DR Congo

RD Congo : Conférence de presse de la MONUC - 12 novembre 2008

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Madnodje Mounoubai, Porte-parole

Bonjour à toutes et à tous et merci pour votre fidélité à ce rendez-vous hebdomadaire de l'information avec la MONUC. Le point de presse de ce jour sera animé par le Lt. Colonel Jean-Paul Dietrich et moi-même.

Bonjour également aux auditeurs de Radio Okapi. Lors de cette conférence de presse nous traiterons des points suivants :

- Activité du Représentant spécial du Secrétaire Général

- Situation militaire

- Assistance humanitaire à l'Est de la RDC

- Activités de la Section DDRRR de la MONUC

- Activités de la section des Affaires civiles de la MONUC

Conférence de presse du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies à Goma

Le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Alan Doss était à Nairobi le vendredi dernier où il a participé, aux côtés du Secrétaire général des Nations Unie Ban Ki-Moon et de l'Envoyé spécial de ce dernier pour les Grands lacs, l'ancien Président du Nigeria, Olusegun Obasanjo et du Sous-secrétaire général chargé des opérations de maintien de la paix, M. Alain Le Roy, au Sommet des Chefs d'Etats de la Région des Grands Lacs sur la situation à l'est de la RDC. Sur le chemin de retour, Alan Doss a effectué un bref escale à Goma. Il a profité de cette visite pour faire le point, avec l'équipe civile et militaire de la MONUC à Goma, sur les résultats de ce Sommet et évaluer l'évolution de la situation sécuritaire et humanitaire dans la province.

Au cours d'un point de presse qu'il a tenu dans l'après midi, à Goma, Alan Doss s'est tout d'abord félicité de l'initiative de l'Union Africaine de convoquer ce Sommet, laquelle, démontre l'importance que le continent africain accorde à la sauvegarde du processus de paix en cours à l'est de la RDC.

M. Doss a aussi « salué les résultats de cette réunion, qui a notamment appelé à un cessez le feu immédiat par tous les hommes armés et milices du Nord Kivu, à l'établissement de couloirs humanitaires afin d'assurer qu'une réponse immédiate puisse être apportée à la crise humanitaire, et à la mise en œuvre immédiate du Communiqué de Nairobi et des Accords de Goma. Le Sommet a également établi un mécanisme de facilitation qui impliquera, outre l'Envoyé spécial du Secrétaire général pour les Grands lacs, tous les Chefs d'Etat de la Région ».

Evoquant la situation sécuritaire dans la province, et les événements de ces derniers jours, Alan Doss a une nouvelle fois condamné les graves violations des droits de l'Homme et du droit international humanitaire perpétrées entre le 4 et le 6 novembre, dans la localité de Kiwanja, à quelques kilomètres de Rutshuru (65 km au Nord de Goma), où des tueries de civils ciblés par les groupes armés ont eu lieu.

«La MONUC rappelle que ces actes constituent des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité intolérables», a insisté Alan Doss. Il a par ailleurs réitéré avec insistance son appel lancé aux groupes armés en vue de leur retrait et de la démilitarisation de Rutshuru et de ses environs, afin de laisser la MONUC assurer la protection des populations dans cette zone, de permettre le retour chez eux, dans la sécurité, des milliers de déplacés qui ont fui les combats, y compris ceux qui ont trouvé refuge, depuis le 4 novembre, autour de la base mobile des Casques bleus de la MONUC à Kiwanja.

Enfin, s'agissant de la sécurisation de la ville de Goma, Alan Doss a expliqué que la Force de la MONUC continuait de renforcer son dispositif de protection de la capitale du Nord Kivu et de ses environs. A cet égard, il a évoqué la réorganisation et les renforts en cours des effectifs de la Force de la Mission, l'intensification des patrouilles, des activités de surveillance aérienne, ainsi que les mesures prises, en coordination avec les autorités congolaises, pour renforcer la discipline et l'efficacité des forces de sécurité nationales et pour restaurer la confiance entre ces dernières et les populations.

Je m'en vais laisser la parole au Lt. Colonel Jean Pierre Dietrich pour enchaîner avec la situation militaire.

Situation militaire (Lt Col Jean-Paul Dietrich, Porte-parole Militaire)

En Ituri, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et la Force de la MONUC ont poursuivi leurs offensives contre les miliciens du Front de Résistance Patriotique en Ituri (FRPI) au Sud d'Irumu, et les ont expulsés de la zone de Tchey et des régions environnantes qu'ils occupaient depuis plus d'un mois.

Dans d'autres régions de l'Ituri, les rapports ont signalé la reprise des recrutements par les miliciens, particulièrement dans la région de Kwandroma, où deux ex-miliciens du FNI, qui étaient proches de Peter Karim, ancien dirigeant du FNI, ont été arrêtés.

Par ailleurs, des combats ont opposé les FARDC et le FRPI le 8 novembre 2008 à Bolenzabo, situé à 10 kilomètres au Sud-ouest de Marabo. Les éléments du FRPI ont commencé à tirer au mortier à 9h00. La population s'est réfugiée autour de la base de la MONUC à Marabo. Dans sa contre-offensive, les FARDC, soutenues par la MONUC ont réussi à repousser les éléments du FRPI de la zone de Marabo, notamment Chobochobo, Bolenzabo, Baiti et Sezabo.

Au Nord-Kivu, la situation militaire pendant la semaine sous examen a été marquée par les hostilités à Kiwanja, avec de fortes conséquences sur le plan humanitaire et des droits de l'homme. Des combats importants ont opposé les FARDC et les éléments du CNDP à Nyanzale et à Kibati, respectivement le 6 et le 7 novembre 2008.

En effet, le 4 novembre 2008, une coalition qui aurait regroupé des éléments des Patriotes Résistants Congolais (PARECO) et d'autres éléments des groupes Mayi Mayi, a attaqué les éléments du CNDP à Kiwanja. Les combats ont cessé le 5 novembre 2008 après le retrait des éléments Mayi Mayi vers le Nord et la reprise du contrôle de Rutshuru par les éléments du CNDP. Pendant les combats, la Force de la MONUC est parvenue à évacuer tous les humanitaires pris au piège à Rutshuru.

Depuis le 5 novembre 2008, 5000 personnes déplacées se sont amassées autour de la base de la Force de la MONUC à Kiwanja pour chercher une protection, laissant une ville pratiquement vide. La MONUC leur a fourni depuis une assistance.

La MONUC mène 10 à 15 patrouilles par jour pour sécuriser les alentours et prévenir les violations des droits de l'homme par les belligérants.

Après ces combats dans le territoire de Rutshuru, le CNDP a ouvert dans la matinée du 6 novembre 2008 un autre front dans la région de Nyanzale et de Singha contre les FARDC, ce qui a provoqué la fuite de la population vers la base de la Force de la MONUC de Nyanzale.

A Goma, un Casque bleu du contingent sénégalais âgé de 24 ans, a été lâchement assassiné, vendredi 7 novembre, dans la ville de Goma, par des éléments armés. La MONUC salue la police nationale congolaise pour les efforts déployés juste après le drame pour retrouver les coupables de ce crime. Trois suspects appartenant tous aux FARDC ont été appréhendés.

Au cours d'une cérémonie d'hommage à ce Casque bleu tombé au service de la paix en République démocratique du Congo, le Commandant de la Force de la MONUC, le Général Babacar Gaye, a salué le professionnalisme et le dévouement de ce soldat qui a perdu la vie huit mois après son déploiement au sein de la Force de la MONUC, et ce, après avoir successivement servi dans des zones parmi les plus sensibles du Nord-Kivu, telles que Tongo, Bambo et Kalengera.

« La mort de ce Casque bleu doit rappeler au peuple congolais qu'il n'est pas seul dans ses souffrances, que la communauté internationale demeure à ses côtés, et que les Casques bleus sont prêts à verser leur sang pour la cause de la paix dans ce pays » a dit le Général Gaye.

Assistance humanitaire à l'Est de la RDC

Lundi 10 novembre 2008 dernier, un avion transportant 36 tonnes de fournitures en provenance du central de stocks d'urgence du Haut Commissariat aux Réfugié est arrivé de Dubaï à Entebbe, en Ouganda. De cette ville, quelque 1500 balles de bâches en plastique et trois entrepôts préfabriqués seront envoyées à Goma. Le reste des fournitures (3000 jerricans, 2650 bâches en plastique, 7500 couvertures et 1500 ustensiles de cuisine) sera convoyé par la route d'Entebbé à Bunia.

Le Haut Commissariat aux Réfugiés a déjà livré des produits non alimentaires arrivés par la route à l'Est de la RDC, à près de 50.000 personnes provenant de l'entrepôt régional de Ngara, en Tanzanie.

Par ailleurs, en dépit de tirs d'armes signalés le dimanche dernier, aucun grand mouvement de population n'a été signalé dans le camp de Kibati dans la périphérie nord de Goma.

Le Haut Commissariat aux Réfugiés reste cependant extrêmement préoccupé par la sécurité de certain des 65.000 déplacés internes congolais dans les deux camps de Kibati.

A noter que la distribution de produits non alimentaire tels que des couvertures, des matelas, ustensiles de cuisine, moustiquaires et des bidons a commencé hier mardi 12 novembre.

Activités Section DDRRR de la MONUC

Lundi 10 novembre, 16 personnes dont 7 combattants Hutu rwandais et leurs 9 dépendants ont été rapatriés au Rwanda par la section DDRRR de la MONUC / Bukavu. Au nombre de ceux-ci, 6 combattants et 9 dépendants venus de Bunyakiri et un combattant en provenance de Kilembwe à Fizi. Ils ont été remis entre les mains des autorités Rwandaises à Cyangugu. Ces nouveaux rapatriements portent à 18 dont 9 combattants et 9 dépendants, le nombre de personnes rapatriées au Rwanda par la section DDRRR /MONUC Bukavu depuis le début de ce mois de Novembre. En Octobre dernier, 63 personnes avaient été rapatriées dont 27 combattants Hutu rwandais et 29 dépendants.

Activités Affaires civiles de la MONUC

Dans le cadre de son appui à la restauration et à l'extension de l'autorité de l'Etat, la Section des Affaires Civiles de la MONUC s'est entretenue en date du 07 Novembre 2008 avec la Maire de la ville de Mbandaka nouvellement nommée. Cette réunion a permis à la Section des Affaires Civiles de lui expliquer son mandat et les activités qui y sont liées.

Cette rencontre a été aussi l'occasion pour la Maire de faire part des difficultés auxquelles est confrontée son administration depuis sa prise de fonction. La Maire a ainsi demandé l'appui de la MONUC et du système des Nations Unies pour faire face au manque de moyens de travail, au besoin de renforcement des compétences en matière de gestion administrative, de gestion du personnel et de planification du développement local.

La Section des Affaires Civiles de la MONUC a également participé à une séance de travail avec une mission de l'unité de pilotage du DSCRP (Document Stratégique de Croissance et de Réduction de la Pauvreté) venue de Kinshasa. Il a été question, pour cette mission, d'expliquer aux différents acteurs de développement de la province le niveau d'évolution du processus d'élaboration et de mise en œuvre du DSCRP et de demander l'implication de ces derniers dans la phase de sa mise en œuvre.

La finalisation, la validation et la diffusion du DSCRP provincial ont été aussi l'objet de la réunion, les membres de la mission informant les acteurs de développement de l'imminence de la validation de ce document avant mi-décembre. Le comité provincial DSCRP a d'ores et déjà sollicité l'appui de la MONUC pour le transport des délégués qui seront invités de l'arrière province.

Dans un autre ordre d'idées, la Section des Affaires Civiles de la MONUC, à Mbandaka, a rencontré 14 associations et mouvements des jeunes le 04 Novembre 2008 a propos de l'actualité à l'est du pays. La Section des Affaires Civiles a sollicité cette rencontre en vue d'expliquer aux jeunes de Mbandaka le mandat de la MONUC et les actions engagées pour tenter de ramener la paix à l'est.

Cette première rencontre fut une occasion d'échange avec les jeunes, qui reconnaissent le rôle primordial qu'a joué la MONUC notamment dans la réussite des opérations électorales. Ils ont par ailleurs exprimé le vœu que la MONUC facilite le dialogue entre rwandais afin que les rebelles rwandais puissent retourner chez eux. Suite aux explications et clarifications reçues, les jeunes ont souhaité que ces échanges deviennent réguliers et se sont engagés à s'abstenir de toute violence contre la MONUC.

Il est à noter que la Section des Affaires Civiles de la MONUC a multiplié ce genre d'exercice avec d'autres associations estudiantines du pays au cours des dernières semaines dans le soucis d'améliorer le dialogue et l'écoute avec les communautés estudiantines afin d'expliquer le mandat et les actions concrètes engagées par la MONUC au regard de la situation dramatique qui prévaut à l'Est du pays.