DR Congo + 1 more

RD Congo : Éruption volcanique à Goma - Rapport de situation No. 14, 7 juin 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport est produit par OCHA RDC en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il couvre la période du 7 juin 2021 jusqu’à 16h00 (heure de Goma).

FAITS SAILLANTS

  • Le Gouvernement congolais a annoncé le retour progressif des populations déplacées à Goma et dans le territoire de Nyiragongo

  • Les acteurs humanitaires sont prêts à appuyer le plan d’action du Gouvernement en cours d’élaboration

APERÇU DE LA SITUATION

Le Premier Ministre de la République démocratique du Congo (RDC), Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a annoncé ce 7 juin le retour des populations déplacées dans la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo. Les autorités ont noté la fin de la coulée et la solidification des laves ainsi que la diminution sensible des tremblements de terre dans la zone.

Ainsi, le Gouvernement congolais s’est engagé à faciliter le retour progressif des populations, entre le 8 et le 20 juin, selon les différents axes : Sake-Goma (8-9 juin), Nyiragongo-Goma (10 juin), Rutshuru-Goma (11-12 juin), Bukavu-Minova-Goma (15-17 juin), Beni-Butembo-Lubero-Goma (16-17 juin), Rwanda-Goma (19-20 juin).

Le Premier Ministre a également annoncé que les populations qui ont perdu leurs maisons lors de l’éruption seront relogées temporairement et recevront un appui du Gouvernement pour la reconstruction.

En outre, les autorités congolaises ont informé de la réouverture des écoles et universités à partir du 14 juin dans la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo, une fois les bâtiments inspectés.

Une évaluation de l’ONG INTERSOS, partenaire du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), a noté que 73 pour cent des personnes déplacées présentes à Sake souhaitent retourner à Goma. Dans le territoire de Rutshuru, les mouvements de retour vers Goma se poursuivent.

Pour aider à améliorer la protection et la sécurité des personnes déplacées, le HCR et ses partenaires ont déployé des moniteurs de protection à Masisi, Kitshanga, Kanyabayonga (Lubero) et Kiwanja (Rutshuru) en plus des équipes déployées à Sake, Minova et Rutshuru Centre. Les acteurs de la protection de l’enfance travaillent également à Minova, Sake, Lubero et Rutshuru pour identifier les enfants non accompagnés et les réunir avec leurs familles. Le Cluster continue d’évaluer les risques de protection, y compris le risque accru de violence basée sur le genre (VBG) pendant le déplacement, afin de mobiliser les partenaires concernés.

Du 26 mai au 4 juin, UNFPA a soutenu sept structures sanitaires avec 650 kits de dignité dans les zones de santé (ZS) de Goma, Nyiragongo, Kirotshe et Rutshuru, pour la prise en charge des femmes enceintes, allaitantes, accouchées et les survivantes de VBG. UNFPA a également fourni des kits de santé sexuelle et reproductive (SSR) dans les ZS de Goma, Nyiragongo, Kirotshe, et Rutshuru. Ces kits ont bénéficié à plus de 30 000 femmes enceintes, allaitantes et ayant accouché.

Depuis le 30 mai, 4 600 kits de dignité ont été mis à disposition par les partenaires pour répondre aux besoins des femmes et des filles à besoins spécifiques, femmes en âge de procréer, jeunes filles adolescentes et femmes vulnérables dans les zones d’accueil de Kirotshe, Karisimbi, Nyiragongo, Rutshuru, Mweso et Masisi. Ces kits ont été distribués par International Rescue Committee (2 000 kits), ONU Femmes (600 kits), SOFEPADI (1 000 kits) et HCR/INTERSOS (1 000 kits).

Depuis le 28 mai, IMA World Health a renforcé les stocks des ZS et structures sanitaires d’accueil avec 150 kits post-viol individuels, soit 41 kits post-viol pour le HGR de Keshero à Goma (41 kits), la ZS de Kirotshe (51 kits), et pour la ZS de Nyiragongo (58 kits).

Du 22 mai au 2 juin 2021, 24 cas de VBG ont été pris en charge par les structures compétentes dans les ZS de Goma et Kirotshe, dont 71 pour cent de cas de viol. Tous les cas de viol ont été pris en charge dans les 72 heures par les prestataires de service. En outre, trois cas d’abus sexuels sur mineurs-orphelins/PDI en famille d’accueil ont été rapportés et pris en charge.

Par ailleurs, les acteurs humanitaires (DFJ, CAFED, CYW, Heal Africa, Hope in action, IRC, LUCODER, acteurs pour la prévention et sensibilisation) ont sensibilisé au moins 3 500 personnes depuis le 28 mai sur les mécanismes de réponse en VBG à travers les médias communautaires, les discussions en petits groupes, le porte à porte et l’affichage de posters et banderoles (promotion de la ligne verte 49 55 55) dans les ZS de Kirotshe, Nyiragongo, Goma et Rutshuru.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.