DR Congo

RD Congo/Rutshuru : panique et débandade à Kiwanja !

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Nord Kivu | 06 Novembre 2008 à 13:23:27 - Environ 5 000 familles de la cité de Kiwanja, relevant de Rutshuru-Centre, à 75 kilomètres au nord de Goma, ont trouvé refuge autour du camp des casques bleus de la Monuc. D'après certaines personnes sur place, elles fuient des exactions des hommes du CNDP en représailles à l'attaque des combattants Maï-Maï. Un journaliste et animateur de la Radio communautaire Ushirika, Racou, a même été tué dans les affrontements, rapporte radiookapi.net

Selon les sources, il y aurait déjà plusieurs tués, surtout parmi les jeunes de Kiwanja. Jusque ce jeudi matin, les éléments du CNDP procèdent, ajoutent les mêmes sources, à un bouclage systématique, porte à porte, pour rechercher les combattants Maï-Maï. Le gouverneur du Nord-Kivu parle d'une situation grave à Kiwanja.

Julien Paluku lance un appel à la communauté internationale pour une intervention en faveur de la démilitarisation de cette cité : « Il y a des massacres sélectifs qui sont en train d'être opérés par le CNDP. Tous les jeunes garçons sont tués par les militaires du CNDP qui dit qu'ils sont des Maï-Maï. Les grands notables de la ville sont aussi inquiétés. Il y en a qui sont arrêtés, il y en a qui sont incarcérés maintenant. Donc, la situation est très, très grave à Kiwanja, surtout ce massacre sélectif qui ne vise que certaines personnes qui appartiennent à quelques ethnies. Nous avons tenu à dénoncer cela, à l'opinion tant bien nationale qu'internationale », a commenté au téléphone le gouverneur du Nord-Kivu.

A la question sur le nombre de victimes, Julien Paluku a répondu : « Pour l'instant, nous avons une dizaine de personnes selon les sources qui nous l'ont révélé. Nous attendons que les noms nous soient communiqués pour que nous puissions les rendre publics, que la communauté nationale et internationale puisse rapidement s'investir notamment la démilitarisation de Rutshuru pour éviter que [pareille situation ne puisse se produire dans l'avenir. »

Le CNDP nie le massacre des jeunes civils de Kiwanja. Son porte-parole, indique que les personnes tuées sont toutes des combattants qui s'étaient retirés après leur défaite et qui se sont réfugiés dans des habitations des civiles. Pour Bertrand Bisimwa, la majorité des jeunes civils de Kiwanja sont sécurisés par leurs hommes, dans un stade de football à Rutshuru.

Alfred Nzonzo, journaliste et animateur de la Racou a été tué d'une balle

Ce journaliste, animateur de la Radio communautaire Ushirika, Racou, a été tué dans les affrontements de mardi et mercredi à Rutshuru entre le CNDP et des combattants Maï-Maï. Dans un communiqué, publié le 04 novembre courant par Bénevolencia, cette organisation internationale qui s'occupe des médias dénonce cette situation et appelle à une vigilance pour permettre aux médias d'exercer sans faire risquer la vie des professionnels.

D'après les premières informations, Alfred Nzonzo Bitwahiki Munyamariza, le journaliste et animateur de la Radio communautaire Ushirika a été tué d'une balle à Rutshuru, pendant la débandade à la suite de l'attaque de mardi, dans la cité de Kiwanja. Ses collègues qui sont actuellement en cachette, disent qu'il est difficile pour l'instant de donner avec précisions, ses véritables exécutants.

Agé de 27 ans, la victime était journaliste reporter, présentateur de l'édition en langue Kinyarwanda et animateur de l'antenne. Le directeur de cette radio Jean Baptiste Kambale indique que, 4 autres journalistes de Racou sont jusqu'à ce jour introuvable. Il dit également que la Radio communautaire Ushirika, Racou, n'émet plus, une partie du matériel a pu être sauvée mais l'essentiel a été pillé par le CNDP lors de l'attaque de Rutshuru et Kiwanja.

L'organisation internationale Benevolincia prévient que la situation des journalistes dans les zones contrôlées par le CNDP, devient extrêmement périlleuse et d'autres radios associatives et communautaires du Nord Kivu pourraient suivre le même sort.

Une autre radio, Dorika FM, "la radio des gorilles" située à Nyamilima, aux portes du parc de la Virunga, a préféré fermer son antenne en raison de l'insécurité qui règne dans cette zone, affirme Benevolencia.

Radio Okapi
Copyright Radio Okapi