DR Congo

Rapport mensuel de monitoring de protection Sud Kivu & Maniema (Kabambare) | mars 2021

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

RESUME

La période rapportée a été marquée par multiples perturbations : Des vagues de mouvements de population dans les territoires de Shabunda, Kalehe, Walungu et Uvira ont été noté, ainsi que l’arrivée des populations déplacées du territoire de Masisi, Nord- Kivu vers Ziralo dans le territoire de Kalehe, Sud-Kivu, fuyant les affrontements entre les FARDC et les éléments Mai-Mai Machano. Le conflit intercommunautaire dans les Hauts Plateaux de Fizi, Mwenga et Uvira persiste. Il se présente un nouveau conflit intracommunautaire lié au pouvoir entre deux chefs de localité à Mukera dans le groupement de Basimukuma Sud en Secteur de Lulenge, territoire de Fizi. Finalement, le pillage du bétail dans le territoire d’ Uvira, Mwenga et Shabunda continue.

On note au cours de ce mois une hausse de violations collectées. Cette hausse trouverait sa justification sur l’activité croissante des groupes armés se traduisant par des affrontements soit entre eux ou contre les FARDC entrainant entre autres conséquences, des mouvements de population et autres violations des droits humains. En plus, la faible présence ou l’absence des forces de sécurité devant assurer la protection des civils, les conflits autour des intérêts communautaires et le pouvoir politique et la gestion dans les carrés et sites miniers sont autant des facteurs favorisant l’activisme des hommes armés.

Les différentes factions Maï-Maï, les FARDC ainsi que les inconnus comptent parmi les principaux auteurs présumés des violations, avec respectivement 953 cas, 393 et 121 cas commis. La majorité des violations ont résulté des braquages, incursions, embuscades, affrontements intergroupes aussi bien dans des domiciles que dans des villages, carrés miniers, champs et divers axes routiers.

Dans le territoire d’Uvira : Le mois a connu un activisme très accru des groupes armés dans les Hauts et Moyens Plateaux d’Uvira en groupement de Bijombo, similaire au mois de février 2021. Au plan de protection, on y note les incendies des maisons, le meurtre ciblé des civils, le pillage du bétail ainsi que le déplacement forcé de populations vers les zones présumées sécurisées. Par ailleurs, la Plaine de la Ruzizi reste dominée par l’activisme des groupes Mai Mai qui s’illustrent dans le pillage du bétail.

Dans le territoire de Kabambare : Les Mai Mai Malaika ont été très actifs, particulierement dans les actes de viol contre les femmes à la recherche de moyens de survie. La faible couverture des forces de sécurité constitue un des facteurs favorisant les activités criminelles des groupes armés dans la région. Le groupement de Kitababeya dans le Secteur de Bangubangu a été le plus touché.

Dans le territoire de Walungu : Le mois a été marqué par les conséquences des affrontements entre les Raiya Mutomboki des factions Lukoba et Blaise Lukisa à Lukoma dans le groupement d’Iregabaronyi, territoire de Kabre. Les localités de Lubimbe, Kibandamangobo et Maimingi ont reçu environ 794 ménages qui vivent dans des familles d’accueil sans assistance. En plus, le groupement de Mulamba1 demeure sous risque de protection du fait de la présence des groupes armés qui y opèrent en toute quiétude. Ces derniers organisent des collectes forcées de vivres et ceux qui résistent sont arrêtés ou tués.

Dans le territoire de Mwenga : On y observe la persistance du conflit intercommunautaire mettant au prise les Banyamulenge contre une coalition des Bembe, Fuliru et Banyindu. Par groupes armés interposés, ces communautés ne cessent de s’affronter. Au plan de protection, on peut noter le meurtre ciblé des civils et le déplacement forcé des populations vers les zones sécurisées.

Dans les territoires de Fizi: Un conflit intracommunautaire lié au pouvoir met au prise deux chefs de localité à Mukera dans le groupement de Basimukuma Sud en Secteur de Lulenge. La zone venait sous peu d’investir un nouveau chef de localité dans la contrée, au mécontentement du chef de localité sortant. C’est dans ce contexte que les partisans de ces derniers ont attaqué ceux de l’actuel chef en date du 22 mars 2021. Les conflits ont mené aux multiples cas des coups et blessures, l’incendie de quelques 22 maisons et des cas extorsions de biens.

Dans le territoire de Kalehe : L’environnement sécuritaire et de protection est resté dominé par les braquages tendus contre les usagers des tronçons routiers Miti-Kalonge et Miti- Bunyakiri- Hombo. Les acteurs de ces actes seraient les MaiMai Lance, Butachibera, Mungoro et les hommes armés non identifiés. Au plan de protection, l’on note des cas d’enlèvement des civils, de viol et d’extorsion des biens. A titre indicatif, le 22 mars 2021, les RM de la faction Lance ont intercepté deux femmes en provenance du champ à Kalimbi dans la localité de Cifunzi. Les miliciens les ont amenés dans la brousse où ils en ont sexuellement abusé. Elles ont reçu le paquet de prise en charge médicale au Centre de santé de Cifunzi.