RD Congo - Sud-Kivu & Maniema : Note d’informations humanitaires du 10/10/2017

Faits saillants

  • Baisse des activités humanitaires dans le Territoire de Fizi à cause de l’insécurité

  • Nouveau foyer de choléra dans la zone de santé de Katana

Aperçu de la situation

Les conditions sécuritaires en Territoire de Fizi, qui ne cessent de se dégrader depuis fin juin, ont entraîné la diminution des activités humanitaires dans cette région frontalière avec les provinces du Maniema et du Tanganyika. En cause, les affrontements entre l’armée congolaise et les groupes armés qui limitent l’accès et les mouvements des humanitaires. Depuis fin septembre, une douzaine de partenaires auraient suspendu ou reporté leurs activités. L’un des derniers exemples en date est le retard qu’a pris l’ouverture du nouveau site de Mulongwe, où il était prévu que les réfugiés et demandeurs d’asile burundais de Kamanyola aillent s’installer. La situation sécuritaire est également restée précaire dans le Territoire limitrophe de Kabambare, dans la province du Maniema, où plusieurs milliers de personnes se seraient déplacées.

Près de 20 000 personne auraient été contraintes de se déplacer à la suite des affrontements entre l’armée congolaise et des groupes armées entre le 29 septembre et le 5 octobre dans la zone de Bunyakiri-Hombo, en Territoire de Kalehe. Les sources humanitaires estiment cependant que près 30% des personnes seraient déjà retournées chez elles. Une mission d’évaluation des besoins multisectoriels d’une durée de cinq jours sera menée dans les jours à venir.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.