DR Congo

RD Congo : Popokabaka/Bandundu - assistance ponctuelle de la Caritas pour six catégories des vulnérables

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Popokabaka, le 04 novembre 2008 (caritasdev.cd) : Une mission conjointe Caritas-Développement Congo et Caritas Allemagne est rentrée récemment de Popokabaka pour le suivi et l'évaluation des projets en faveur des populations locales. En fait, c'est depuis janvier 2008 que le Bureau Diocésain Caritas-Développement (BDCD)/Popokabaka assiste ponctuellement les personnes vulnérables dans cette partie de la Province du Bandundu, avec l'appui financier de la Caritas Allemagne (Deutscher Caritas Verband -DCV) et l'accompagnement technique de Caritas-Développement Congo (CDC). Ce programme d'une durée de 12 mois concerne six catégories des vulnérables, à savoir les orphelins, enfants malnutris, prisonniers, personnes vivant avec handicap, veuves et refoulés congolais de l'Angola, rapporte caritasdev.cd.

La mission a été effectuée du 13 au 15 octobre 2008. Sa délégation était composée de Mr Christoph Klitsch-Ott, Chef du Département Afrique et Moyen Orient de Caritas Allemagne, de Dr Bruno Miteyo et Sylvain Katanga, respectivement Directeur National et Chargé de Projets de Caritas-Développement Congo, sous la conduite de l'Ordinaire du lieu, S.E. Mgr Louis NZALA, Evêque de Popokabaka et Administrateur Apostolique.

Cette visite a permis à la Délégation d'évaluer sommairement les résultats déjà obtenus et d'échanger avec tous les acteurs impliqués dans le programme (bénéficiaires, Comités paroissiaux de Caritas-Développement, équipe du BDCD, Autorités de l'Etat,...) afin de mieux l'exécuter.

Au cous d'une cérémonie solennelle lundi 13 octobre, S.E Mgr l'Evêque a saisi l'occasion pour remercier Christoph Klitsch-Ott, au nom de la Caritas Allemagne, pour sa solidarité en faveur des personnes vulnérables et sa contribution substantielle lors des Appels d'urgence lancés par Caritas Internationalis, à chaque grande crise humanitaire en RDCongo. Sa gratitude est allée aussi aux deux Responsables de la Caritas-Développement Congo.

La RDC grande bénéficiaire de financement de la Caritas Allemagne

Pour sa part, après avoir brièvement présenté Caritas Allemagne, Mr Christoph Klitsch-Ott a précisé que, du point de vue fonds investi, c'est la RDC qui bénéficie de beaucoup plus de financement dans son département. Selon lui, l'engagement de la DCV en RDC a commencé entre 1993-1994 avec les réfugiés Rwandais à Goma, à Uvira puis à Kisangani et Caritas-Développement Congo dans les projets d'aide d'urgences. Le diocèse de Popokabaka bénéficie d'un premier programme ayant plusieurs aspects. Sa mission était de venir voir la population de Popokabaka et discuter avec les différents responsables impliqués dans la mise en œuvre du programme sur les réalisations et la continuation des actions, a-t-il déclaré, avant de remercier toute la population de Popokabaka pour l'accueil très chaleureux dont il a fait l'objet déjà depuis la piste d'aviation. Pour rappel, Christoph Christoph Klitsch-Ott est dans la DCV depuis 11 ans. Il a travaillé successivement au Burundi, en Tanzanie, et puis comme responsable de la région des grands lacs en RDC, au Rwanda et au Burundi. Il a été plusieurs fois à Goma, Uvira et à Kisangani entre 1996-1998. Depuis une année et demi, il est Responsable du Département Afrique et Moyen Orient.

L'Administrateur Territoire Assistant (ATA) de Popokabaka en charge de l'Economie, Finance et Développement (ECOFID) a souligné avoir participé à l'élaboration de ce programme, tout en remerciant l'illustre hôte pour sa visite à Popokabaka. A sa suite, le chef de groupement Ngoa, prenant la parole au nom des autres Chefs Coutumiers, a remercié la délégation et lui souhaité un bon travail.

Revue des réalisations de Caritas-Développement de 2000 à 2008

Le Directeur du BDCD, Willy Bassa Dheu, a passé en revue les différents projets réalisés par sa Structure de 2000 à 2008 dans les secteurs des urgences humanitaires, assistance aux personnes vulnérables, développement durable et santé, s'attardant sur les difficultés rencontrées. En guise de perspectives d'avenir, le BDCD/Popokabaka envisage notamment d'améliorer les capacités organisationnelles du BDCD, évaluer le plan stratégique 2006-2008 et élaborer le plan stratégique 2009-2011, intensifier le programme d'assistance aux personnes vulnérables, appuyer les structures locales impliquées dans l'assistance aux vulnérables, réinsérer les refoulés congolais sur le plan socioéconomique. Sont aussi visées, l'appui aux écoles, la sécurité alimentaire, l'amélioration de l'accès aux soins de santé de qualité, à l'habitat, à l'eau et l'électricité, la lutte contre la dégradation de l'environnement, la promotion de l'approche « gender » dans toutes les activités du BDCD et l'approvisionnement des structures de santé en médicaments essentiels.

Il ressort des débats que les différents projets du BDCD doivent impliqués les services de l'Etat et valoriser leur expertise. Ces services ont souvent été oubliés dans la mise en œuvre. Par ailleurs, le nombre des personnes de 3ème âge et des drogués devient de plus en plus élevé suite au chômage dans la région. D'où, le souhait d'ajouter ces deux catégories de vulnérables dans le programme avenir. Les personnes vivant avec handicap physique préfèrent avoir des vélos tricycles pour être plus indépendants dans leur déplacement, au lieu des chaises roulantes mises à leur disposition. L'expertise médicale n'est pas prise en compte dans le programme, il serait utile d'y penser à l'avenir selon les médecins présents dans la salle.

Des éclaircissements et des explications ont été fournis à toutes ces préoccupations par le Directeur du BDCD, complété par S.E. Mgr l'Evêque Louis NZALA à la satisfaction des intervenants. Abordant dans le même sens, Mr CHRISTOPH s'est attelé à expliquer l'origine des fonds appuyant ce programme. Ils proviennent des collectes des chrétiens de l'Allemagne et d'autres bailleurs (gouvernement, fondations, grandes entreprises et des commerçants). C'est pourquoi, ils sont limités et ne peuvent pas résoudre tous les problèmes posés, a-t-il relevé. Enfin, Dr Bruno Miteyo a salué l'implication de toutes les forces vives dans le programme. Il a ensuite souhaité que l'Etat soit partie prenante et garant de la pérennisation des activités réalisées par le BDCD. Des visites de terrain et des rencontres avec des associations bénéficiaires ont clôturé cette mission : associations des veuves, personnes vivant avec handicap, association des refoulés de l'Angola, prisonniers de Popokabaka, orphelinat de Popokabaka.