DR Congo

RD Congo : Nord-Kivu - les rebelles visent Goma, le chef de la mission de l'ONU démissionne

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
"Les combats se sont poursuivis pendant toute la journée, nous avons entendu des tirs de mortier près d'ici il y a deux heures environ. Ensuite, quand la nuit est tombée, plus rien", ont raconté à la MISNA des sources contactées entre Rutshuru et Kalengera, à quelques kilomètres au nord de Goma, o=F9 se sont vérifiés lundi les combats les plus violents entre forces armées et rebelles du Cndp. "Les gens ont peur. Nous sommes enfermés chez nous toute la journée, et de la fenêtre, on voit des familles entières qui partent, en provenance de la route qui mène au Nord - a précisé notre interlocuteur, préférant rester anonyme pour des raisons de sécurité -, je crois que ce sont les pires affrontements des derniers temps". Les radios locales font en outre état de l'avancée des rebelles à une trentaine de kilomètres de Goma ainsi que de la prise de Kalengera et Kibumba, causant la fuite de milliers de civils qui cherchent refuge pour la plupart dans des localités au sud, comme Kibati, à une dizaine de kilomètres de Goma. De plus, nos sources indiquent que le camp militaire de Rumbangabo, conquis par les rebelles, se trouve encore entre leurs mains en dépit des attaques continues de l'armée. D'autres sources soutiennent également que le Cndp se serait déjà emparé de Rutshuru et serait désormais arrivé à Biruma. Pendant ce temps, la porte-parole de l'Onu, Michele Montas, a communiqué la démission du chef de la mission des Nations Unies, Vicente Diaz de Villegas y Herrerias, et la nomination du général Ishmeel Ben Quartey comme remplaçant intérimaire du premier. Bien que Vicente Diaz de Villegas, à la tête de la mission depuis deux mois seulement, ait avancé des motifs personnels pour sa décision, plusieurs sources soulignent de leur côté l'incapacité dans laquelle se trouve la Monuc pour remplir son mandat au Nord-Kivu. Mme Montas a par ailleurs déclaré que le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, est extrêmement préoccupé par la reprise des hostilités au Nord-Kivu et a condamné les combats "en violation des accords de cessez-le-feu". Lundi, des milliers de civils ont jeté des pierres contre le siège des Nations Unies dans l'Est du pays, pour protester contre les casques bleus qui - selon eux - n'interviennent pas suffisamment pour protéger la population civile et freiner les rebelles. Mme Montas a réaffirmé que la Monuc prendra toutes les mesures prévues par le mandat de la mission pour protéger les civils, le personnel et les structures de l'Onu. (ADL/CN)[CO]