DR Congo

RDC : La Monuc organise un forum des partis politiques à Mbuji Mayi

Source
Posted
Originally published
Jean-Tobie Okala/Monuc

Kasaï Oriental:

Un forum des partis politiques pour tenter d'apaiser la tension sociale et politique persistante à Mbuji Mayi. Le week-end dernier a encore été émaillé par des incidents entre des sympathisants de l'UDPS et la police. Entre les deux, la MONUC qui tente de calmer la situation.

Mbuji-Mayi. Le Kasai Oriental, plus connu pour ses diamants, serait-il en passe de sombrer dans la violence sociale et politique? Depuis les incidents du 17 mai dernier qui avaient coûté la vie à deux manifestants, le climat reste tendu. Régulièrement, des heurts opposent les habitants aux forces de l'ordre qui tentent, tant bien que mal, de maintenir un semblant d'ordre. D'un coté, les sympathisants et militants de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) - auxquels se joignent tous les «blessés de la vie», shégués ou enfants de la rue, chômeurs, déçus de la transition..., particulièrement remontés et qui semblent échapper au contrôle des autorités provinciales; de l'autre, des policiers accusés de protéger «un gouvernement qui a échoué» et qui n'hésitent pas à appuyer sur la gâchette chaque fois qu'ils se sentent menacés. Entre les deux, une population qui a du mal à vaquer à ses occupations, du fait de ce bras de fer. Dernier exemple en date, le week-end du 4 juin.

Des militants de l'UDPS s'en sont pris aux policiers congolais venus les empêcher de hisser leur «drapeau» au niveau du marché Simis à Mbuji Mayi, leur reprochant de ne s'être pas arrêtés pendant la «levée de leur drapeau», comme ils en ont pris l'habitude de l'imposer ici aux populations. Le bilan de cet affrontement entre police et sympathisants de ce parti est lourd: la police parle d'un mort, d'environ quatorze policiers blessés dont quatre grièvement, ainsi que d'une dizaine de maisons incendiées. Coté manifestants, tout en reconnaissant qu'il y a eu un mort, l'on signale neuf blessés dont un grave. Mais la violence ne s'est pas arrêtée là. Ce week-end là à Mbuji Mayi a rimé avec barrages sur la voie publique: interdiction aux passants et aux automobilistes de franchir les différentes barrières érigées à certains endroits de la ville par des jeunes gens se réclamant de l'UDPS, sauf moyennant paiement d'un «droit de passage». Une situation qui perdure et qui inquiète bon nombre d'observateurs de la vie publique.

Appel au calme. C'est dans ce contexte que le président fédéral de l'UDPS au Kasaï Oriental, Pierre NSANA, a lancé un appel au calme à ses troupes. Cet appel s'ajoute aux efforts de la MONUC pour apaiser la tension. Que ce soit par la voix du chef de bureau de la MONUC-Mbuji Mayi MAMADY Kouyate, ou encore par celle du directeur Afrique au Département des Opérations de Maintien de la Paix des Nations Unies (DPKO), Dimitri TITOV qui s'est rendu sur place le 10 juin dernier, la MONUC ne ménage aucun effort pour ramener les uns et les autres à la retenue et à la raison. Dimitri TITOV a mis à profit son séjour au Kasaï Oriental pour demander aux acteurs politiques - réunis au siège de la MONUC Mbuji Mayi pour la circonstance - plus de tolérance et de privilégier le dialogue, si l'on veut réellement organiser des élections libres, démocratiques et transparentes. Pour le directeur Afrique au DPKO, aucune forme de violence, d'o=F9 qu'elle vienne, des autorités ou des partis politiques ne sera tolérée, ni par la population, ni par la communauté internationale à travers la MONUC. La MONUC dont il a par ailleurs dit qu'elle se tenait prête pour parer à toute éventualité dans la province, en cas de dégradation de la situation.

«Forum des Partis politiques». Les efforts de la MONUC pour assainir le climat social et politique au Kasaï Oriental prévoient aussi, entre autres initiatives, une table ronde sur «l'exercice des libertés publiques dans le processus électoral en RDC» les 23 et 24 juin prochain à Mbuji Mayi. L'idée de ce Forum des partis politiques est de restaurer la confiance entre les acteurs politiques kasaiens, de les amener à s'asseoir autour d'une même table, et tout simplement, à se parler. Renouer donc les fils du dialogue rompu depuis de nombreuses semaines, et tenter de mettre fin à la violence qui caractérise aujourd'hui le jeu politique au Kasaï Oriental. A l'heure actuelle, le PPRD, le MLC, le RCD/Goma ou encore l'UDPS n'ont plus de sièges à Mbuji Mayi; tous ayant été incendiés lors des événements du 17 mai dernier. Ici, le 30 juin 2005 est présent dans tous les esprits; les uns et les autres l'abordent avec appréhension, et beaucoup disent s'en remettre à la MONUC, ou encore à la providence. Ce forum des partis politiques, qui regroupera aussi des représentants de la société civile et des médias, viendra donc à point nommé.