DR Congo

RDC/ Kalemie : pas d’assistance humanitaire pour les déplacés de Lukwangulo

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Plus de sept cents familles de déplacés vivent dans des huttes en pailles, dans un camp, à Lukwangulo, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Kalemie, au Katanga. Ces familles vivent sans assistance humanitaire depuis l’ouverture de ce camp en novembre 2010. Cette population comprend, notamment, 2 600 enfants dont 1 300 filles.

Ces enfants et leurs parents ont fui, pour la plupart, les exactions des FDLR au Nord-Katanga, dans leurs villages respectifs, selon les sources.

Parmi ces villages, Kagoma, Kalusu, Kanja, Kilwe, Lumandjwe et Matete.

Ces localités, minières et agricoles, sont jusqu’à ce jour le théâtre des affrontements entre FARDC et FDLR.

Depuis leur arrivée au camp Lukwangulo, ces déplacés n’ont bénéficié d’aucune assistance, en dehors des soins médicaux fournis par MSF.

«Au camp Lukwangulo, l’eau potable manque et les enfants ne fréquentent pas l’école. A ces problèmes s’ajoutent les difficultés de se nourrir. Deux enfants sont nés dernièrement,» se plaint Assani Butama, secrétaire exécutif du comité de ces déplacés.

La mère de ces nouveau-nés, Mme Nyota Bukuku raconte son martyre: «J’ai fait une couche difficile, vraiment difficile, sans accoucheuse. Dieu m’a aidée, seule alors seule.»

D’autres femmes, comme Nyota Bukuku, disent être confrontées aux problèmes gynécologiques, à cause du travail qu’elles exécutent pour leur survie.

C’est l’intervention de MSF qui a sauvé l’une d’elles, Mme Riziki Richarde, d’une menace d’avortement.

«Je suis enceinte de cinq mois. J’ai beaucoup saigné à cause des travaux. Je ne sais pas si j’aurai cet enfant», se plaint-elle.

Radio Okapi
Copyright Radio Okapi