DR Congo

RDC : 229 victimes d’atrocités de la milice de Morgan identifiées à Mambasa

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Des enquêteurs judiciaires venus de Bunia ont recensé deux cents dix-neuf victimes de viols, tortures, meurtres et pillages à Mambasa, à plus de 160 km au sud-ouest de Bunia, dans la Province Orientale. Ces enquêtes visaient à connaitre les atrocités commises par le chef milicien Paul Sadala alias Morgan et ses hommes, qui s’attaquent depuis le 12 mars 2012, à la population civile lors de différentes incursions à Mambasa-centre et dans plusieurs localités de ce territoire.

Selon le rapport de ces enquêtes, 229 personnes ont été recensées, pendant trois jours, comme victimes des affres de la guerre commis par les hommes du chef milicien Morgan à Mambasa Centre et ses environs.

D’après l’auditeur de garnison militaire de l’Ituri, Kumbo Ngoma, les auditions des victimes confirment 168 cas de pillages, 36 de viols, 12 cas de meurtres et 13 cas de tortures.

Ces enquêtes judiciaires, menées par une commission mixte composée des auditeurs militaires et la police, ont été dirigées par l’auditeur militaire de garnison de l’Ituri avec l’appui de la Monusco/Bunia.

Les enquêteurs se sont rendus sur les différents lieux de crimes; notamment à Mambasa centre, Nia Nia, Mabukusi, Epulu, Biakato et autres. Deux femmes violées ont été confiées depuis deux jours à l’ONG Sofepadi basée à Bunia pour une prise en charge médicale, a indiqué Kumbo Ngoma.

Ce dernier a promis que des juges de Bunia se déplaceraient de Bunia pour à Mambasa pour y organiser des audiences sur ces allégations.

Cette initiative a été saluée et encouragée par la société civile et les opérateurs économiques locaux. Ces derniers ont sensibilisé la population pour livrer leurs témoignages à cette commission d’enquête.

Les hommes fidèles à Morgan avaient occupé, dimanche 6 janvier matin, la cité de Mambasa avant d’être délogés par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), dans les après-midi, aux termes de violents affrontements. Quatorze personnes avaient été tuées et une trentaine autres, blessées. Ces combats avaient occasionné des pillages et des milliers des déplacés.

Radio Okapi
Copyright Radio Okapi