DR Congo

RD Congo/Sud Kivu : Ne recrutez plus d'enfants soldats, dit la MONUSCO

Bukavu, 12 février 2011 - A l' occasion de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le recrutement et l'utilisation d'enfants soldats, le Bureau pour le Volontariat au Service de l'Enfance et de la Santé (BVES) a organisé le 12 février à Bukavu une conférence de presse dans le but de sensibiliser les populations sur le phénomène de recrutement d'enfants dans les conflits armés. Ont également pris part à cette rencontre la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), l'Agences des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), l'Unité d'Exécution du Programme national de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (UEPNDDR), l'Etat major de l'opération Amani Leo, et la Coalition pour mettre fin à l'utilisation des enfants soldats.

La RDC ayant ratifié le Protocol facultatif à la convention de l'ONU relatif aux Droits de l'Enfant sur l'implication des enfants dans les conflits armés entrée en vigueur le 12 février 2002, les organisateurs ont voulu rappeler aux gouvernants et aux groupes armés qu'il est interdit de recruter et d'utiliser dans les situations de conflits des personnes âgées de moins de 18 ans.

Pour l'heure, selon Monsieur Aliou Sene, Chef de bureau de la MONUSCO au Sud Kivu, « des informations dignes de foi indiquent que plusieurs groupes armés résiduels continuent de recruter et d'utiliser des enfants en RDC, particulièrement à l'Est du pays ».

Le Directeur du BVES, Monsieur Murhabazi Namegabe, a pour sa part indiqué que 300 enfants ont été extraits en 2010 des rangs de groupes armés, et sont actuellement en scolarisation ou en apprentissage d'un métier à vocation.

La date du 12 février a été choisie pour célébrer la journée internationale des enfants soldats car elle marque la date anniversaire de l'entrée en vigueur du Protocole facultatif à la Convention des droits de l'enfant relatif à l'implication des enfants dans les conflits armés.

Aussi, toutes les résolutions du Conseil de sécurité relatives à la situation politico-sécuritaire en RDC insistent sur la responsabilité du Gouvernement congolais face à la présence de personnes de moins de 18 ans dans les rangs des Forces armées de la RDC.

Biliaminou Alao / MONUSCO