DR Congo

RD Congo : Situation humanitaire au Nord-Kivu - au 31 octobre 2008

Source
Posted
Originally published

Attachments

Accalmie relative à Goma ville, situation demeure tendue à Rutshuru et Kibati

Plusieurs sites de déplacés non-occupés à Rutshuru auraient été détruits par le CNDP

Evacuation des humanitaires de la base MONUC à Kiwandja

Grandes concentrations de personnes déplacées dans les localités de Kiwandja,

Kinyandoni et Kibati

L'espace humanitaire reste extrêmement réduit Contexte et situation sécuritaire

Accalmie relative sur toute l'étendue de la province en dehors des courtes fusillades entre le CNDP et FARDC à la hauteur de Kibati le 30 octobre dans la matinée.

La situation demeure tendue et volatile à Rutshru et aux environs de Kibati (Kibumba).

La ville de Goma retrouve une accalmie progressive, certaines activités commerciales et publiques ont repris timidement.

Deux vols d'hélicoptères de la MONUC ont pu compléter l'évacuation des humanitaires regroupésdans la base de la MONUC à Kiwanja vers Beni.

Plusieurs sites de déplacés auraient été détruits dans les zones contrôlées par le CNDP dans leterritoire de Rutshuru. Ces sites aurait été abandonnés par leurs habitants lors de l'avance duCNDP le 28 et 29 octobre.

Une réduction d'actes de banditisme rapportée à Kiwandja depuis l'occupation par le CNDP le 29octobre. En revanche, des pillage ont été rapportés dans les villages de Rubare et Rugarama, quise trouvent aussi dans les zones contrôlés par le CNDP.

Au sud Lubero, la concentration des militaires et leurs dépendants à Kanyabayonga continued'inquiéter les habitants.

Répercussions au Sud-Kivu

Un nombre important de militaires FARDC s'est replié dans la zone de Minova, au Sud-Kivu. Des sources officielles à Minova ont signalé le pillage de quelques boutiques à Minova centre, et un certain nombre d'exactions contre la population civile. Cinq civils blessés par balles ont également été reçus dans les structures sanitaires de Minova. Le 29 octobre, les militaires ont commencé àregagner le Nord-Kivu.

Mouvements de populations

Des grandes concentrations de personnes déplacées sont signalées dans les localités de Kiwandja, Kinyandoni et Kibati.

Quatre sites spontanés créés à Goma o=F9 les personnes venues de Kibumba, Kibati sont installées. Il s'agit de l'église St Esprit, centre communautaire catholique de Katoyi, l'Institut Technique et Industriel de Goma et le site OPRP de la barrière de Munigi. Une évaluation n'a pas encore été effectuée pour déterminer le nombre de ménages y installés.

Une ONG nationale au Sud Lubero rapporte qu'en plus de déplacés de Rutshuru et de Kiwandja sur l'axe principal, on observe l'arrivée à Kanyabayonga d'autres déplacés qui quittent préventivement l'axe Kikuku-Nyanzale. Solidarités diligentera un recensement de ces déplacés par les partenaires locaux avec l'assistance de l'équipe de LWF qui séjourne encore dans la zone de Kayna.

Une partie de personnes en fuite vers Kanyabayonga, Nyamilima était obligé à retourner vers les milieux de déplacement qu'elles avaient désertés lors des affrontements à cause des pillages par les éléments des FARDC. Tous les sites publics et CCCM de Rutshuru et Kiwandja étant démantelés par le CNDP, elles ont dû se réfugier en familles d'accueil à Kiwandja.

A Bambu, 800 nouveaux ménages déclarés par Premières Urgences qui rapporte des gros besoins en matière de watsan, vivres et NFIs. D'autres sont signalés à Nyamilima, Kisharu et Ishasha. Aucun chiffre n'est avancé pour le moment.

Le HCR Ouganda, via OCHA Ouganda, rapporte l'arrivée de 5000 réfugiés Congolais dans la semaine passée.

Au Sud-Kivu, Minova n'a pas encore enregistré de grands nombres de personnes déplacées suite aux affrontements au Nord-Kivu. Compte tenu de la situation actuelle, un afflux massif risquerait de causer une détérioration rapide de la situation humanitaire.

Accès et espace humanitaires

L'espace humanitaire reste extrêmement réduit à cause de la situation instable, voire volatile, et un manque général de sécurité suffisante pour permettre aux humanitaires l'accès aux populations en détresse.

L'accès aux populations concentrées à Kibati est désormais possible, en dépit d'une situation de sécurité fragile et des fortes tensions dans la population déplacée.

Un plaidoyer est en cours en faveur de l'accès lié à la sécurité du Sud Lubero. Les responsables contactés ont rassuré OCHA que les humanitaires peuvent à ce moment se déployer au Sud Lubero sans crainte. OCHA envisage de se rendre à la cité de Lubero pour se rapprocher de la zone et pour faire le suivi de la situation sécuritaire sur le terrain.

Assistance aux déplacés

WATSAN : Augmentation d'approvisionnement en eau à Kibati avec l'envoi supplémentaire des camions citernes par CICR et MSF-F le 31 octobre pour renforcer la desserte jusque-là fournie par MERCY CORPS.

SECAL : Remise par UNICEF d'une quantité de biscuits à IMC pour assister au moins 17.000 enfants des sites de Kibati avant toute assistance en vivres. L'opération qui aurait démarré aujourd'hui a été entravée par la pression des populations entières qui ont voulu aussi bénéficier de ce don.

SANTE : L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a remis aujourd'hui des kits de pansement, de chirurgie et de choléra à l'hôpital militaire de Goma qu'elle appuie pour la prise en charge des militaires blessés au front. Depuis le début les hostilités le 28 août 2008, l'hôpital aurait reçu 300 militaires blessés.

Alertes

Selon l'administrateur du territoire de Lubero, l'hôpital de Référence de Lubero qui reçoit plusieurs blessés militaires et des personnes déplacées en provenance de Rutshuru est en rupture de stock de médicaments. MSF-F aurait visité cet hôpital, en prévision d'une assistance.

Suspicion du choléra à Nyamilima.

Pour plus d'informations, visitez le site humanitaire : http://www.rdc-humanitaire.net

Contacts:

Gloria Fernandez, Chef de mission, OCHA-RDC, fernandez11@un.org, Tél. : +243 81 333 01 46

Noel Tsekouras, Desk Officer OCHA New York, tsekouras@un.org, Tél.: + 1 917 367 93 67

Ivo Brandau, Chargé d'information OCHA-RDC, brandau@un.org, Tél. : + 243 815 142 956

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.