DR Congo + 1 more

Rapport mensuel de monitoring de protection Tanganyika, Haut Katanga | Janvier 2020

Source
Published
Origin
View original

Attachments

RÉSUME

La province de Tanganyika a été caractérisée pendant la première moitié du mois de janvier par une légère accalmie après une période assez troublée sur le plan sécuritaire et de protection en fin 2019. La situation sécuritaire s’est dégradée à partir du 16 janvier avec l’enlèvement et le meurtre du chef de Groupement Mukimbo par un groupe présumé de miliciens Twa. Cet incident a été le point de départ d’une flambée de violences intercommunautaires ayant conduit à de nombreuses atteintes aux droits de la personne dans plusieurs localités du territoire de Nyunzu à l’instar de Ngombe Mwana où par vengeance des jeunes de groupes d’autodéfense communément appelés « éléments » ont tué une dizaine de personnes de la communauté Twa. En plus de ces cas de meurtres, les infrastructures publiques ont également fait l’objet d’attaques. Le territoire de Kalemie par exemple a été marqué par la multiplication des actes de pillages sur l’axe Kalemie-Nyemba (plus précisément dans la localité Sangomutosha et Kabulo).

La détérioration de la situation sécuritaire et de protection dans le territoire de Nyunzu a aussi influencé le territoire de Kalemie. Suite au meurtre du chef Mukimbo, les populations vivant sur l’axe Nyemba Nyunzu ont effectué des déplacements préventifs tout au long de l’axe Nyemba-Nyunzu (Mayi Baridi,
Benze, Kilongia, Tuta, Sembe et Lwela). Cette inquiétude est également perceptible dans d’autres localités situées à la limite entre le territoire de Kalemie et Nyunzu dans lesquels les miliciens Twa sont actifs (Kisengo, Kasanga Nyemba etc.) où l’on a observé des restrictions de mouvements des personnes.

Le territoire de Moba pour sa part a été marqué par une accalmie sur le plan sécuritaire qui favorise la poursuite des retours spontanés des anciens réfugiés de la Zambie et des PDIs en provenance de Kalemie et du Haut Katanga.
Le territoire de Manono a été marqué par l’activisme des présumés miliciens Twa sous la conduite du leader Nyumba Isha avec la recrudescence des cas de pillages et meurtres sur l’axe Kiambi-Nsange-Mbayo ainsi que la poursuite des opérations de traque de ces derniers par les éléments des FARDC sur l’axe Nyunzu-Kiambi-Mbayo où la situation sécuritaire demeure malgré tout volatile.

Du côté du territoire de Pweto, on a noté une accalmie au cours du mois de janvier ce qui favorise et encourage le retour des réfugiés Congolais de la Zambie dans leurs localités d’origines. Selon les sources officielles de la Direction Générale de Migrations (DGM) 54 ménages de rapatriés spontanés ont traversé la frontière et ont été enregistrés dans la période du 14 au 22 janvier 2020 dans les aires de santé Boma et Sante.

Violations des droits humains

144 incidents de protection ayant conduit à 721 violations de droits humains ont été documentés pendant le mois de janvier 2020 soit une diminution de 45 incidents comparativement au dernier mois de l’année 2019 (189 incidents en décembre 2019). Malgré cette baisse de 31,2% d’incidents documentés, la violence qui a été observée en décembre 2019 s’est poursuivie en janvier 2020.