DR Congo

RD Congo: Bulletin hebdomadaire sur la situation humanitaire du 19 au 25 août 2002

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
1. Faits saillants
Déplacés: Une semaine de déplacement pour le Maniema. Cette semaine a été marquée par des déplacements massifs de populations dans les deux villes principales de la province du Maniema, à savoir Kindu1 et Kasongo2: à Kindu, le déplacement des personnes s'est fait dans la ville même, alors que Kasongo a accueilli des personnes en provenance des villages voisins. Dans la ville de Kindu, suite à la reprise des hostilités et aux incursions des Mayi-Mayi, 1.135 ménages dont 4.419 enfants, 1.227 enfants et 690 hommes ont traversé le fleuve vers la rive gauche qui abrite le centre-ville. L'ONG locale VODAC poursuit l'enregistrement cette semaine. Selon certaines sources, les Mayi-Mayi agissent en représailles à une attaque récente menée par plus d'une centaine de jeunes civils armés d'arcs, de lances et machettes contre leurs positions. A Kasongo, 8.300 nouveaux déplacés arrivés cette semaine ont été recensés par le diocèse de Kasongo. Plusieurs d'entre eux sont venus de Bikenge (à environ 140 km au nord-ouest du Kasongo dans le territoire de Pangi) et Saramabila (à environ 120 km au sud-est dans le territoire de Kabambare) suite aux affrontements entre les Mayi-Mayi et les forces de RCD. Les acteurs humanitaires se concertent pour l'organisation d'une assistance éventuelle et coordonnée en faveur de ces personnes déplacées.

L'assistance humanitaire aux familles vulnérable de Bunia continue. Une opération de distribution de vivres par AAA s'est déroulée cette semaine sans problèmes particulier, hormis quelques mécontentements enregistrés le vendredi 23 août parmi les jeunes dans le sous-quartier Brazza. Quelque 5.000 familles ont pu bénéficier de ces vivres, pour une ration de deux semaines. Le PAM fournira, à travers son partenaire opérationnel AAA, 139,30 tonnes de vivres3 en faveur de 6.669 familles bénéficiaires pour une période d'un mois, d'après un protocole d'accord signé cette semaine. Dans le domaine de la santé, la « Semaine Soins Gratis pour la population » à Bunia a permis d'enregistrer au total 5.491 consultations dans 11 des 16 centres de santé concernés par cette opération (cf. Bulletin 12/18 août).4 Néanmoins, la situation de l'eau/assainissement reste préoccupante, l'une des stations étant inopérationnelle depuis le 16 août (l'usine de captage de Ngongo), amenant la couverture de la ville en eau potable de 23% avant les affrontements à 7-10% actuellement. Les partenaires OXFAM/GB et UNICEF préparent un appel d'urgence pour acheminer plus d'assistance dans les domaines de l'eau/assainissement et des non-vivres.

La situation sécuritaire dans la ville même de Bunia semble plus calme mais l'atmosphère est très tendue. Les deux quartiers inaccessibles (Kindia et Mudzipela) la semaine dernière se sont ouverts cette semaine. Certains personnes continuent à vivre dans la clandestinité et craignent les représailles, d'autres ont peur d'une reprise des hostilités tribales. Le mouvement de populations a continué cette semaine dans les directions sud et sud-ouest vers Beni (Nord Kivu), Mambasa (territoire de Mambasa, Ituri). A Mambasa, on estime que 700 familles viennent d'arriver mais très peu d'informations sont disponibles sur le sort de la population à Komanda, o=F9 des affrontements ont été signalés. Dans le territoire de Beni, les partenaires s'organisent en vue d'une intervention prochaine en faveur des déplacés de Bunia/Ituri dans le domaine de la sécurité alimentaire et des non-vivres (voir ci-dessous).

Evacuation de deux équipes humanitaires Shabunda: Suite à la détérioration de la situation sécuritaire à Shabunda due aux affrontements entre les troupes du RCD et les groupes armés Mayi Mayi et autres, les équipes de MSF-H et ACF/USA ont évacué de Shabunda le 19 août avec un vol Air Serv. Une mission exploratoire ACF/USA et MSF-H y a été effectué ce vendredi 23 août pour évaluer la situation d'accès. Si l'accalmie observée lors de cette mission se confirme, les deux ONGs pourront y dépêcher leurs équipes d'ici la semaine prochaine.

2. Nord Kivu

Sécurité: La situation sécuritaire continue d'être préoccupante. A Goma, les cas de vols à mains armées accompagnés d'assassinats se multiplient. Dans le territoire de Rutshuru, trois embuscades ont été signalés sur les routes cette semaine au moment o=F9, à Walikale et à Masisi, les affrontements entre l'armée du RCD et leurs alliés contre les groupes armés (Interahamwe et Mayi-Mayi) ont pris de l'ampleur. Toutefois, dans le Grand Nord de la Province, à part quelques attaques sporadiques à Beni et dans le Sud de Lubero, cette contrée reste calme.

Activité volcanique: L'éruption modérée du Nyamulagira continue sur son flanc nord-ouest. Une chute de cendres volcaniques est signalée dans la localité de Tchumba. Le volcan Nyiragongo est plus actif par rapport la semaine dernière. Les effets suivants sont observés : un dégazage existant en profondeur avec une odeur de S02 (caractéristique de la présence des magma à faible profondeur) ; des éboulements perceptibles toutes les heures s'agissant du volcan Nyiragongo ; la population aux environs du Nyiragongo témoigne d'une élévation de température dans leur région. Le niveau d'alerte demeure « jaune » (vigilance).

Sécurité alimentaire: 14.000 familles du Masisi bénéficieront de semences et matériels aratoires de AAA. En plus des travaux de réhabilitation des routes de desserte agricole dans le territoire de Masisi, l'ONG Agro Action Allemande prépare la saison culturale prochaine de septembre. Elle vient de lancer un bon de commande de 70.575 kg de haricots, 28.230 kg de maïs, 283 kg de semences maraîchères et 14.115 houes pour 14.000 familles retournées sur l'axe Masisi- centre-Nyabyondo. Cette population connaît des problèmes liés à la sécurité alimentaire à cause de la présence prolongée de groupes armés dans la région, des pillages des récoltes et des déplacements pour fuir l'insécurité.

Réfugiés: 200 réfugiés rwandais rapatriés dans la période du 19 au 24 août. Cette semaine, le HCR/Goma a facilité le rapatriement volontaire, du Nord Kivu vers leur pays d'origine, de 200 réfugiés rwandais. Pour le moment, la moyenne hebdomadaire de rapatriement est de 187 réfugiés soit 35 familles. La situation d'insécurité qui prévaut dans le territoire de Walikale empêche toujours l'ouverture par le HCR d'un site de collecte dans ce territoire qui héberge un nombre important de réfugiés rwandais. Certains de ces réfugiés descendent sur les sites dans des localités proches de Masisi pour se faire rapatrier par le HCR.

Coordination: Suivi de la mission inter-agences à Beni. Le PAM prévoit d'organiser une distribution en vivres à 8.014 personnes5 déplacées récemment 6 Depuis le mois de juin d'Ituri se trouvant dans le territoire de Beni le long de l'axe Beni-Eringeti (cf. Bulletin 12/18 août 2002). Cette distribution devrait se faire à partir du 29 août à travers l'ONG Vision Internationale basée dans ce territoire et partenaire du PAM dans les centres nutritionnels. Il est également prévu que l'UNICEF et la FAO interviennent respectivement dans l'assistance en non-vivres et en intrants agricoles.

3. Sud Kivu

Sécurité: Les cours ont repris à l'Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu (ISP) depuis bientôt dix jours, après sa fermeture le 02 août dernier par le gouverneur du Sud Kivu. Les cours ont commencé, mais l'internat reste fermé. Une vingtaine d'étudiants membres du comité des sages de l'ISP ne sont toujours pas autorisés à suivre les cours, étant soupçonnés d'être à l'origine des troubles du début du mois. Par ailleurs, le maire de la ville de Bukavu a été relevé de ses fonctions par le gouverneur de province. Le motif de cette suspension serait la motion, votée en mars dernier par le conseil urbain à l'encontre du maire de la ville, pour, entre autres raisons, mauvaise gestion. D'autres sources pensent que cette suspension est liée à la situation de l'ISP/Bukavu o=F9 enseigne le maire de la ville.

Réfugiés: Mouvement de retour de Congolais Banyamulenge qui étaient réfugiés au Burundi. 55 familles sont arrivées dans la plaine de la Ruzizi, plus précisément dans le village de Mutule (à 64 km de Bukavu). La raison ayant motivé le retour de ces réfugiés est la décision des autorités burundaises de transférer les camps de réfugiés dans des zones que les réfugiés estiment non sécurisées. Une mission inter-agences d'évaluation HCR, UNICEF, PAM et MONUC se rendra le 26 août sur le terrain pour discuter avec les autorités locales et les acteurs humanitaires opérationnels dans la zone en vue d'une prise en charge.

Présence humanitaire: Un nouvel intervenant humanitaire vient s'implanter au Sud Kivu : il s'agit de l'ONG International Medical Corps qui s'occupera de santé et de nutrition dans la zone de santé de Bunyakiri. Après avoir mené plusieurs missions d'évaluation, l'ONG est actuellement en cours d'installation.

4. Maniema

Eau et Assainissement: Départ de OXFAM (GB) du Maniema. L'ONG britannique met fin à sa présence physique au Maniema ce mois. Toutefois, elle maintiendra la surveillance de ses acquis à travers l'ONG locale Kindu Santé. Selon le chargé de projet, la couverture des besoins en eau dans la ville de Kindu est de 19%, exposant cette agglomération de plus de 131.000 personnes aux risques de maladies diarrhéiques. Par ailleurs, l'ONG britannique Merlin a organisé récemment une journée de réflexion sur la prévention du choléra dans la ville de Kindu.

Nutrition: Les recommandations principales de la mission exploratoire du PAM la semaine dernière sur la situation nutritionnelle à Kindu sont les suivantes : plaidoyer pour la mise en place d'une enquête nutritionnelle dans la zone de santé accessible de Kindu ; appui au programme de nutrition thérapeutique. Selon la mission du PAM, les 17 centres nutritionnels dans la ville sous la supervision d'une ONG locale présentent des erreurs techniques par rapport à la gestion de la malnutrition, rendant une enquête nutritionnelle plus importante afin d'avoir des données fiables.

5. Katanga

Mission d'évaluation pour la réhabilitation de la voie ferrée Lubumbashi-Kindu. A la suite des deux ateliers qui se sont tenus successivement à Kindu et Lubumbashi pour la relance du trafic ferroviaire qui permettra de faciliter l'acheminement de l'assistance humanitaire et de relancer l'économie locale, une mission d'évaluation a été menée par OCHA et la SNCC dans le territoire de Kabalo afin d'évaluer l'état du pont ferroviaire de Zofu. Ce pont, situé sur la ligne de front dans la zone de désengagement RCD-FAC (à environ 9 km au sud de la cité de Kabalo), constitue le premier point de blocage pour le train entre Lubumbashi et Kindu. La mission a constaté qu'un wagon était abandonné sur le pont et que certains rails avaient sauté ou été enlevés. Sur le plan humanitaire, plus de 3.500 personnes se trouvent actuellement dans la zone de désengagement situé entre le pont Zofu et Nguena (villages de Nyangwa et Katutu) et qui sont rentrés depuis février dernier en provenance du village de Kadibu. Déplacées depuis plus de deux ans, ces personnes ont tout perdu et n'ont jamais bénéficié d'assistance ; elles sont dans un état de dénuement déplorable, sans habits ni abris ou encore accès aux soins médicaux. Les enfants n'ont pas été vaccinés depuis deux ans et certains souffrent de malnutrition. Une assistance médicale, en habits, vivres et non vivres est recommandée. Enfin, notons que le mouvement de populations est une réalité entre Kabalo et les zones sous contrôle du gouvernement, en plus des mouvements des commerçants qui vont écouler leurs produits agricoles (huile de palme, arachides, maïs, riz ...) côté gouvernemental et qui reviennent de Lubumbashi avec des produits manufacturés (savons, sel, habits...). Des réunifications familiales s'opèrent également de part et d'autre de la ligne de front. Néanmoins les conditions dans lesquelles s'effectue ce trafic sont mauvaises, le transport se faisant à bord de petites pirogues à pagaies souvent surchargées.

Sécurité alimentaire: pont aérien entre Kalemie et Kabalo : Un organisme humanitaire a organisé un pont aérien entre Kalemie et Kabalo pour assister 2500 ménages de personnes retournées et autres vulnérables de Kabalo en semences, intrants agricoles et ustensiles de cuisine. Une opération similaire est envisagée la semaine prochaine à Manono.

Sécurité alimentaire et sécheresse: Impact de la sécheresse en Afrique Australe sur la sécurité alimentaire des populations du Katanga. Une réunion du groupe thématique sur le développement rural et la sécurité alimentaire s'est tenue cette semaine à la FAO afin d'analyser l'impact de la sécheresse en Afrique Australe sur la RDC, et en particulier la province du Katanga et les deux Kasais. En effet, cette province de la RDC dépend des importations en provenance d'Afrique Australe à 80% pour les produits vivriers de base, 90% pour les semences et 100% pour le sucre, alors que la Zambie et le Zimbabwe ont récemment décidé de stopper toute exportation de maïs en raison de la sécheresse qui frappe l'Afrique Australe. Cette catastrophe naturelle est donc susceptible d'avoir un impact négatif considérable sur la sécurité alimentaire au Katanga. Il ressort de cette réunion qu'en plus des programmes existants et ceux à venir pour améliorer la sécurité alimentaire dans la province, il est nécessaire d'apporter de manière urgente des semences et boutures de manioc. De plus, les participants au Groupe thématique ont mis l'accent sur la nécessité de prendre en compte ce problème au niveau régional et plus particulièrement, d'inclure la province du Katanga, ainsi que les deux Kasais, dans l'Appel en cours de lancement en faveur de l'Afrique Australe. Une action de plaidoyer sera menée en ce sens.

Sécurité alimentaire et lutte contre la pauvreté: Le 22 août 2002 a été inauguré le site piscicole de Kisanga, le premier d'une série de 6 sites que la FAO/APSA a programmé de réhabiliter dans le cadre du projet APSA (Appui aux Producteurs du Secteur Agricole). La mise en exploitation de ce site piscicole d'une superficie de 0,82 hectares devrait permettre de produire et de mettre sur les marchés de la ville de Lubumbashi une quantité estimée à huit tonnes de poisson frais par an et de procurer aux membres de l'association bénéficiaire (l'association ECOOJEK) un supplément de revenus d'environ 250 dollars par famille et par an. La mise en oeuvre des travaux d'aménagement a entre autres bénéficié de l'appui de l'Institut National d'Etudes et de Recherches Agronomiques (INERA), de l'ONG Service d'Appui au Développement Rural et intégré (SADRI) et du PAM.

Pour rappel, ce projet APSA, qui s'étale sur 30 mois (de mai 2001 à octobre 2003), est placé sous la tutelle du Ministère de l'Agriculture, Pêche et Elevage. Son financement est assuré par le PNUD et le Gouvernement de la RDC, tandis que la FAO est chargée de son exécution. Ce projet est communément appelé « les 4 K », car il intervient dans 4 provinces dont les noms commencent tous par la lettre K (Katanga, Kasai Oriental, Kasai Occidental et Kinshasa).

Santé: Pendant que l'on maîtrise l'épidémie de choléra à Kalemie, une nouvelle épidémie est annoncé à Manono avec 10 décès en une semaine. L'UNICEF vient d'approvisionner l'ONG ALISEI en intrants pour la prise en charge des cas. Par ailleurs, dans la zone de Malemba N'kulu, MSF/France continue la prise en charge des cas de choléra : cette semaine, des résultats partiels font état de 368 nouveaux cas, en augmentation, dont 5 décès (soit 1.36% de létalité). De nouveaux foyers ont été observés au nord de Malemba N'kulu. En plus du centre de traitement du choléra mis en place à Malemba N'kulu, MSF/F. a ouvert un centre à Kabala (au sud de la zone de santé de Malemba N'kulu) et mis en place de petites unités ailleurs, o=F9 l'accès est possible. MSF/F. s'apprête à envoyer une équipe de 8 personnes pour s'occuper des problèmes d'eau et d'assainissement.

6. Equateur

Santé: Le Projet de lutte Anti-Sida dans l'Equateur nord (PLASEN),a organisé du 22 au 25 août des rencontres d'information et de sensibilisation sur leVIH/SIDA, auxquelles avait participé un très grand nombre de jeunes. Ces rencontres ont montré à la fois l'ignorance et la désinformation sur le sujet et la sous-estimation des conséquences de la maladie. Après ces rencontres d'information et de sensibilisation, l'ONG locale PLASEN organisera du 26 au 28 août des conférences-débats sur le VIH/SIDA avec les enseignants et les élèves de chacune des vingt écoles secondaires de Gemena centre (participation de 150 enseignants et 2.941 élèves).

7. Kinshasa et autres provinces ; coordination

Sécurité: deux ONGs internationales ont vus leurs réserves de carburant subtilisées par des militaires sur les routes au Bas-Congo.

Réfugiés: Le HCR/Kinshasa indique que le nombre de retours spontanés de réfugiés angolais vers leur pays d'origine s'élève au total à 10.600 personnes à ce jour.

Protection de l'enfance: L'opération «Kanga vagabonds» à Kinshasa continue, malgré les appels des partenaires humanitaires. Commencée le 09 août dernier, l'opération de rafle des enfants des rues se poursuit dans la capitale (cf. Bulletin du 12 au 18 août). Si quelques enfants se sont rendus spontanément dans les centres répertoriés par le Ministère de l'Intérieur, la majorité des enfants qui ont décidé de se rendre dans un centre d'accueil sont allés dans d'autres structures. On rapporte qu'en raison d'instructions floues, certains des policiers impliqués dans cette opération de rafle ont détenu les enfants dans des cachots plutôt que de les amener dans les centres d'accueil identifiés par le Ministère. Dans ces centres, il s'avère également que les filles sont souvent logées dans les mêmes locaux que les garçons : cette situation mettant les filles en situation de danger, certaines d'entre elles ont été emmenées dans des centres plus appropriés. Des rations alimentaires sont données dans certains des centres d'accueil répertoriés par le Ministère, mais elles sont insuffisantes.

L'UNICEF indique qu'en date du 23 août, 839 garçons et 147 filles étaient dans les centres d'accueil répertoriés par le Ministère de l'Intérieur. A la suite de discussions entre les autorités et des partenaires humanitaires, il a été décidé de mettre en place un groupe de travail mixte, comprenant des représentants des autorités (Bureau du Gouverneur, Ministère des affaires sociales), des Nations Unies (UNICEF), des ONGs locales (AED, ONG locale, et REEJER, réseau d'ONGs pour les enfants des rues), des ONGs internationales (SC/UK) et des donateurs (USAID). L'objectif de ce groupe de travail, qui se réunit de manière quasi quotidienne, est de mettre en place un plan d'action réaliste en faveur des enfants des rues dans le court, moyen et long terme.

DDRRR: Une mission du Bureau pour la Prévention des Crises et pour la reconstruction du PNUD Genève est actuellement en RDC. La mission mènera un exercice de collecte de données dans ce domaine en vue d'apporter une contribution technique aux agences des Nations Unies pour la mise en place d'une structure de coordination dans le domaine du DDRRR.

Footnotes:

1 Chef-lieu de la province.

2 Ville principale du sud de la province.

3 Y compris 83,75mt de maïs, 41,95mt de légumineuses, 12,2mt de l'huile végétale, et 1,4mt du sel.

4 Parmi les pathologies enregistrées, 47,8% de cas de paludisme, 16% de verminose, 3,3% de diarrhée (1 cas suspect de choléra non confirmé), 7,5 d'infections respiratoires aiguës et 1% de traumatisme psychologique, y compris de blessés.

5 Chiffres révisés depuis la semaine dernière

6 Depuis le mois de juin

OCHA RDC, 31 août 2002

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.