DR Congo

RD Congo/Rutshuru : Une mission d'évaluation de Caritas Goma obligée à rebrousser chemin suite aux combats

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Kinshasa, le 05 novembre 2008 (caritasdev.cd) : L'équipe de la Caritas Goma qui s'est rendue mardi 04 novembre 2008 dans le Territoire de Rutshuru afin d'évaluer la situation humanitaire des personnes déplacées a été obligée de retourner sur Goma. Forte de 4 personnes, cette équipe qui est partie de Goma peu avant 11 heures devait procéder à l'évaluation de la situation humanitaire des personnes déplacées après les affrontements de la semaine dernière dans les localités de Rutshuru, Jomba, Kiwanja, ntamugenga, Rubare, Ruhgari. Alors qu'elle se trouvait au Bureau du Territoire de Rutshuru des tirs des armes lourdes ont commencé à retentir de la localité voisine de Kiwanja. Espérant que la situation allait se calmer l'équipe a patienté jusque 15 heures.

Devant la persistance et le renforcement des tirs, elle a décidé de rebrousser chemin sur Goma qu'elle a atteint en début de soirée. Signalons qu'une semaine plutôt cette même équipe a été bloquée par les combats à Kiwanja d'o=F9 elle a pu difficilement atteindre Goma après avoir subi des dommages importants sur les 3 véhicules et le vol des effets personnels à Kiwanja. Ce contretemps va encore retarder la distribution des kits ménagers que la Caritas Goma prévoyait effectuer la semaine prochaine dans cette région qui est durement éprouvée par la violences récurrentes. Toutefois l'équipe pourra repartir dès que les conditions sécuritaires s'améliorent. En attendant, la Caritas Goma procède à partir d'aujourd'hui à la distribution des vivres à 6.4122 personnes déplacées dans les camps de Mugunga I et II, Bulengo et Buhimba à l'Ouest de Goma. Ces vivres fournis par PAM couvrent les besoins des déplacés pour 10 jours. La distribution va s'étendre sur 4 jours.

De source humanitaire, on apprend que les affrontements ont opposé les troupes rebelles du CNDP de Laurent NKUNDA aux éléments mai-mai du PARECO, rapporte caritasdev.cd.

Bilan des combats : plusieurs blessés, deux journalistes kidnappés et déplacement des civils

Plusieurs blessés ont été enregistrés à l'Hôpital général de Rutshuru à la suite de ces combats car la population civile a été vraisemblablement surprise par le déclenchement brusque des hostilités. Aucun bilan exact, en ce qui concerne notamment le nombre des morts, rien n'est disponible en ce moment sur ces hostilités tandis que les affrontements se poursuivent encore aujourd'hui. Toutefois, signale OCHA, deux journalistes auraient été kidnappés hier. Il s'agit d'un journaliste congolais et d'un autre belge qui s'étaient retrouvés dans la zone des combats. Aucune précision sur l'identité des journalistes et les auteurs de leur kidnapping n'a été fournie par OCHA. Ce forfait a également causé deux morts, vraisemblablement parmi ceux qui tentaient de protéger les journalistes.

Le premier ministre congolais séjourne à Goma

Pour rappel, les affrontements au Nord-Kivu ont repris cinq jours après l'accalmie observée à la suite de l'offensive diplomatique dans la région et du cessez-le-feu unilatéral décrété par la rébellion du CNDP présente aux environs de Goma, le Chef-lieu de la Province du Nord-Kivu. Par ailleurs, le nouveau Premier ministre de la République Démocratique du Congo, Adolphe MUZITO, investi avec son gouvernement dimanche dernier par l'Assemblée nationale, est arrivé mardi après-midi à Goma à la tête d'une importante délégation gouvernementale.

Les viols continuent dans le Nord Kivu

La cellule de la Caritas Goma chargée de l'aide aux victimes des violences sexuelles poursuit ses enquêtes sur les cas des violences sexuelles qui auraient été commises lors des affrontements de la semaine dernière. A ce jour elle a recensé 39 cas de viol dont 10 dans le camp des déplacés de Mugunga dans la banlieue de Goma. Parmi ces victimes 5 ont pu être référées à l'hôpital par la cellule. Pour une victime, il s'agit d'un deuxième viol. Une autre est une fille de 16 ans et donc une mineure. Une fille de Goma a été sauvée des mains des violeurs par sa maman moyennant une somme de 270 dollars qu'elle avait heureusement. Parmi les cas ci haut signalés, celui de la localité de Ntamugenga ressort avec 19 victimes. Notons que les viols de Goma ont été commis dans la nuit du 29 au 30 octobre par des hommes en armes. Précisons aussi la plupart des victimes préfèrent souffrir en silence de peur d'être répudiées par leurs maris.