dans la ville. Des temoins ont egalement rapporte la presence d'un certain nombre de soldats rwandais. La radio de Bukavu a declare que les autorites locales actuelles "n'etaient plus reconnues en tant que telles", ont ajoute ces sources. Le communique annoncant l'opposition a Kabila, diffuse sur la radio de Goma, a egalement ete lu a la radio de Bukavu par le commandant Birunga Kamanda. L'armee banyamulenge a aussi libere un certain nombre de detenus de la prison de Bukavu.

Des tirs ont ete entendus a Kindu a 16 heures 30 (heures locales) aujourd'hui, ont fait savoir a IRIN des sources locales. Des informations non confirmees indiquent que les troupes gouvernementales basees dans la ville etaient a la recherche des soldats banyamulenge, qu'elles les desarmaient et les regroupaient dans un endroit central.

Selon un employe munyamulenge travaillant pour une ONG, la rebellion survient alors que les sentiments de marginalisation de la communaute Banyamulenge sont de plus en plus importants, suite au renvoi de plusieurs de leurs representants civils. Le dernier en date etant l'adjoint a l'administrateur d'Uvira, Boniface Budederi. Cette meme source a egalement indique a IRIN que quatre soldats banyamulenge, y compris un commandant, avaient ete pris en embuscade et tues samedi dernier par des soldats congolais, sur la route allant de Baraka a Uvira. Il pense que les combats sont "une sorte de secession. Le Congo va etre divise". Il a precise qu'il craignait que la situation actuelle "va faire resurgir les vieux problemes".

D'autres sources humanitaires basees en RDC ont informe IRIN que les combats, en fait, ont commence samedi lorsque des affrontements ont eclate a Baraka, entre des soldats Banyamulenge (et egalement rwandais, parait-il) d'un cote, et les troupes gouvernementales de l'autre. Ces sources ont avance qu'il y avait "une forte concentration" de troupes rwandaises dans la ville de Minova, entre Bukavu et Goma. Cependant, le porte-parole de l'armee rwandaise, Emmanuel Ndahiro, a dementi la presence de soldats rwandais en RDC.

Par ailleurs, les deux derniers membres tutsis du gouvernement du President Kabila auraient fui le pays. L'ancien Secretaire general de l'Alliance des forces democratiques pour la liberation du Congo (AFDL), Deogratias Bugera, recemment retrograde au rang de Ministre des affaires presidentielles selon les analystes, serait parti en Belgique. Le Ministre des affaires etrangeres, Bizima Karaha, aurait egalement quitte la RDC.

La television officielle congolaise a diffuse aujourd'hui un sous-titre indiquant: "L'ennemi ne reussira pas. Le peuple congolais entier est derriere son President, Mzee Laurent-Desire Kabila".

Un couvre-feu nocturne, en vigueur pour les trois prochains jours, a ete impose a Kinshasa, ou les tirs de la nuit derniere ont ete decrits comme "plutot intenses" par les habitants de la ville. Selon des informations non confirmees, la confrontation aurai ete initiee par des soldats rwandais, qui etaient transferes de Matadi dans la province du Bas-Congo au Rwanda. Des sources diplomatiques et missionnaires ont signale qu'il y avait de "nombreuses victimes", des corps de soldats congolais et rwandais gisant dans certains quartiers de Kinshasa.

La tension a augmente suite a l'annonce faite par M. Kabila la semaine derniere du renvoi des soldats rwandais dans leur pays. Officiellement, 100 Rwandais sont repartis, mais diverses sources estiment que leur nombre est bien plus eleve. Des sources humanitaires a Kinshasa ont fait savoir a IRIN que la presse avait a l'epoque specule sur un complot rwandais pour renverser M. Kabila qui aurait ete decouvert.

Nairobi, mardi 4 aout 1998

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un departement d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne refletent pas necessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Pour plus d'information ou abonnement, veuillez contacter UN IRIN-CEA: Tel: +254 2 622 147, Fax: +254 2 622 129, e-mail: irin@ocha.unon.org. Si vous reimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette reserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une reference aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archives sur internet sous : http://www.reliefweb.int/, ou bien peuvent etre retrouves automatiquement par courrier electronique sous : archive@ocha.unon.org. Mailing liste: irin-cea-francais-hebdo]