DR Congo

RD Congo/Nord Kivu: La diplomatie au travail, calme tendu au front et maladies

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Le commissaire pour la paix et la sécurité de l'Union africaine (UA), Ramtane Lamamra, est arrivé aujourd'hui à Kinshasa pour rencontrer le président Joseph Kabila avec qui il affrontera la crise du Nord-Kivu. C'est ce que réfère la presse locale, précisant que le commissaire poursuivra sa mission demain à Kigali, o=F9 il s'entretiendra avec le président rwandais Paul Kagame, accusé à plusieurs reprises de soutenir la rébellion du Congrès national de défense du peuple (Cndp) de l'ex-général Laurent Nkunda dans l'est du Congo. Contre ce dernier, les députés du Nord-Kivu ont déposé une plainte au bureau local de la Cour pénale internationale (Cpi) à Kinshasa: les représentants accusent le général dissident de "génocide" et "crimes de guerre" commis à Kiwanja, localité théâtre ces derniers jours de durs combats, et, selon les témoignages de résidents, d'exécutions sommaires et ratissages. Entre temps, au front, la situation est à l'enseigne d'un calme tendu, o=F9 les combattants des deux camps se trouvent seulement à quelques kilomètres de distance. Selon les dernières informations disponibles, le Cndp se serait retiré à quelques kilomètres de Kanyabayonga, localité stratégique sur la route permettant d'accéder à toute la partie nord du Kivu, prise d'assaut hier puis abandonnée après quelques heures de saccages et violences. La mission de l'Onu dans le pays (Monuc) réfère un lent retour des évacués qui avaient fui par peur des combats du camp de Kibati, aux portes de Goma, o=F9 l'armée congolaise et les rebelles s'étaient affrontés la semaine dernière; les résidents se plaignent toutefois de la présence de militaires dans le camp et craignent d'être accidentellement atteints par les échanges armés entre les belligérants. Du point de vue sanitaire, selon les organisations humanitaires, les conditions des habitants de Kiwanja et Rutshuru demeurent alarmantes, au vu de la recrudescence ces dernières semaines de cas de choléra et autres maladies liés aux conditions sanitaires précaires des civils contraints de vivre dans les bois. [AdL/VV][CO]