DR Congo

RD Congo : La deuxième conférence sur le DDR et la stabilité en Afrique à Kinshasa

Source
Posted
Originally published
Nina Yacoubian / MONUC

La deuxième conférence internationale sur le Désarmement, la Démobilisation, la Réintégration (DDR) et la stabilité en Afrique a été clôturée le 14 juin 2007 à Kinshasa. Plus de 22 pays africains ainsi que les pays donateurs, les agences onusiennes et les organisations sous-régionales ont participé à cette conférence.

L'objectif général de cette conférence est d'améliorer l'efficacité des programmes DDR en Afrique en renforçant les capacités des acteurs et experts africains en matière de DDR. Il s'agit de partager des idées novatrices, en transmettant ces perspectives aux Nations Unies et aux autres partenaires internationaux; en permettant aux praticiens et partenaires africains de mettre en exergue les progrès accomplis afin d'améliorer davantage ces programmes pour qu'ils contribuent à la stabilité de l'Afrique.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, William Swing, qui a participé à l'ouverture de la conférence a déclaré que la paix et la stabilité de l'Afrique sont une priorité pour le Secrétaire général de l'ONU.

«Le Secrétaire Général de l'ONU s'est engagé fermement à ce que l'ONU se fasse le partenaire de l'Afrique en instaurant la paix là o=F9 la guerre sévit, en apportant la prospérité là o=F9 la pauvreté règne, et en faisant renaître l'espoir là o=F9 l'on désespère», a-t-il dit.

«Il a ajouté que nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour régler les conflits qui déchirent le continent ; ce faisant, nous devons exploiter au mieux tous les mécanismes africains de promotion de la paix et de la sécurité », a-il ajouté.

L'ambassadeur de l'ONU en RDC a, en outre, rappelé que cette conférence se déroule au moment o=F9 «le Programme National de DDR et le Programme Stratégique National d'Intégration des Forces Armées sont à la croisée des chemins avec un accroissement sensible des risques sécuritaires dû à des causes factuelles et immédiates telles que la présence des groupes armés locaux en Ituri, dans les Kivus et au Katanga, l'existence des groupes armés étrangers à l'Est de la RDC, la cohabitation entre brigades brassées et non brassées».

Pour sa part, l'ambassadeur belge en RDC, Johan Swinnen, dans son allocution à l'occasion de l'ouverture de la conférence, a rappelé l'importance qu'attache son pays au processus de DDR en RDC pour « donner à la jeune démocratie les bases les plus saines possibles » et pour « assurer à la région et, plus largement aux pays concernés par le processus DDR, les assises requises pour un cheminement vers le succès».

Johan Swinnen a aussi fait savoir que le DDR qui est «un élément essentiel de la construction de la paix » et sans lequel il ne peut y avoir de développement durable, doit être appréhendé de manière holistique en englobant plus particulièrement les aspects politique, militaire, sécuritaire, humanitaire et socio-économique.

Au cours des trois jours de conférence, les délégations ont procédé à des échanges d'expériences en matière de DDR et ont formulé des recommandations pour une action concertée au niveau international, régional, sous-régional et national en ce domaine.