DR Congo

RD Congo : Tableau de bord humanitaire (PRH 2020) (Janvier à décembre 2020)

Format
Infographic
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Évolution de la situation humanitaire en 2020

La République démocratique du Congo (RDC) demeure confrontée à une crise humanitaire aigüe et complexe. Les conflits armés et violences se sont fortement intensifiés, avec notamment 2 810 civils tués par les parties au conflit au cours de l’année 2020, soit plus du double de 2019 (1 359 victimes), traduisant une détérioration de la situation sécuritaire dans les provinces en conflit, en particulier celles de l’Ituri, du Nord et du Sud-Kivu et du Tanganyika.

L’épidémie de COVID-19 déclarée a affecté la croissance économique et les moyens d’existence des ménages les plus vulnérables alors même que la majorité de la population congolaise se trouvait déjà dans une situation d’extrême pauvreté. L’état d’urgence sanitaire décrété le 19 mars 2020 en raison de l’épidémie a été levé le 21 juillet. Un couvre-feu national a été instauré le 18 décembre 2020.

Afin de prendre en compte les nouveaux besoins humanitaires créés par cette crise majeure, le Plan de réponse humanitaire (PRH) a été révisé en juin 2020. Le nombre de personnes dans le besoin est ainsi passé de 15,6 millions initialement à 25,6 millions et le nombre de personnes ciblées de 7,7 millions à 9,2 millions suite à la révision.

L’année 2020 a été marquée par la fin de la 10ème épidémie de la Maladie à virus Ebola (MVE) à l’Est au mois de juin. 2 287 personnes ont succombé à la maladie entre août 2018 et juin 2020. La RDC, zone endémique de la MVE, a dû immédiatement faire face à une 11ème épidémie de MVE déclarée le 1er juin dans la province de l’Equateur, à l’Ouest. Celle-ci a été maitrisée et a pris fin officiellement en novembre 2020. Elle a causé la mort de 55 personnes.

En 2021, les besoins liés aux épidémies devraient diminuer et le nombre de personnes dans le besoin est estimé à 19,6 millions selon l’Aperçu des besoins humanitaires (HNO).

Les cinq impacts majeurs de la crise humanitaire demeurent : (1) les mouvements de population liés aux conflits et aux catastrophes naturelles (2) l’insécurité alimentaire aigüe (3) la malnutrition aigüe (4) les épidémies et (5) la fragilité de l’environnement protecteur.

La RDC abrite l'une des plus grandes populations de personnes déplacées au monde et la plus nombreuse sur le continent africain. Elle compte 5,2 millions de personnes déplacées internes concentrées pour la plus grande partie dans l’Est, ainsi que 1,4 millions de personnes retournées. Le pays accueille également 527 000 réfugiés et demandeurs d’asile des pays voisins. Des troubles lors des élections présidentielles qui se sont tenues en République centrafricaine au mois de décembre 2020 ont provoqué un nouvel afflux de plus de 92 000 réfugiés dans le nord de la RDC, en particulier dans le Nord-Ubangi et le Bas-Uele.

En 2020, la RDC est devenue le premier pays au monde au regard du nombre de personnes en insécurité alimentaire aigüe, avec 21,8 millions de personnes affectées pour la période de juillet à décembre 2020, soit 5,93 millions de plus qu’à la même période en 2019. Cette hausse peut s’expliquer par une augmentation significative de la population totale analysée d’un exercice à l’autre et de l’intégration de zones urbaines dans l’analyse afin d’estimer l’impact de l’épidémie de COVID-19 sur la sécurité alimentaire. En 2021, ce nombre devrait s’élever à 19,6 millions de personnes selon l’analyse IPC projetée, dont, 14,8 millions en phase de crise (IPC phase 3) et 4,8 millions en phase d’urgence (IPC phase 4). La situation nutritionnelle est restée préoccupante en 2020, avec quelques 4,4 millions de personnes souffrant de malnutrition aigüe, dont 3,4 millions d’enfants de moins de cinq ans. En août 2020, le Gouvernement a annoncé la fin de l’épidémie nationale de rougeole qui avait été particulièrement meurtrière, causant la mort de 7 000 enfants entre juillet 2018 et juillet 2020.

D’importants efforts restent à faire pour éradiquer définitivement la maladie et pour prévenir de nouvelles flambées. La courbe épidémiologique du choléra a connu une baisse en 2020 avec 18 000 cas notifiés comparé à 28 000 en 2019. L’épidémie de paludisme a continué d’affecter l’ensemble du pays, demeurant la première cause de morbidité en RDC avec 14 000 décès enregistrés en 2020. Comparativement à l’année 2019, les incidents de protection sont en hausse avec plus de 77 000 cas rapportés en 2020 contre 54 000 en 2019, soit une augmentation de 56 pour cent. On a observé globalement une recrudescence des violences basées sur le genre (VBG) et des violations graves des droits de l’enfant.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.