DR Congo

RD Congo/Nord-Kivu : Opérations de ratissage des rebelles, toujours plus de civils en fuite

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
La localité de Kiwanja, à 80 kilomètres au nord de Goma, en proie depuis deux jours aux combats entre les rebelles du Congrès National de Défense du Peuple (Cndp) du général dissident pro-rwandais Laurent Nkunda et les groupes d'autodéfense Maï-Maï proches du gouvernement de Kinshasa, est de nouveau passée sous le contrôle des miliciens. C'est ce que confirme à la MISNA Madnodje Manoubai, porte-parole de la mission locale de l'Onu (Monuc) contacté à Goma, d'après qui les rebelles procéderaient à des opérations de ratissage dans chacune des habitations civiles à la recherche de combattants ennemis; en effet, le Cndp accuse les Maï-Maï d'avoir attaqué la ville, passée aux mains des rebelles lors d'une offensive menée la semaine dernière, tandis que des sources locales réfèrent que ce matin la petite localité semble déserte et la population civile a pris la fuite, rejoignant les centaines de milliers d'évacués déjà présents dans la région. Des milliers de personnes avanceraient en direction de Rutshuru, à quelques kilomètres seulement, o=F9 la situation serait plus tranquille en l'absence de combats en cours. Entre temps, sur le front politique, le premier ministre Adolphe Muzito a réaffirmé être disposé à renouer le dialogue avec les rebelles "seulement dans le cadre du programme de paix Amani". Ce matin, juste avant de quitter Goma pour Bukavu (chef-lieu du Sud-Kivu), le chef du gouvernmeent a promis de mettre fin à la guerre dans la région, rappelant que "le gouvernement est prêt à écouter les seuls groupes armés ayant vraiment l'intention de prendre part aux négociations en vue de la conclusion d'un accord". Il y a quelques jours, au lendemain de l'installation du nouvel exécutif, l'Assemblée parlementaire avait diffusé un programme pour la pacification de l'est, exhortant le gouvernement à dialoguer avec les rebelles de Nkunda, sortis du programme Amani pour la pacification, le désarmement et la démobilisation des groupes armés. Demain, les chefs d'état de la Conférence internationale des Grands Lacs, notamment en présence du congolais Joseph Kabila, de son homologue rwandais Paul Kagame (Kigali est accusée de soutenir le Cndp) et de Ban Ki-moon, se rencontreront d'urgence à Nairobi pour essayer de trouver une solution négociée au conflit sévissant au Kivu. [AdL/VV][CO]