RD Congo - Sud-Kivu & Maniema : Note d’informations humanitaires du 12.11.2018

Faits saillants

  • Déplacement d’environ 17 000 personnes dans les Hauts-Plateaux de Kalehe
  • Distribution d’articles ménagers essentiels à 4 000 personnes retournées dans le territoire de Fizi

Aperçu de la situation

Des affrontements violents ont eu lieu entre deux groupes armés actifs dans le groupement de Ziralo (Hauts Plateaux de Kalehe) du 1er au 3 novembre 2018. En plus des morts et des blessés parmi les protagonistes, il a été rapporté le déplacement massif des populations des localités de Tushunguti, Bunje, Nyalugusha et Kusisa, ainsi que le pillage systématique de plusieurs maisons (biens de valeur, petit bétail et stocks de semences) par les belligérants au cours des affrontements. Les habitants n’ayant eu que quelques minutes pour s’enfuir de leurs villages à l’approche des combats. Toutefois, les sources humanitaires dans la zone signalent le début du mouvement de retour avec environ 10 000 retournés déjà répertoriés depuis le 07 novembre, à la faveur de l’accalmie observée dans la région. Les activités scolaires et médicales ont aussi repris. Ces tensions se sont produites au moment où les habitants préparaient leurs champs pour le semis.

Dans la période du 2 au 3 novembre, une détérioration de la situation humanitaire a été observée dans les Moyens Plateaux d’Uvira (territoire d’Uvira). Des affrontements violents ont opposé différents groupes armés de la zone, conduisant au déplacement de près de 12 000 personnes des localités de Kageregere et Kahololo (groupement de Kigoma) vers les villages des groupements de Runingu et de Lemera. En raison de la fragilité du climat sécuritaire, les populations déplacées hésiteraient encore à retourner dans leurs villages d’origine craignant des nouvelles violences. De leur côté, les acteurs humanitaires ont réduit leurs activités dans la Plaine de la Ruzizi et les Moyens-Plateaux, préférant observer l’amélioration des conditions sécuritaires avant la reprise de leurs programmes. Aussi, il est à craindre que l’élan de retour des déplacés, observé dans les villages des Hauts Plateaux de Bijombo, soit affecté par les violences entre groupes armés.

Après une accalmie observée dans le groupement de Bizalugulu (territoire de Mwenga) au cours des derniers mois, des incursions récurrentes des individus armés dans les villages, auraient conduit au déplacement de près de 6 500 personnes vers les villages voisins du groupement Bashimwenda Mayo entre mi-octobre et début novembre, rapportent les sources humanitaires de la zone. Ces personnes n’envisagent pas de retourner dans leurs villages en raison du climat d’insécurité qui y prévaut.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.