DR Congo + 1 more

RD Congo - Sud-Kivu: Note d’informations humanitaires no 02/16 (17/02/2016)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Faits saillants

  • Se déplacer, seule stratégie de protection des habitants de Shabunda, malheureusement périlleuse

  • Walungu : plus de 5 500 personnes vulnérables accèdent à l’eau potable et aux latrines hygiéniques

Aperçu de la situation

Quatre personnes ont été tuées et près de 10 000 autres déplacées entre janvier et février suite aux récurrents affrontements entre des miliciens Mayi-Mayi et des éléments des ex-Forces républicaines fédéralistes (FRF) dans le Groupement de Bijombo au sud-ouest d’Uvira. Les activités socioéconomiques sont paralysées tandis que l’insécurité et les difficultés d’accès physique empêchent les acteurs humanitaires d’évaluer la situation. Cette région des Hauts Plateaux d’Uvira n’est accessible qu’à pied ou par hélicoptère. La faible présence des forces de sécurité ainsi que de l’administration favorise l’activisme des groupes armés, particulièrement à travers des confrontations pour le contrôle des redevances locales. La résurgence des conflits intercommunautaires reste également à craindre, les deux groupes armés ayant une assise communautaire.

Les habitants de l’axe Lolo - Nduma dans le nord de Shabunda se sont déplacés depuis une semaine vers la forêt et les localités avoisinantes suite à l’appel des miliciens Raïya Mutomboki annonçant des opérations imminentes contre eux. Sur base du dénombrement sanitaire, leur nombre s’éleverait à plus de 12 700 personnes. Suite à ce climat de psychose, les activités socioéconomiques et humanitaires dans la région demeurent paralysées. Dans la même zone, des affrontements entre cette milice et des éléments de la Police nationale le 12 février ont causé le déplacement d’environ 10 000 habitants des localités de Kaligila, Kamango et Mintoko. En marge de ces affrontements, quatre personnes ont été enlevées, des biens des habitants pillés tandis que deux pirogues servant aux habitants pour la traversée de la rivière Lugulu ont été détruites, réduisant ainsi leur liberté de circulation. En 2015, Shabunda a été le territoire le plus affecté par les déplacements suite à l’insécurité en enregistrant 38 577 des 176 226 personnes déplacées dans la province, soit 22%.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.