DR Congo

RD Congo - Nord-Kivu: Note d’informations humanitaires du 14/11/2018

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Faits saillants

Environ 69 000 personnes se sont déplacées vers Beni entre août 2016 et octobre 2018
Près de 35 000 déplacés et autochtones vulnérables bénéficient d’aide multisectorielle à Kanyabayonga

Aperçu de la situation

Plusieurs vagues de déplacements de populations ont été signalées dans le Territoire de Beni. La dernière vague rapportée est celle survenue dans la nuit du 10 novembre 2018, quand les habitants de Mayi-Moya, une localité à plus de 35km au nord de la ville de Beni le long de l’axe Oicha – Eringeti, se seraient dirigés vers les localités voisines fuyant les incursions de groupes armés qui auraient incendié et pillé plusieurs habitations. Des cas d’enlèvements de civils et de disparitions d’enfants ont également été signalés. Une autre attaque des groupes armés a été aussi rapportée la même nuit dans la Commune de Ruwenzori, au Nord-Est de la ville de Beni. Sept civiles auraient été tués et plusieurs autres blessés au cours des deux attaques.

Au mois d’octobre, le Secrétaire général des Nations Unies a exprimé son indignation face à la persistance des assassinats et enlèvement de civils par les groupes armés dans la région de Beni. (Voir Note d’informations humanitaires du 24 octobre 2018), qui ont poussé plusieurs milliers des personnes à fuir leurs habitations pour se diriger principalement vers la partie ouest de la ville de Beni. Environ 69 000 personnes sont concernées par ces déplacements urbains et semi-urbains entre août 2016 et octobre 2018, selon le rapport de l’ONG AHADI RDC. Privée de ses biens et moyens de subsistance, cette population se retrouve dans une situation de forte précarité. En plus du manque d’eau potable et de vivres, elle doit faire face à un accès limité au logement et à l’éducation, indique ce rapport. À cela, il faut aussi ajouter l’épidémie de maladie à virus Ebola qui affecte la région, avec la ville de Beni comme épicentre.

D’autres déplacements ont aussi été rapportés dans certaines autres zones de la province. Le 3 novembre 2018, les sources locales ont rapporté un nouveau mouvement d’environ 4 200 personnes à Birambizo, dans le Territoire de Rutshuru. Ces déplacés, qui se trouveraient dans l’enceinte de l’hôpital général de référence et dans les écoles de Birambizo, proviendraient de Mashango, Kavumu et Kashavu (Territoire de Rutshuru) pour se mettre à l’abri des affrontements entre FARDC et groupes armés. Un autre mouvement de population, estimé à environ 2 500 personnes, serait arrivé entre le 5 et le 7 novembre 2018 dans le village de Biriko, au sud-est du Territoire de Walikale, suite aux affrontements qui ont opposé les groupes armés au Sud-Kivu.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.