DR Congo + 1 more

RD Congo: Bulletin hebdomadaire sur la situation humanitaire du 12 au 18 août 2002

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
1. Faits saillants
Situation humanitaire à Bunia: Le 16 août, un Antonov 8 a quitté Kinshasa à destination de Bunia, avec 13 tonnes de vivres, de médicaments et de non-vivres destinés à la population victime des affrontements qui s'y sont déroulés ces derniers jours. A la demande de la communauté humanitaire présente à Bunia, OCHA a coordonné la mobilisation et l'envoi de cette aide, qui a été mise à disposition par l'UNICEF, MEMISA/Belgique et le Comité National de Crise. Les frais de transport ont été pris en charge à parts égales par MEMISA/Belgique et le Fonds d'Urgence des Nations Unies, géré par OCHA, dans le cadre des EHI. Cette aide mobilisée est en deçà des besoins identifiés lors d'une première évaluation par la communauté humanitaire sur place, puisque seules 7.600 familles pourront recevoir une première assistance d'urgence sur les 10.000 familles déplacées par les affrontements (chiffre de travail). Par exemple, l'aide alimentaire qui sera distribuée ne couvrira qu'une période de 8 jours. La distribution de cette première aide devrait commencer le 22 août, une fois les listes de bénéficiaires finalisées, et être effectuée sur 8 sites identifiés dans la ville de Bunia par la communauté humanitaire. Cette dernière s'est organisée en quatre comités , sous la coordination d'OCHA, pour la distribution de l'aide. Dans le domaine de la santé, grâce aux stocks dont disposent plusieurs partenaires humanitaires internationaux sur place et les médicaments envoyés le 16 août de Kinshasa, la communauté humanitaire a déclaré, en collaboration avec la zone de santé de la ville, une " Semaine Soins Gratis pour la population " à Bunia du 20 au 26 août. La consultation et les médicaments seront gratuits dans 16 structures de santé sélectionnées de telle manière à pouvoir couvrir tous les quartiers. A l'heure actuelle, une centaine de blessés sont recensés, mais ces chiffres sont probablement sous-estimés, l'accès n'ayant pas encore été possible dans les quartiers de Mudzipela et Kindja, qui restent toujours inaccessibles en raison de l'insécurité (cf. Bulletin 05/11 août 2002). La situation sécuritaire est toujours volatile : le marché de Bunia et les commerces sont à nouveau ouverts, mais la psychose n'a pas faibli. Un nombre considérable de demandes d'évacuation et d'asile, toutes communautés confondues, a été reçu par la communauté humanitaire, tandis que de nombreuses personnes vivent dans la clandestinité. Par ailleurs, les personnes, toutes communautés confondues, continuent de quitter Bunia, par voie aérienne, par route ou le plus souvent à pied, en direction de Beni (au sud de Bunia, dans la province du Nord-Kivu) et vers le nord du district. A cet égard, une source humanitaire sur place estime qu'environ 1.890 familles déplacées seraient arrivées cette semaine dans le territoire de Beni.

Rapport de Human Rights Watch sur " Les crimes de guerre à Kisangani: La réaction des rebelles soutenus par le Rwanda à la mutinerie de mai 2002 ". A la suite de sa mission d'enquête en juin dernier (cf. bulletin du 10 au 16 juin), Human Right Watch (HRW) sort son rapport sur les violations des droits de l'homme survenues lors de la mutinerie et des massacres qui s'en sont suivis à Kisangani et dans lequel l'ONG établit que la mutinerie a été brutalement réprimée par le RCD-Goma. HRW a pu réunir les preuves de dizaines d'assassinats de civils dans la commune de Mangobo, ainsi que de nombreux viols, passages à tabac et pillages à grande échelle, perpétrés dans le cadre de cette répression. HRW indique également que les éléments loyalistes du RCD-Goma ont exécuté de nombreux détenus, soldats et policiers, notamment sur le Pont de la rivière Tshopo et jeté leurs corps mutilés dans la rivière. Le bilan définitif reste à déterminer mais HRW a établi qu'au moins 80 personnes ont trouvé la mort au cours de la mutinerie et de la répression. HRW a aussi cherché à savoir si la MONUC avait failli à son mandat d'assurer la protection des civils exposés à une menace imminente de violence physique, HRW rappelant que la MONUC comptait plus d'un millier de soldats à Kisangani et était clairement informée des tueries. Néanmoins, HRW a salué l'enquête détaillée menée par la MONUC et le Bureau du Haut Commissariat aux droits de l'homme sur les événements de Kisangani, qui a contribué à dresser un compte-rendu précis des abus commis. HRW, tout en soutenant l'appel du Conseil de sécurité à poursuivre les auteurs de ces tueries, demande à celui-ci de fournir à la MONUC les moyens de protéger les civils dans les zones o=F9 elle est déployée et d'augmenter le nombre d'officiers des droits de l'homme qui lui sont attachés. Le rapport intégral est disponible en anglais et en français sur le site web de Human Rights Watch : www.hrw.org.

2. Nord Kivu

Sécurité: La situation sécuritaire n'a pas évolué cette semaine dans la province du Nord Kivu. Le territoire de Walikale est toujours caractérisé par les affrontements entre l'APR et les groupes armées (Interhamwe et Mayi-Mayi) alors que le territoire de Rutshuru connaît encore des embuscades sur les routes. A part quelques groupements, le territoire de Masisi était calme. Quant à Lubero et Beni dans le Grand Nord, la situation était calme malgré des rumeurs selon lesquelles l'APC (Armée Populaire Congolaise, coté gouvernemental) allait à son tour attaquer l'UPDF (Ugandan People's Defence Forces) pour se venger des affrontements qui avaient éclaté la semaine dernière à Bunia entre ces mêmes groupes.

Activité volcanique: Selon le vulcanologue international sur place, l'éruption du volcan Nyamulagira a continué à un niveau modéré pendant que le volcan Nyiragongo était calme cette semaine. Ces conclusions ont été tirées suite à un survol des deux volcans le 16 août par un hélicoptère MONUC o=F9 l'équipe volcanologique avait noté que les coulées de lave du Nyamulagira avançaient lentement au nord et nord-est et qu'aucune activité n'était visible dans le cratère du Nyiragongo. D'autres indicateurs d'une diminution de l'activité étaient une sismicité d'un niveau bas et la diminution des cendres volcaniques qui tombent du volcan Nyamulagira. A cet égard, l'équipe volcanologique qui a participé à une mission le 12 août aux endroits touchés par les cendres, concluait que les dégâts n'étaient pas importants (cf. Bulletin 05/11 août).

Déplacés: 3.232 nouvelles familles déplacées de l'Ituri dans le territoire de Beni. 3.232 nouvelles familles déplacées en provenance du district de l'Ituri vivent actuellement dans le territoire de Beni (Nord Kivu), y compris environ 1.890 familles déplacées qui sont arrivées à pied cette semaine échappant aux affrontements inter-ethniques de Bunia. Selon les humanitaires sur place, le flux continue. Des vivres, médicaments, abris et kits de déplacement sont les besoins urgents signalés par la mission inter-agences qui s'est rendue sur place cette semaine et planifie actuellement sa réponse. La mission conjointe du PAM, UNICEF, OCHA, Vision Mondiale et AAA a séjourné quatre jours cette semaine dans ce territoire, et en particulier dans la cité de Beni et les localités d'Erengeti et Mutwanga au nord et nord-est du territoire (cf. Bulletin 05/11 août).

3. Maniema

Sécurité: A l'aéroport de Kampene, un avion d'une compagnie privée a essuyé des tirs, qui ont entraîné la mort du pilote et blessé une passagère. La situation sécuritaire dans le reste de la province est demeurée la même à Kindu et Kalima qui sont toujours encerclées et asphyxiées par les Mayi-Mayi.

Santé: Elargissement du programme de santé de Merlin. L'ONG médicale Merlin a annoncé cette semaine qu'elle reprendrait prochainement la prise en charge de 11 centres de santé dans la zone de santé de Punia (nord-est Maniema). Cette ONG s'était retirée de cette zone depuis octobre 2001 pour des raisons sécuritaires. Merlin donnera son appui à la santé préventive, la formation et la supervision comme soutien dans les deux autres zones de santé du Maniema (Kindu et Kalima). De plus, l'ONG vient d'annoncer qu'elle prendrait également en charge l'hôpital général de la ville de Kindu à partir de début septembre.

Nutrition: Une mission exploratoire sur la situation nutritionnelle à Kindu. Une équipe de deux nutritionnistes du PAM est en mission cette semaine à Kindu pour y mener une évaluation de la situation nutritionnelle. Pour rappel, depuis le début de cette année les forces Mayi-Mayi encerclent la ville, rendant extrêmement difficile l'approvisionnement de la ville en biens et vivres et empêchant la population, y compris plusieurs milliers de déplacés et de mal nourris, d'accéder aux champs lors de la récolte ou pour la saison des semis (cf. Bulletin 24 juin/06 juillet 2002).

4. Katanga

Santé: Pillage de l'hôpital de Lwanda (situé à Ngoy-Mani, dans la zone de santé de Malemba Nkulu au nord de cette ville). Le médecin chef de zone a informé les autorités provinciales et la communauté humanitaire du Katanga du pillage, le mois dernier, de l'hôpital de Lwanda, au nord de Malemba N'kulu ou s'affrontent les Mayi Mayi et les FAC depuis plusieurs mois. Pour information, cet hôpital avait déjà été complètement pillé le 28 mars 2001. Plusieurs mois avaient été nécessaires aux missionnaires pour équiper cet hôpital à nouveau (matelas, draps, matériel opératoire pour les maternité, laboratoire etc). Par ailleurs, les villages environnants ont été incendiés et la population qui a fui se trouve en brousse, ou dans les villages voisins, passant la nuit pour la plupart à la belle étoile. Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables (dysenterie, diarrhée, malaria, pneumopathies). Un appel est lancé aux autorités et aux organismes humanitaires de venir en aide à cette population. OCHA proposera aux partenaires humanitaires de faciliter une mission d'évaluation à Ngoy-Mani si la situation sécuritaire le permet.

Suivi des épidémies de choléra au Katanga: On rapporte une recrudescence de l'épidémie de choléra à Malemba-Nkulu (66 nouveaux cas ont été enregistrés au cours de la semaine) ainsi qu'à Kabala (sud de la zone de santé de Malemba N'kulu). A cause des opérations militaires dans la région, les organisations humanitaires éprouvent encore d'énormes difficultés quant à l'accès à ces populations et à la prise en charge des cas. Aucun déplacement n'est possible au delà d'un rayon de 15 km du centre de Malemba N'kulu. MSF-B envisage d'effectuer dès la semaine prochaine une campagne de vaccination contre le choléra. En raison de cas enregistrés à Bukama et d'une recrudescence des cas à Kikondja, MSF/Belgique-PUC planifie une mission exploratoire dans la zone. En revanche, l'épidémie de choléra est en voie d'amélioration à Kalemie. Notons que le nombre de cas de choléra est habituellement en recrudescence en cette saison dans cette région.

5. Equateur

Santé: une équipe d'orthopédistes en renfort à l'hôpital général de Karawa : l'ONG locale CPHAG, spécialisée dans l'assistance aux personnes handicapées dans la zone de Gemena, indique qu'une équipe de spécialistes en orthopédie de Nairobi se rendra dans les prochaines semaines à l'hôpital général de Karawa, afin de soigner quelque 368 patients qui se sont faits enregistrés dans la zone de Karawa pour bénéficier d'une intervention chirurgicale. L'ONG CPHAG lance un appel, relayé par OCHA Gemena, pour faciliter le transport de 86 personnes qui pourraient bénéficier d'une intervention chirurgicale mais qui résident trop loin de Karawa pour pouvoir s'y rendre par leurs propres moyens.

Mission de collecte de données sur le SIDA: Dans le cadre du renforcement de la lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles sur l'axe fluvial Congo Ubangui et Chari, 4 pays africains (RDC, Tchad, République centrafricaine et République du Congo) ont mis en place un programme de prévention appelé " initiative es pays riverains des fleuves Congo Ubangui et Chari ". Un atelier technique d'élaboration du projet de prévention lié à cette initiative sera organisé le 26 août pour la RDC. En vue de la tenue de cet atelier, ONUSIDA/équipe inter-pays d'Abidjan vient de financer une mission de collecte de données pour faciliter l'élaboration du projet sur l'axe fluvial de la RDC : Kinshasa/ Nkana/ Kwamouth/ Lokolela/ Moboza/ Mbandaka/ Bubura/ Imese/ Libenge/ Zongo/ Mobaye/ Bongo et Yakoma. Cette mission de collecte de données est effectuée par un partenaire d'ONUSIDA, l'ONG ADSSE (Association pour le Développement Social et la Sauvegarde de l'Environnement).

Réfugiés: Début de l'opération de rapatriement par le HCR de 104 réfugiés congolais du Tchad vers la RDC. La majorité des personnes qui seront rapatriées sont originaires de Gbadolite, de Zongo, Libenge et environs, tandis que 34 d'entre elles seront rapatriées à Kinshasa. Certaines de ces personnes candidates au retour sont originaires de zones viennent de zones contrôlées par le RCD.

Par ailleurs, la mission exploratoire menée par MSF/B. à Dilolo à la frontière angolaise (cf. Bulletin du 29 juillet au 04 août) pour évaluer l'état de santé des réfugiés, indique que la situation n'est pas problématique du côté congolais, mais plutôt du côté angolais, les réfugiés devant parcourir des distances considérables de l'autre côté de la frontière alors que les structures sanitaires font défaut.

Nutrition: L'ONG CORAAPHAR, qui oeuvre en faveur de la promotion de l'habitat et de l'agriculture rurale, a ouvert le 17 août dernier un centre nutritionnel dans le secteur de Nguya (territoire de Gemena) à la suite d'une enquête nutritionnelle menée récemment dans la zone.

6. Kinshasa et autres provinces

Protection de l'enfance: Tensions à la suite de la rafle d'enfants de la rue à Kinshasa. Cette année encore, le gouvernement a décidé de lancer l'opération " Kanga Vagabonds ", à la suite d'une altercation entre policiers et des enfants de la rue (EDR), qui a abouti au décès d'un EDR de 18 ans, comme au mois d'août de l'année dernière. Un consortium d'ONG locales et internationales s'inquiète de la situation des EDR, fuyant l'opération de rafle lancée le 9 août dernier par le gouvernement. Ces EDR affluent depuis lors par dizaines dans les centres d'accueil provisoires qu'elles gèrent. Au cours d'une réunion tenue le 6 août au Ministère des Affaires Sociales, à laquelle ont participé la Croix Rouge de Belgique, Médecins du Monde, Oxfam/Québec, IRC, Save the Children et les plate-formes locales de protection de l'enfant CNOS et REGER, il a été proposé d'associer les éducateurs sociaux plutôt que la police à l'activité d'orientation des EDR vers certains centres de rééducation en cours de réhabilitation dans la capitale. Certaines sources indiquent par ailleurs le rejet de cette proposition par le Ministère de l'Intérieur, privilégiant l'usage des forces de police pour amener les EDR dans les centres. Au cours d'une visite effectuée dans quelques centres le 20 août, le Ministre de l'Intérieur avait pourtant fait appel aux organisations caritatives et humanitaires pour aider le gouvernement et s'occuper du problème d'assistance aux EDR. Au dernier recensement, le nombre d'éducateurs sociaux dans l'ensemble de la ville ne dépassait pas la centaine et les centres de formation appropriés pour ces éducateurs font défaut dans la capitale. Sur financement de la Banque mondiale, Oxfam/Québec exécute un projet de réhabilitation des centres de rééducation des EDR présenté par le Ministère des Affaires sociales. Ce projet de réhabilitation est en cours d'exécution : à ce stade, les centres ne sont pas encore opérationnels car non équipés et les mécanismes de prise en charge tant au niveau de l'éducation que sur le plan alimentaire ne sont pas encore établis. Par ailleurs, les Nations Unies avaient alloué l'année dernière par le biais du Fonds d'Urgence des Nations Unies, géré par OCHA, 75.000 USD en faveur d'un projet de Médecins du Monde visant la protection des EDR dans près de dix centres d'accueil provisoires de la capitale o=F9 ils avaient trouvé refuge.

OCHA RDC, 22 août 2002

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.