DR Congo

RD Congo : Note d’informations humanitaires pour la province du Nord-Kivu, 18 août 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires et couvre la période du 1er au 15 août 2021.

FAITS SAILLANTS

  • 37 civils tués en moins de 10 jours au cours d’attaques armées dans le Territoire de Beni
  • Persistance de violences armées dans le Territoire de Masisi
  • Plus de 17 500 personnes déplacées accueillies dans le Territoire de Walikale

APERÇU DE LA SITUATION

Détérioration continue de la situation de protection des civils dans le Territoire de Beni La protection des civils dans le Territoire de Beni, notamment dans la Zone de santé d’Oicha, ne cesse de se détériorer à cause des attaques armées. Durant la première quinzaine du mois d’août, au moins 27 civils ont été tués dans cette zone. La majorité de ces incidents s’est produite dans la localité de Mamove, à l’ouest d’Oicha centre, où 37 autres civils avaient déjà été tués en juillet 2021.

A Kainama, au nord-est d’Oicha, deux attaques ont été signalées depuis le 10 août, après plus de quatre mois d’une accalmie qui a permis le retour d’environ 7 500 personnes qui s’étaient réfugiées à Boga, en Ituri, entre juin et juillet 2021.

Par ailleurs, des hommes armés ont tué 10 autres civils lors d’une attaque, le 14 août à Kikingi, dans la Zone de santé de Kamango, au nord-est du territoire de Beni. Une dizaine de personnes ont également été grièvement blessées, et plusieurs autres enlevées. Plus de 9 300 personnes en provenance de Kikingi et des villages voisins se sont déplacées vers les localités de Loanoli et Nobili à Kamango. A ce jour, plus de 710 000 personnes sont déplacées dans le Territoire de Beni.

Persistance de violences armées dans le Territoire de Masisi

Après plus de cinq semaines d’accalmie dans le groupement Biiri, de nouveaux affrontements, le 12 août, entre l’armée congolaise et un groupe armé ont entrainé le déplacement de plus de 3 000 personnes dans le secteur Osso Banyungu, en Territoire de Masisi. Parmi elles, des retournés en provenance de Masisi centre qui se sont dirigés vers les villages de Loashi, Mukohwa, Masisi centre et d’autres lieux.

La situation de protection des civils continue de se dégrader dans le secteur Osso Banyungu. Des hommes armés ont enlevé au moins cinq civils au village de Loashi lwa Bashia dans le groupement Biiri le 7 août. Une des personnes enlevées a été relâchée après avoir payé une rançon, tandis que les quatre autres sont toujours portées disparus. Le même jour, deux femmes qui revenaient des champs ont été violées par des éléments d’un groupe armé actif dans la zone. Ces différents incidents risquent de freiner le retour des déplacés vers leurs zones de provenance. Pour rappel, des violences armées dans le Territoire de Masisi touchant le secteur Osso Banyungu, ont poussé plus de 59 000 personnes au déplacement entre juin et juillet 2021.

Arrivée de nouveaux déplacés dans le Territoire de Walikale

Plus de 17 500 personnes déplacées sont arrivées depuis le 5 août dans les localités de Biriko et Bosurungi du groupement Waloa-Loanda, du Territoire de Walikale. 6 000 d’entre elles ont fui des affrontements entre l’armée congolaise et un groupe armé dans la localité de Ziralo en Territoire de Kalehe, au Sud-Kivu, tandis que les 11 500 autres se sont déplacées préventivement des groupements d’Ufamando 1 et 2 du Territoire de Masisi, redoutant des opérations militaires contre un groupe armé dans la région. Ces déplacés sont logés dans des familles d’accueil et des centres collectifs (écoles et églises). Elles présentent des besoins multisectoriels, notamment en abris, surtout pour les familles logées dans les centres collectifs.

ACTIVITÉS HUMANITAIRES ET GAPS

La Programme alimentaire mondial (PAM) et son partenaire CARITAS fournissent depuis le 11 août une assistance alimentaire à 23 000 personnes déplacées dans le secteur Osso Banyungu. Celles-ci ont fui les violences armées entre juin et juillet dans les groupements Bapfuna, Biiri, Buabo et Banyungu. Cette assistance cible les déplacés qui vivent dans les centres collectifs et sites de déplacement. A Masisi Centre, plus de 1 500 ménages déplacés installés dans les écoles ont besoin d’être relocalisés afin de permettre la poursuite normale de cours pour les élèves.
Dans le territoire de Lubero, près de 8 000 personnes ont urgemment besoin d’une assistance humanitaire. Elles ont perdu leurs maisons après des glissements de terrain à la suite des pluies diluviennes qui se sont abattues le 8 août dans la région de Kamandi-Lac, sur la côte Ouest du lac Edouard. Plus de 420 maisons ont été détruites et 614 autres inondées ; des partenaires humanitaires envisagent de mener une évaluation rapide multisectorielle afin de mieux identifier les besoins multisectoriels nécessaires.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.