DR Congo

RDC : iMMAP/DFS COVID-19 Analyse de situation (Mai 2021)

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published

Attachments

Aperçu de l’épidémie de COVID-19

La RDC est le 121ème pays le plus touché par la COVID-19 dans le monde (en termes de cas cumulés) (WHO, 16/06/2021). Il arrive derrière la plupart de ses voisins mais obtient la 12è place dans la région africaine en avril 2021 en considérant la létalité de la pandémie sur son territoire (WHO 01/04/2021).

Dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 et depuis mars 2020, le gouvernement de la RDC - avec l’appui de l’OMS- communique régulièrement sur l’évolution épidémiologique à travers la publication journalière des rapports de situation et riposte (SitRep), sur base des données issues des laboratoires de l’INRB validées par le Comité multisectoriel de la riposte COVID-19. Ces informations constituent la base de l’aperçu épidémiologique du mois d’avril 2021.

Au 31 mai 2021, le cumul de cas positifs à la COVID-19 en RDC était de 31 816 et le cumul de personnes guéries 27 666, soit un taux de guérison de 87%. Ce taux reste assez stable par rapport au mois d’avril puisqu’il connaît seulement une baisse de 2%. Il est légèrement plus bas que le taux de guérison de la région africaine qui s’établit à 91% (WHO 09/05/2021). A la même date, 3 204 cas étaient encore actifs. Selon ces chiffres officiels, le pays semble donc relativement épargné en comparaison à ses voisins tels que la Zambie qui compte plus de 92 000 cas cumulés ou le Kenya qui en compte 164 000. Deux de ses voisins

frontaliers - le Rwanda et l'Ouganda- dénombrent des cumuls de cas très similaires au cumul de la RDC alors que leurs territoires sont nettement plus petits que ceux de la RDC. Deux explications peuvent se dresser : le pays se révèle moins touché par la pandémie grâce notamment aux mesures gouvernementales adoptées depuis mars 2020 ou le nombre de tests effectués ne permet pas de rendre compte de la réalité des cas. Cette deuxième hypothèse est probablement plus juste (FranceInfo 16/06/2021). En effet, les chiffres montrent que la RDC est le pays qui effectue le moins de tests (ratio par habitant) par rapport à tous ses voisins susmentionnés. En effet, au mois de mai, le pays comptait 1600 personnes testées sur 1 000 000 (soit 0,16% de la population) tandis que tous ses voisins avaient un taux variant entre 2,2% et 10% (COMESA 12/05/2021). L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rapporte que depuis le début de l’épidémie de COVID-19, les données cumulées des 23 provinces touchées (sur 26 que compte le pays) démontrent que Kinshasa reste la ville la plus affectée par la circulation de la COVID-19 avec 69,4% du total de cas, suivie du Nord-Kivu (9%), du Haut-Katanga (6,5%), du Kongo Central (5,6%), du Sud-Kivu (3%) et du Lualaba (3%) (WHO 01/06/2021, Gouvernement RDC 31/05/2021).

Le 07 mai 2021, l’éventualité d’une troisième vague de l’épidémie de COVID-19 a été rapportée avec la découverte du variant indien (double mutation SARS-CoV-2) qui a été isolé chez un sujet indien arrivé à Kinshasa le dimanche 2 mai. Un plan du Cluster Santé de la RDC a été élaboré et le séquençage des souches isolées sur un cluster de 25 cas ont été confirmés dont 20 sujets indiens et 5 sujets congolais (Health Cluster 10/05/2021, congodurable 10/05/2021). Plus de la moitié des pays de la région africaine connaissent une transmission communautaire de la COVID- 19 avec une incidence modérée. Le nombre d'infections parmi les agents de santé reste préoccupant et la crainte d’une troisième vague sur le continent continue d’être rapportée par l’OMS (WHO 03/06/2021, WHO 09/05/2021).