DR Congo

RD Congo : Note d’informations humanitaires pour la province du Nord-Kivu, 11 mai 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires et couvre la période du 1er au 10 mai 2021.

FAITS SAILLANTS

  • 25 civils tués au cours d’attaques armées dans le territoire de Beni

  • Près de 22 700 personnes retournées dans le groupement Bukombo du territoire de Rutshuru

  • Plus de 9 000 enfants déplacés ont besoin d’assistance scolaire à Beni

APERÇU DE LA SITUATION

Suivi de la situation de protection des civils à Beni

La persistance des affrontements armés et des attaques meurtrières contre la population locale continue d’entraver la situation sécuritaire et de protection des civils dans certaines zones du territoire de Beni. Selon la société civile locale, au moins 25 civils ont été tués au cours de violentes attaques d’hommes armés dans les zones de santé d’Oicha, Mutwanga et Mabalako depuis le 1er mai.

La commune rurale de Mangina, dans la zone de santé de Mabalako, jusque-là épargnée par les attaques, a été touchée le 4 mai au cours d’un incident qui a occasionné la mort de deux civils. Un poste de santé a également été pillé et incendié. Cela porte à 11 le nombre de structures sanitaires attaquées par des hommes armés dans le territoire de Beni depuis septembre 2020. Cette attaque a paralysé les activités humanitaires de trois partenaires ciblant des ménages déplacés dans cette commune, dans les secteurs de la nutrition et de l’eau, hygiène et assainissement. Au 31 mars, plus de 15 400 personnes avaient été accueillies dans la zone santé de Mabalako, où se situe la commune de Mangina, considérée comme une zone d’accueil des déplacés.

Des mouvements de retour signalés dans le Rutshuru et le Masisi

A la suite d’une accalmie observée dans le groupement Bukombo (territoire de Rutshuru) depuis mars, près de 22 700 personnes sont retournées dans leurs localités d’origine de Karambi et Mudugudu. Le mouvement aurait commencé depuis mi-avril. Ces retournées avaient fui des affrontements armés entre l’armée congolaise et une coalition de groupes armés dans ce groupement en début juillet 2020. Elles s’étaient alors réfugiées à Bukombo centre et Katsiru du même groupement ainsi que dans le groupement Bashali Mokoto, dans le territoire de Masisi. Selon le rapport d’une évaluation effectuée dans la zone du 20 au 24 avril par les ONG INTERSOS et AIDES, ces déplacés font face à des besoins urgents en termes des vivres, soins de santé primaire, abris, articles ménagers essentiels et protection.

Un autre mouvement de retour de plus de 1 100 personnes déplacés est observé dans le groupement Ufamandu 1er du territoire de Masisi depuis le 18 avril 2021. Selon les sources humanitaires, ces déplacés proviennent du village de Remeka où ils étaient en déplacement depuis mars 2021 à cause des violences armées et retournent vers les villages de Miko, Bindondobo et Ngoro. Les conditions de vie difficiles dans la région de déplacement, motiveraient ce retour. Néanmoins, les risques de nouveaux affrontements continuent de prévaloir dans ces villages de retour en raison la présence des groupes armés dans les environs et pourraient contraindre ces retournés à un nouveau déplacement.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.