DR Congo

RD Congo: Bulletin hebdomadaire sur la situation humanitaire du 29 juillet au 04 août 2002

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
1. Faits saillants
Activité volcanique : L'activité intense de deux volcans, Nyiragongo et Nyamulagira, a continué cette semaine. D'après l'équipe de vulcanologues internationaux et locaux, qui a effectué deux survols des deux volcans ainsi qu'une ascension du Nyiragongo, les éléments les plus marquants cette semaine étaient les suivants :

Nyiragongo : Le panache important de quelque 5.000 mètres de hauteur est au moins deux fois plus grand que jamais auparavant et son volume ne coïncide toujours pas avec l'absence de lave dans le cratère. Ce panache important et les tremblements permanents et prolongés enregistrés dans les 8 stations prouvent que ce volcan est assez actif avec des mouvements de magma sous le cratère.

Nyamulagira : Ce volcan est encore en éruption intense depuis le 25 juillet. Les deux fontaines de lave d'une hauteur de 100 à 200m sont encore très actives, déversant un volume important de lave qui coule rapidement en direction du Nord-Nord-est. La longueur de la coulée principale est estimée à 15 km. Néanmoins, les vulcanologues confirment que cette activité ne pose aucun danger aux populations de Goma et Sake, car les coulées de lave sont contenues dans le Parc National des Virunga.

Le niveau d'alerte demeure « jaune » (vigilance) et les vulcanologues poursuivent la surveillance.

Accès difficile pour la mission inter agence aux populations affectées dans les Hauts Plateaux et Fizi-Baraka. Les missions inter-agences ONU-ONGs censées se rendre cette semaine sur les Hauts Plateaux (Minembwe, Mikenge et Kabara) et dans les localités de Baraka et Fizi (territoire de Fizi) ont été confrontées à des problèmes de logistique et d'insécurité qui ont empêché l'accès aux populations ciblées et affectées. Des 5 localités ciblées, seule Minembwe a pu être atteinte le 02 août, et faire l'objet d'une série de brèves rencontres avec différents responsables. A Minembwe, plusieurs sources ont déconseillé à la mission de continuer comme prévu à Mikenge et Kabara à cause des affrontements récents dans ces zones. Quant à Baraka et Fizi (programmés pour le 03 août), la mission a fait face à un contingent armé dès son atterrissage à Baraka. Ce dernier, sans se montrer réellement menaçant, a néanmoins intimé l'ordre de rentrer sur le champ à Goma. Une autre tentative pour se rendre à Baraka-Fizi est prévue pour la semaine prochaine (cf. Bulletins 22-28 juillet et 15-21 juillet).

Visite à l'Est du Coordinateur Humanitaire des Nations Unies. M. Herbert M'cleod, le nouveau Coordinateur Humanitaire des Nations Unies en RDC, s'est rendu pour la première fois cette semaine, à l'Est de la RDC afin de rencontrer les Chefs de sous bureaux de l'ONU et les partenaires humanitaires, et participer dans les missions diverses pour mieux comprendre la situation humanitaire générale. Pendant son séjour d'une semaine, M. M'cleod a pu visiter les villes de Goma, Bunia et Minembwe, ainsi que le territoire de Masisi (au Nord Kivu).

2. Nord Kivu

Sécurité : Prudence à la sortie comme à l'entrée de la ville de Goma : A part les cas de vols à mains armées, Goma reste calme bien que la sortie comme l'entrée restent problématiques pendant certaines heures. Jeudi 1er août, un véhicule est tombé dans une embuscade vers Mugunga (12 km de Goma) à 6H30 du matin alors qu'il se dirigeait vers Masisi. Des hommes armés non identifiés ont tiré sur ce véhicule et l'ont pillé des biens qui s'y trouvaient. Sept passagers ont été blessés et transportés à l'hôpital général de Goma. L'Officier de sécurité a.i en a profité pour demander aux acteurs humanitaires d'être prudents à l'entrée comme à la sortie de la ville en respectant les heures suivantes : 9H00, le matin pour quitter Goma et 16H00, pour le retour.

Déplacées : Environ 800 ménages ont été déplacés du territoire de Walikale suite à une attaque par des hommes armés. La semaine dernière, une vingtaine d'hommes armés (présumés être des interahamwe) ont attaqué les localités de Elangira et environs (environ 56 km Est de Walikale-centre). Après avoir tué 11 personnes et blessés 3 autres, qui sont actuellement soignées à l'hôpital de Masisi, ils ont volé des habits et du matériel de cuisine. Cette attaque a provoqué le déplacement d'environ 800 ménages vers le territoire de Masisi. La nouvelle a été annoncée par les autorités locales et confirmée par les ONG locales oeuvrant à Masisi. La commission Mouvement des populations pourra organiser prochainement une mission pour évaluer leurs besoins.

Réfugiés : 28.411 réfugiés rwandais rapatriés depuis le 1er janvier 2000 jusqu'au 03 août 2002 Cette semaine, le HCR/Goma a publié les statistiques du rapatriement des réfugiés rwandais depuis le 1er janvier 2000 jusqu'au 03 août 2002 soit 28.411 personnes, dont 25.660 en 2000 et 2001 et 2.595 en 2002 au 03 août. Pour la période du 29 juillet au 03 août 2002, le HCR a facilité le rapatriement de 156 réfugiés dont 63 adultes et 93 enfants.

Coordination: Assistance humanitaire prévue pour Lubero la semaine prochaine. Un convoi humanitaire, chargé de vivres du PAM pour un mois, de semences vivrières et maraîchères de la FAO ainsi que de kits des déplacés de l'UNICEF en faveur des 3.542 ménages déplacés de Bunyatenge et les 1.307 ménages retournés de Bingi (les deux au sud du territoire de Lubero), doit quitter Goma à la fin de la semaine prochaine. Pour rappel, un appel d'assistance a été lancé il y a deux semaines suite à une mission conjointe menée par OCHA, UNICEF, FAO et AAA dans ce même territoire (cf : Bulletin 22/28 juillet). En plus de l'assistance au sud du territoire de Lubero, un protocole d'accord a été signé cette semaine entre le PAM et l'ONG Cooperazione e Svluppo (CESVI) pour assister 2.350 ménages déplacés dans la cité de Butembo et environs (au nord du territoire).

3. Sud Kivu

Nutrition : En plus du centre nutritionnel thérapeutique d'ACF/USA qui fonctionne à Shabunda avec 150 personnes admises, un centre nutritionnel de supplémentation a été ouvert à Shabunda le 02 août, en faveur de 130 bénéficiaires.

Mission d'ONG signale des besoins urgents pour la ville de Baraka. A la suite de sa récente mission à Baraka (territoire de Fizi), l'ONG internationale AVSI a signalé des besoins urgents dans les secteurs de la sécurité alimentaire, santé, non-vivres, réhabilitation des routes et des écoles. La situation sanitaire était considérée comme critique ; 120 cas de choléra ont été enregistrés dont 2 décès, selon le rapport d'AVSI. De plus, un chiffre de 4.127 familles déplacées et retournées a été rapporté récemment dans cette localité, selon la même source. Pour l'instant, seules AMI et ACF interviennent dans cette localité.

4. Maniema

Sécurité : Ce dimanche 04 août, une délégation de la population de Kindu, composée de chefs coutumiers et de parents ayant des enfants dans les rangs des Mayi-Mayi, a rencontré un groupe de Mayi-Mayi à 8 km de la ville de Kindu, sur l'axe de Kasongo. Les discussions se sont passées dans un climat de cordialité : la délégation a soulevé les questions de la réouverture des voies d'approvisionnement de la ville de Kindu et celle de la cessation des hostilités, tandis que les Mayi-Mayi ont répété leur souci de voir les troupes rwandaises se retirer de la RDC.

Sécurité : Malgré les risques, un petit porteur s'est rendu à Kampene afin d'évacuer deux missionnaires, dont les mouvements étaient limités à l'enceinte de leur paroisse depuis 47 jours. Lors des affrontements qui ont eu lieu il y a plus d'un mois et demi entre les forces du RCD et les Mayi Mayi qui ont, à tour de rôle, pris le contrôle de la ville, leur matériel de communication avait été confisqué (cf. Bulletin du 10 au 16 juin).

Droits Humains : Familles rwandaises et burundaises menacées par les Mayi-Mayi : quelque 200 personnes, en majorité des Rwandais et des Burundais, issues de familles emmenées dans les années 1930 par les colons belges dans les mines du Maniema (y compris Kalima, Punia et Kailo) seraient menacées par les Mayi Mayi où les populations locales les dénoncent au passage de groupes armés. Il est estimé qu'une centaine de personnes se seraient cachées dans la forêt autour de Kalima (cité minière située à 100 km à Nord-Est de Kindu). On rapporte également que dix huit ménages auraient gagné Kindu et auraient besoin d'assistance.

Mission d'évaluation d'un consultant d'OCHA au Maniema et au Nord Katanga . Suite au bouclage de la ville de Kindu par les combattants Mayi-Mayi, OCHA a dépêché son consultant, en la personne du Prof Muhindo, en vue d'évaluer l'impact de cette situation sur la vie socio-économique de la population de Kindu. Cet état, qui remonte au mois de février 2002, a occasionné une réduction sensible, voire une carence, des denrées alimentaires sur le marché. Le professeur Muhindo estime, à la fin de son séjour, que la ville de Kindu est plus sinistrée que ne l'était Kisangani au lendemain de la guerre des six jours. Le second volet de sa mission sera d'évaluer, dans le cadre de la préparation de l'opération Kambelembele, les possibilités de la reprise du trafic ferroviaire et son impact sur la vie des populations résidant tout le long de la voie ainsi que d'identifier les sites à haute production agricole dans les provinces du Maniema et du Katanga. L'enthousiasme manifesté par les populations et l'engagement des ONG tant internationales que locales restent un atout pour cette reprise.

Assistance de la MONUC aux personnes vulnérables de Kindu : La section humanitaire de la MONUC, en collaboration avec OCHA, a apporté une assistance aux personnes vulnérables et aux structures sanitaires de la ville de Kindu (QIP). Un lot de 79 matelas a été remis à des structures de santé tant publiques que privées. Environ 600 personnes répondant aux critères de vulnérabilité (déplacés âgés, veuves, handicapés physiques et enfants mal nourris) ont reçu 13 palettes d'habits usagés, 6000 pièces de savons, 1000 Kg du sucre. La distribution se poursuit et d'autres groupes de personnes seront ciblés dans les jours à venir. Des ONG locales féminines (UWAKI, DFF-ECC, FIFED, REFED, AFILMA) ont joué le rôle de premier plan dans l'identification des bénéficiaires de cette assistance.

5. Orientale - Ituri

Sécurité : La situation sécuritaire à Bunia reste encore volatile.

L'opération «Urgence Ituri» continue. L'opération « Urgence Ituri » en faveur d'environ 4.000 familles déplacées dans la ville de Bunia et sa périphérie a continué cette semaine avec la distribution de vivres dans les quartiers de Nyakasanza et Muyumba et de médicaments dans les centres de santé ciblés pour fournir une assistance gratuite. Pour rappel, l'opération a été lancée le 25 juillet par la communauté humanitaire de Bunia suite aux affrontements en ville en mi-juillet entre l'APC (Armée Populaire Congolaise), UPDF (Uganda People's Defence Forces) et les milices hema et lendu. Il faut rappeler que la communauté humanitaire avait signalé que des besoins étaient non couverts, particulièrement dans les secteur de l'eau et assainissement (cf. Bulletin 22/28 juillet).

6. Katanga

Pont aérien : Le pont aérien du PAM au nord Katanga se poursuit normalement. Cependant, afin de permettre le transport de semences et d'outils aratoires en faveur de la population ciblée par la distribution de vivres, soit 24.000 personnes (cf. Bulletin du 24 juin au 06 juillet), il est prévu de prolonger l'opération de deux semaines.

Réfugiés : le HCR indique qu'au mois de juillet, il a enregistré plus de 1700 départs spontanés de réfugiés angolais vers leur pays d'origine, ce qui représente le nombre le plus important de retours depuis le nouveau processus de paix entamé en Angola avec la mort de Savimbi. Par ailleurs, l'équipe de MSF/B. (Angola) a rapporté que plusieurs dizaines de réfugiés angolais étaient récemment arrivés, en mauvaise santé, à Luau (Angola) en provenance de RDC. MSF/B. (côté RDC) s'apprête à envoyer une équipe au Katanga à Dilolo (en face de Luau) afin d'y évaluer la situation sanitaire.

Epidémie de rougeole à Malemba N'Kulu (cf. bulletin du 22 au 28 juillet) : La campagne de vaccination envisagée par MSF/B., en appui de la prise en charge curative des cas de rougeole par MSF/F., qui n'avait pu être mise en oeuvre la semaine dernière en raison de l'insécurité pourra finalement être organisée, la situation sécuritaire étant plus calme. La campagne de vaccination sera menée dans un premier temps dans la localité de Malemba N'kulu avant d'être envisagée dans les zones de santé environnantes.

7. Equateur

Lancement d'une barge humanitaire de Kinshasa à destination de l'Equateur: le vendredi 02 août, l'ONG Première Urgence et le PAM ont envoyé une barge humanitaire de Kinshasa à destination de l'Equateur, dans le cadre du projet de sécurité alimentaire, de relance des activités agricoles et de la pêche sur l'axe Libenge/Imese. Ce convoi transporte 770 tonnes de rations alimentaires de protection des semences, des kits d'outils agricoles et matériel de pêche, des semences et des non-vivres. Une autre barge, de 700 tonnes, sera affrétée le mois prochain dans le cadre du même projet (cf. bulletin du 24 juin au 06 juillet).

Sécurité alimentaire : mission d'évaluation de la FAO et du PAM sur l'axe Lisala/Bumba : une mission d'évaluation dans le domaine de la sécurité alimentaire a eu lieu cette semaine sur l'axe Lisala/Bumba/Bongandanga. La mission relève que la situation est globalement similaire à celle observée sur l'axe Gemena/Businga/Gbadolite (cf. mission d'évaluation du mois de juillet au Nord Equateur, disponible sur www.reliefweb.int) sur le plan alimentaire, à savoir essentiellement un problème d'accès aux zones de production alimentaire. La mission recommande une action en trois volets : un appui ponctuel nutritionnel ; un appui à la production agricole (protection des semences par le PAM ; distribution d'intrants de la FAO), un accompagnement particulier des groupes vulnérables ainsi que la réhabilitation de plusieurs routes de dessertes agricoles prioritaires.

Nutrition : Les 1041 enfants mal nourris accueillis dans les centres nutritionnels de Gemena ne reçoivent plus de rations depuis une semaine, dans la mesure où les centres nutritionnels n'ont pas reçu de cotisations de leurs membres. Les monitrices des centres nutritionnels lancent un appel pour obtenir du lait thérapeutique.

Mission d'évaluation à Buburu (village le long de la rivière Ubangui, à 15 kms au sud de la localité d'Impfondo, côté République du Congo) : A la suite d'une mission inter-agences effectuée il y a quelques semaines dans la localité de Buburu à laquelle elle a participé, la section humanitaire de la MONUC indique que la situation dans le village de Buburu (côté FAC) est similaire à celle d'Imese (côté MLC, de l'autre côté de la ligne de front). Avant la guerre, la situation dans cette localité était de 32.000 âmes, contre 300 civils à l'heure actuelle, dont une grande partie s'est réfugiée au Congo voisin. La forte présence des militaires dans la ville, ainsi que les problèmes d'assistance et d'infrastructures disponibles côté RDC seraient les deux facteurs principaux expliquant le faible taux de retour à ce jour.

Personnes déplacées : Le groupe des ONGs de Bosobola a informé OCHA que près de 13.000 personnes étaient cachées dans la forêt de Bosobola : la situation de cette population serait identique à celle de Businga (Equateur, cf. mission d'évaluation de juillet), s'agissant en particulier du manque de vêtements.

Par ailleurs, un groupe de 21 personnes a rejoint Mbandaka en provenance de Kisangani, en plus de la soixantaine de personnes déjà arrivée la semaine précédente (cf. Bulletin du 22 au 28 juillet).

8. Kinshasa, autres provinces et coordination

Epidémie de méningite dans la zone de santé d'Inongo (cf bulletin du 17 au 23 juin) : l'équipe de MSF/Belgique qui s'était installée temporairement au village de Nsau dans la zone de santé d'Inongo (Bandundu) pour y traiter les cas de méningite, ainsi que dans les villages environnants, indique que le nombre de cas enregistrés jusqu'à la semaine 30 était de 233 (dont 48 décès, survenus la plupart au début de l'épidémie), portant le taux de létalité à 21 %. Cette région enclavée ne bénéficie d'aucune structure sanitaire organisée ; le soutien d'urgence de MSF/B. a été apporté à partir de Mbandaka (PUC). MSF/Belgique, qui indique qu'aucun cas n'était encore signalé au moment où l'équipe a quitté la zone, a assuré la formation du personnel local et mis à sa disposition du matériel et des médicaments avant son départ.

Suivi de l'épidémie de rougeole à Kinshasa : Epicentre indique que l'épidémie se tasse à l'est de la ville et se dirige désormais plutôt à l'ouest. L'épidémie ne cause pas un nombre important de décès, la couverture vaccinale dans la capitale étant bonne.

Personnes handicapées : La MONUC a indiqué qu'elle avait remis 40 matelas et un lot considérable de vêtements au Centre d'Hébergement des Handicapés Sinistrés de la commune de Ndjili (Kinshasa), qui abrite 165 personnes issues de 40 familles sinistrées depuis que des pluies diluviennes se sont abattues sur Kinshasa en 1998. Ces familles, dont les conditions de vie sont déplorables, sont soutenues par l'ONG locale COREPH.

Action anti-mines : Le CCAM (Centre de Coordination pour l'Action contre les Mines) des Nations Unies en RDC a indiqué que 189 zones suspectes (mines et UXOs) et 22 incidents (nombre d'incidents enregistrés depuis 1980) avaient pu être recensés grâce aux informations données par les partenaires et qui ont permis d'établir deux cartes de la RDC reprenant ces informations. Le CCAM encourage les partenaires à continuer de leur fournir ce genre d'informations et leur propose d'organiser dans les prochains mois un séminaire de sensibilisation au problème des mines, dans un premier temps aux ONGs basées à Kinshasa et par la suite sur le terrain. Une enquête nationale d'impact socio-économique devrait être lancée prochainement, en fonction de la situation sécuritaire.

Lancement d'une enquête nutritionnelle par ACF : ACF s'apprête à réaliser une série d'enquêtes nutritionnelles au plan national selon des critères et une méthodologie préalablement définis par les acteurs concernés à l'occasion d'ateliers préparatoires. Ce projet, qui devrait durer 8 mois, vise également à créer un réseau de circulation de l'information comprenant les partenaires susceptibles de faire part de situations nutritionnelles critiques dans des zones non encore couvertes dans ce domaine. L'objectif à terme est de pouvoir réagir rapidement aux crises nutritionnelles, en se concentrant sur les zones non couvertes. Tous les partenaires humanitaires intéressés par ce projet sont encouragés à contacter ACF.

Arrivée de la nouvelle responsable de la Section des Affaires Humanitaires de la MONUC : Mme Nancee Oku Bright est arrivée cette semaine à Kinshasa pour prendre ses nouvelles fonctions à la tête de la section des Affaires Humanitaires de la MONUC. Avant de rejoindre Kinshasa, Mme Bright travaillait à OCHA, où son dernier poste en date était celui de chef de la section Afrique au siège d'OCHA à New York.

Visite du Directeur Régional du PAM : Le 31 juillet, le Directeur régional du PAM a terminé sa visite d'une semaine en RDC, qui l'a mené à Kinshasa et Mbandaka. Au cours de sa mission, il a visité plusieurs programmes (centres thérapeutiques, activités maraîchères, centre d'orphelinat, projet vivres contre travail). Les principaux thèmes de discussion qu'il a abordés lors de ses rencontres avec les autorités et des représentants de la communauté des donateurs, ont été la question d'une stratégie de réinstallation et réintégration des personnes déplacées et réfugiées, le pont aérien du PAM dans le Nord Katanga, les problèmes de financement du PAM et en particulier du projet de reconstruction du pont ferroviaire de Nyemba.

OCHA RDC, mercredi 07 août 2002

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.