RD Congo/Dungu : Après attaques rebelles LRA, incertitude mais des faits positifs

Report
from Missionary International Service News Agency
Published on 20 Nov 2008 View Original
La situation dans la Province Orientale est encore incertaine après que depuis mi-septembre les rebelles ougandais de l'Armée de résistance du seigneur (Lra) aient été protagonistes à plusieurs reprises d'incursions ayant fait des victimes et provoqué la fuite de plusieurs milliers de civils. Des sources missionnaires locales contactées par le MISNA ont confirmé que Dungu, un des principaux centres de la région qui compte environ 30.000 habitants, s'est vidé et que plus de la moitié de sa population s'est temporairement transférée à Isiro et Niangara ou dans les forêts. La peur de nouvelles incursions rebelles a porté à la fermeture des écoles et la paralysie de la vie économique dans une grande partie de la Province orientale. "Les paysans - ont référé ces mêmes sources à la MISNA - ne ramassent pas le riz et n'ont pas semé les haricots; cela engendrera probablement des problèmes dans un futur proche même si pour le moment aucune urgence alimentaire et sanitaire n'est signalée". Après l'attaque directe contre Dungu le 1er novembre dernier, d'autres violences ont été signalées dimanche par Radio Okapi dans les localités de Bangadi et Neisu: les rebelles ont saccagé des habitations et des édifices administratifs, contraignant la population locale à fuir en direction de Nyangara. Dans l'incertitude de la situation locale, quelques faits positifs ont cependant été signalés: à Dungu, l'armée a augmenté ses effectifs et contrôles nocturnes. Cette mesure a permis le retour sur place d'une partie de la population qui s'était échappée. Par ailleurs, des groupes de rebelles ont commencé à se rendre à la mission locale de l'Onu (Monuc), par exemple 23 hommes dimanche dernier. La dernière note positive, confirmée par les sources locales de la MISNA, concerne la remise en liberté de 55 personnes, faisant partie d'un groupe de quelque 80 civils, qui avaient été enlevées à Dungu le 1er novembre.