DR Congo

RD Congo/Sud Kivu : Nouvel élan pour le programme Amani à Uvira

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Oscar Mercado / MONUC

Le gouverneur du Sud Kivu, Louis-Léonce Muderhwa, a rencontré les leaders Maï-Maï du groupe Zabuloni et Shikito à Uvira, dans le cadre de la sensibilisation du programme Amani, le 17 novembre 2008. Les Maï-Maï ont donné leur accord de principe pour accepter la démobilisation et envoyer leurs combattants dans le camp d'entraînement de Luberizi, situé à 50 Km. au nord d'Uvira, à partir de la semaine prochaine.

La rencontre qui a eu lieu au camp des Casques bleus pakistanais en présence du représentant du Bureau de la MONUC à Bukavu, Cheik Bangoura, et du chef de la 10ème région militaire, le général Patrick Mazunzu, s'inscrivait dans le processus de sensibilisation des groupes Maï-Maï de la région, dans le cadre du programme Amani.

Les deux groupes, signataires des accords de Goma, ont donné leur accord de principe pour envoyer leurs effectifs au camp de brassage de Luberizi dans lequel ils seront regroupés, recensés et entraînés, tout en respectant le principe de «un homme, une arme».

Tant le groupe de Zabuloni comme celui de Shikito ont manifesté leur inquiétude vis-à-vis des FRF (Forces Républicaines Fédéralistes) opérant dans les hauts plateaux d'Uvira. Bien que signataires des accords de Goma, les FRF ont quitté le programme Amani.

Le gouverneur a expliqué les mesures prises à leur encontre qui incluent des moyens de pression pour les amener au désarmement et à la démobilisation. Les deux groupes se sont montrés assez satisfaits mais ont exigé des actions concrètes le plus tôt possible.

Un autre point en discussion fut l'acceptation des grades des officiers des deux groupes Maï-Maï lors de l'entrée dans le processus de brassage. Ils on été informés qu'il faut d'abord passer par un entraînement et une évaluation de grades obtenus au sein des milices.

Après la rencontre, Louis-Léonce Muderhwa, qui effectuait sa première visite officielle en territoire d'Uvira, a déclaré que «les préalables demandés par les groupes ne sont pas insurmontables».

Les effectifs Maï-Maï, estimés à quelques milliers de combattants, devraient rejoindre le camp d'entraînement de Luberizi à partir de la semaine prochaine. La délégation venue de Bukavu a inspecté, durant la matinée, les futures installations du camp destiné à accueillir les démobilisés.

Le camp de Luberizi accueille actuellement les effectifs des futures brigades intégrées et entraînées qui sont en attente de formation. En août dernier, 1.800 soldats sont sortis du centre de formation et ensuite ont été déployés dans la région.

Ce projet de désarmement et démobilisation des groupes Maï-Maï dans le Sud Kivu, est géré par le programme Amani avec le soutien financier du gouvernement des Pays-Bas, qui a donné une contribution de 2.5 millions de dollars pour la création de 3 centres de regroupement et entraînement dans les territoires d'Uvira et de Fizi.