DR Congo

RDC: 30 000 déplacés après les attaques dans la vallée du fleuve Lomami, dans le Kasaï oriental

Source
Posted
Originally published
KINSHASA, 3 mars (IRIN) - Un peu plus de 30 000 personnes ont été déplacées par les attaques et contre-attaques qui se sont produites fin 2002 entre les milices Maï-Maï et le mouvement rebelle du Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma (RCD-Goma), soutenu par le Rwanda, le long de la rive occidentale du fleuve Lomami, entre Katako Kombe et Lubefu, dans la province du Kasaï Oriental, au centre de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris par les Services de secours catholique (CRS), l'institution officielle de secours et de développement de la Communauté catholique américaine.
Pour venir en aide à cette population, CRS et ses partenaires locaux, Caritas et BDOM/Tshumbe, ont prévu de distribuer des outils agricoles, des filets de pêche et des denrées non alimentaires, ainsi que des trousses médicales du Fonds des Nations Unies pour l'enfance, des biens qu'ils transporteront de la capitale, Kinshasa, au diocèse de Tshumbe, grâce au soutien financier du Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires
humanitaires (OCHA).

« Les attaques se sont intensifiées entre septembre 2002 et janvier 2003, forçant les habitants à abandonner leur ferme et à se réfugier dans les régions avoisinant Tshumbe, Wembonyama, Lubefu et Katako Kombe, » a rapporté CRS.

Les habitants déplacés ont déclaré à CRS que les attaques survenues dans la région ont commencé en avril 2002, obligeant grand nombre d'habitants à se cacher régulièrement dans les forêts voisines.

« Les déplacés ont indiqué que leur village a été, à maintes reprises, pillé et incendié et que leurs cultures ont été détruites. Ils ont aussi fait état de torture, d'exécutions et de viols. La majeure partie des déplacés restent avec leur famille d'accueil. Les autres n'ont pas de toit pour dormir. Quelques nouvelles victimes blessées au cours des attaques continuent de se cacher dans la forêt de crainte d'étre prises pour des Maï-Maï par les forces du RCD-Goma,» a expliqué CRS.

Le fleuve Lomami sépare les provinces du Kasaï Oriental et de Maniema.

La région de la vallée du fleuve, en butte aux affrontements, est sous le contrôle du RCD-Goma depuis début 1998.

[FIN]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archivés sur internet sous : http://www.irinnews.org. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]

Copyright (c) UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs 2003