DR Congo

R.D. Congo – Nord-Kivu : Note d’informations humanitaires du 4 décembre 2017

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Faits saillants

  • Les activités des groupes armés perturbent des opérations humanitaires dans le Lubero et le Masisi

  • Plus de 13 000 déplacés bénéficient d’aide humanitaire dans le Territoire de Beni

Aperçu de la situation

La province du Nord-Kivu reste caractérisée par un contexte instable dû aux activités des groupes armes. Ceux-ci non seulement causent plusieurs mouvements de population mais aussi limitent l’accès et l’action humanitaire dans certaines zones.

Une série d’attaques de la part d’un groupe armé contre les FARDC dans le Territoire de Lubero a perturbé les foires aux vivres et AME que l’ONG Norwegian Refugee Council (NRC) avait entamé pour plus de 9 500 déplacés et familles d’accueil d’Alibongo et de Vutsorovia. Les équipes d’intervention de NRC se sont repliés sur Lubero dans l’attente que les conditions sécuritaires s’améliorent pour la poursuite des foires.

Dans le Territoire de Masisi, les activités des groupes armés rendent difficile l’accès humanitaire, particulièrement dans la zone de Mpati. Plusieurs interventions en vivres, en articles ménagers et d’autres sont difficilement implémentées dans cette zone, puisque des groupes armés entravent les opérations humanitaires.

Le même territoire est marqué par trois principaux afflux des mouvements des population. Dans la zone de Bwiza, les habitants des villages proches du parc national de Virunga fuient une tension en gestation entre les communautés depuis les tueries intervenues le mois passé. Plus de 2 000 ménages ont été enregistré à Kitchanga. Un autre afflux est celui d’à peu près 700 ménages déplacés originaires de Lukala et Birii en Territoire de Masisi, qui ont été reçu par les familles autochtones de Pinga (Walikale) suite aux affrontements entre groupes armés à Birii et ses environs. Le dernier déplacement concerne plus de 1 200 personnes en provenance de Bihira qui se sont installés dans des conditions très déplorables à Butare et à Tambi, s’exposant à plusieurs risques, notamment celui des maladies d’origine hydrique. Selon Save the Children International et les autorités sanitaires de Mweso, 150 cas de diarrhée dont 14 décès ont été notifiés dans l’aire de santé de Butare. Plus de 120 cas d’Infection respiratoire aigüe ont aussi été rapportés dans cette même zone.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.