DR Congo

RD Congo : Masisi - Le CNDP s'affronte au PARECO/FAP à Ngungu, Murambi et Luzirandaka

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Les combats se poursuivent encore, ce lundi matin, entre les troupes du PARECO/FAP et combattants de CNDP dans les environs de la cité de Ngungu, environ 60 kilomètres au sud-est de Goma, dans le territoire de Masisi. Les responsables de PARECO/FAP affirment qu'ils répondent aux attaques de CNDP contre les civiles dans les localités sous leur contrôle.

Les sources administratives en groupement Muharuru qui confirment ces affrontements signalent qu'au moins trois localités autour de Ngungu sont pour l'instant vidées de leurs habitants, dont la majorité a pris refuge autour de la base des casques bleus de la Monuc à Ngungu.

Ces deux groupes armés s'affrontent depuis 4 heures du matin dans les localités Ngungu, Murambi et Luzirandaka, affirment les responsables administratifs du groupement Muharuru, joints ce matin.

Pour ces sources, ces affrontements qui avaient en fait débuté samedi passé et se sont intensifiés depuis la matinée de dimanche dans les environs proches de la cité de Ngungu.

L'information est confirmée M. Yan Marchand, porte-parole militaire de la Monuc au Nord-Kivu qui précise qu' au moins 600 personnes civiles venues des zones des combats ont trouvé refuge, depuis dimanche, autour de la base des casques bleus de la Monuc à Ngungu. Pour le président de PARECO/FAP, leurs combattants répondent aux attaques de CNDP qui, selon lui, tuent les civils dans les villages de la zone sous leur contrôle. Le CNDP pour sa part n'a encore rien déclaré à ce sujet. Aucun bilan de ces affrontements n'est jusque là disponible.

Nouveaux déplacés à Kanyabayonga

Un mouvement massif des déplacés en provenance de Bwito, chefferie située en partie Nord-ouest du territoire de Rutshuru, est enregistré depuis samedi dernier à Kanyabayonga, environ 160 kilomètres au Nord de Goma en partie sud de Lubero.

Pour le chef de cité de Kanyabayonga, ces déplacés proviennent de Nyanzale, Kikuku, Mine et Kibirizi, fuyant les accrochages qui y ont opposé, au courant de la semaine passée, les éléments FARDC au combattants de CNDP. Le recensement n'a pas encore débuté pour cette nouvelle vague des déplacés, affirme le chef de cité de cité de Kanyabayonga, qui ajoute que ces nouveaux déplacés s'ajoutent à environ 6 mille autres qui étaient déjà arrivés dans la même cité en provenance du territoire de Rutshuru, il y a une trentaine de jours.

Radio Okapi
Copyright Radio Okapi