DR Congo + 1 more

RD Congo, Sud-Kivu : appel du clergé de Bukavu au président Kabila

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Le clergé de Bukavu, dans le district nord-oriental du Sud-Kivu, a transmis un message au président Joseph Kabila pour lui demander "d'assurer notre sécurité et celle des populations dont nous avons la charge", suite aux récentes violences soldées par la mort d'un prêtre et d'une religieuse. "=C0 qui faut-il finalement s'adresser quand les rues et les villages sont pris d'assaut par les gens en armes "non autrement identifiés" ? Les partisans de la justice populaire pêchent dans les eaux troubles favorisées par l'absence de ceux qui doivent dire le droit et ne font rien", poursuit le document du clergé, signé par les présidents de l'Uprelo (Union des Prêtres Locaux), de l'Usuma (Union des Supérieures Majeures), de l'Asuma (Union des Supérieurs Majeurs) et les curés doyens, qui précisent : "C'est pratiquement chaque jour que nous déplorons des crimes contre les populations innocentes au Sud Kivu".

"En ce qui concerne les ecclésiastiques et les religieux de l'archidiocèse de Bukavu, les crimes à répétition qui ont étés dirigés particulièrement contre eux, ont été perpétrés par des hommes armés en uniformes militaires", écrivent les signataires du message, avant d'énumérer les graves épisodes survenus au cours des deux derniers mois. "Chasser les Fdlr (Forces démocratiques de libération du Rwanda, Ndlr) de nos forêts est une initiative très louable que nous encourageons ; mais certains militaires commis à cette opération Kimya II ne rassurent pas les populations qui gardent en mémoire les atrocités subies en 2004 lors de l'occupation de la ville de Bukavu par Nkunda et Mutebusi (chefs rebelles autrefois actifs dans la région, Ndlr). Tout nous porte à penser que les services de sécurité ne sont pas à la hauteur de leur tâche, dès lors qu'ils ne semblent pas savoir anticiper les événements et intervenir à temps", ajoute le message. La population du Sud-Kivu, indique encore le document, "est sous le choc, parce qu'on a pris pour cible l'église catholique dont vous connaissez le rôle social et l'implication dans la démocratisation de notre pays. Les ecclésiastiques (prêtres, religieux et religieuses) seraient-ils considérés comme des témoins gênants de toutes les violations des droits humains massivement perpétrés au Sud-Kivu depuis près de 14 ans ?".

En conclusion, le clergé de Bukavu appelle le président à "donner un message plus fort pour que plus jamais le sang des innocents ne coule dans notre province. Notre église ne cesse d'élever la voix vers dieu pour implorer sa bénédiction sur nos dirigeants et leurs administrés, afin que le temps de la célébration de notre jubilé d'or nous donne de commencer réellement une ère nouvelle de paix, de justice et de travail pour la reconstruction et la prospérité de notre pays la R.D. Congo".

(Le texte intégral du message est disponible dans la section mobile église et Mission) (FB/CN)

[CO]