DR Congo

RDC : Ituri - le désarmement des milices du FNI se poursuit

Source
Posted
Originally published
Carmine Camerini / MONUC

Quelques 223 ex-miliciens du Front National Intégrationniste (FNI) de l'ex Commandant Peter Karim ont été désarmés et démobilisés à Doi, 35 km de Kwandroma, au Nord Est de Bunia ce mardi 8 mai 2007, poursuivant ainsi le processus déjà entamé par 679 autres ex-miliciens du même groupe.

Parmi eux 23 enfants, y compris 4 filles, séparés des autres aux point de désarmement même, et actuellement sous les soins des partenaires humanitaires de l'UNICEF et COOPI. En ce qui concerne les armes rendues, on retrouve 38 AK 47 et 98 projectiles.

Les miliciens désormais démobilisés sont actuellement dans le site de transite de Kwandroma en attente d'être transférés dans le centre de pré brassage de Rwampara, 12 km au sud de Bunia. Là, ils recevront une première formation militaire, et seront ensuite transférés au centre de brassage de Lukusa, à Kisangani.

La situation actuellement est fluide, mais elle nécessite davantage de vigueur de la part des autorités congolaises. En fait, on a actuellement 1073 miliciens qui ont été désarmés à partir de décembre 2006. Le FNI du Colonel FARDC Peter Karim semble être le groupe le plus coopératif avec ses 679 hommes actuellement intégrés dans le processus de brassage. Le MRC et le FRPI n'auront désarmé jusqu'à présent que 263 et 131 hommes respectivement, laissant planer le doute quant à leur réelle volonté d'intégrer le processus. Par ailleurs, les négociations continuent et les pressions s'accentuent.

Pour ce qui concerne le FNI, le problème se pose de savoir comment faciliter le processus pour ceux qui veulent y intégrer, mais qui ont des difficultés à atteindre le point de désarmement de Doi. Une réponse à l'étude serait de mettre en place des points de désarmement mobiles même au milieu de la brousse. S'agissant des FNI dissidents, le Colonel Peter Karim semble être disposé à coopérer pour résoudre le problème maintenant avant que cela ne s'aggrave avec le temps.

Quant au gouvernement de la RDC, il devrait accélérer l'approbation du programme de désarmement de l'Ituri pour libérer la contribution de 2,5 millions de dollars recueillis grâce à l'initiative du Chef de la MONUC, William Swing auprès des bailleurs de fonds. Certes, on peut regretter le manque de 1,5 millions de dollars qui reste pour couvrir l'ensemble des frais liés notamment à la réinsertion, mais une synergie positive dans ce sens pourrait naître suite à la mise en place des mesures nécessaires.