DR Congo

RD Congo : Note d’information Humanitaire - Epidémie de la maladie à virus Ebola en Equateur 20 octobre 2020, rapport #108

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

CHIFFRES ET FAITS MARQUANTS

  • + 21 jours sans nouveau cas confirmé

STATISTIQUES DEPUIS LE DEBUT DE L’EPIDEMIE

128 cas rapportés

42 aires de santé affectées, réparties sur 13 zones de santé

69 guéris

53 décès

+2,14 millions de voyageurs screenés depuis le début de l’épidémie

APERCU DE LA SITUATION

Le 20 octobre, la zone de santé de Makanza a atteint le seuil des 21 jours de suivi des contacts. Pour rappel, le dernier cas confirmé a été notifié le 28 septembre 2020. La situation épidémiologique reste calme dans l’ensemble de la province de l’Equateur.

REPONSES – GAPS

Cellule d’analyse en sciences sociales (CASS)
Les opérations de riposte en Equateur ont été confrontées à plusieurs défis et contraintes dont les résistances communautaires. La Cellule d’analyse intégrée en sciences sociales a été mise en place par le Ministère de la santé Publique (MSP) afin de mener des études pour comprendre les causes ces résistances autour de la riposte.
Durant les 90 premiers jours de la riposte, une première phase d’études a été conduite par les partenaires du MSP (CASS/UNICEF, OMS, FICR, Epicentre, Traducteurs Sans Frontières, Anthropologica, Social Science In Humanitarian Platform) pour réaliser une étude autour des perceptions et comportements liés à la MVE auprès des communautés et du personnel de santé dans les zones affectées. Les conclusions de cette étude ont servi d’appui aux commissions et aux acteurs de la réponse pour réajuster leurs approches, de manière à susciter et/ou renforcer l’adhésion des communautés autour des différentes activités.

Le résumé des résultats des analyses menées a permis de lister les freins majeurs à la riposte, dont :

  • les interventions les plus efficaces pour arrêter la propagation de la maladie (le listage et le suivi des contacts, l’enterrement digne et sécurisé (EDS), la vaccination, l’isolement, la décontamination, etc.), ne sont pas citées comme les plus importantes et efficaces par les communautés ;

  • l’enclavement et le fait que les équipes soient vues comme composées d’inconnus ;

  • le personnel de santé local est la source d’informations de confiance pour les communautés ;

  • moins de la moitié du personnel de santé interrogé se sent outillé pour lutter contre la MVE ;

  • des questions et d’inquiétudes qui subsistent autour de la prise en charge (nourriture, traitement), la prise en charge des autres maladies, des visites des familles ;

  • le manque de compréhension et la méfiance autour de certaines activités de riposte…

Des recommandations ont été formulées pour orienter les interventions dans les prochains jours.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.